WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les flux de transports dans l'ouest lyonnais avant la construction de l'A89

( Télécharger le fichier original )
par sébastien PAILLER
Université Jean Monnet (Saint-Etienne) - Master 1 2007
  

précédent sommaire suivant

1.3 : L'importance des flux Nord-Sud

Les flux les plus importants de l'aire métropolitaine lyonnaise sont les flux Nord-Sud. L'autoroute A6 rentre dans Lyon par le tunnel de Fourvière dont le trafic est présenté en figure 19.

Figure 19 : Evolution mensuelle du trafic moyen journalier sous le tunnel de Fourvière de
1991 à 2004

Fourvière véhicules par jour

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

2003

2004

95 800

98 100

100 080

102 080

99 970

98 440

96 580

100 490

103 424

103 732

106 000

104 000

102 000

100 000

98 000

96 000

94 000

92 000

90 000

1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 2003 2004

Evolution du trafic du tunnel de Fourvière - A6

Source : DRE

Le tunnel de Fourvière est un secteur extrêmement sensible dans la gestion des flux de transports de l'agglomération lyonnaise. Son trafic est actuellement supérieur à 100 000

véhicules par jour. Depuis 1991, il subit un trafic qui a crû de seulement 8,3 %. La croissance n'est pas aussi régulière que sur les axes étudiés précédemment. De 1991 à 1994, le trafic a augmenté très rapidement puis a diminué symétriquement jusqu'en 1997. Cette fluctuation surprenante s'explique par réalisation en 1993 du contournement Est de Lyon. Après sa mise place, celui-ci a attiré une partie du trafic transitant auparavant par le tunnel de Fourvière (ce qui a fait baisser le trafic de ce dernier). Les conditions de circulation sous le tunnel étant améliorées, le trafic a augmenté de nouveau pour atteindre et dépasser les valeurs de 1993. La hausse globale du trafic est faible car l'importance des flux que peut supporter un axe routier ou autoroutier n'est pas extensible à volonté. Le trafic du tunnel étant déjà très important, celui-ci ne peut croître aussi rapidement que celui sur un tronçon récent comme c'est le cas sur le barreau A89 Est.

Pour terminer l'analyse des trafics des autoroutes liées à l'A89, nous allons observer le trafic de l'A6 en direction du Nord et de Paris. Le point de comptage est localisé à Dardilly, à moins de 5km de l'extrémité Est de l'autoroute A89. Une partie des flux de l'A89 pourrait se reporter sur l'A6 via l'échangeur de Limonest.

Figure 20 : Evolution du trafic à Limonest - A6

A6

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Limonest

1993

1994

1995

1996

1997

1998

2002

2003

2004

Trafic
moyen
journalier

29 610

31 750

32 820

32 830

31 540

33 920

37 398

38 848

38 639

45000

40000

35000

30000

25000

20000

15000

10000

5000

0

1993 1994 1995 1996 1997 1998 2002 2003 2004

Evolution du trafic à Limonest - A6

Sources : dossier d'enquête publique, DRE

Le trafic est croissant depuis 1993 sur l'A6 au niveau de l'échangeur de Limonest. L'autoroute A6 supporte des flux en provenance et en direction de Paris et du Nord de la France. Il ne s'agit pas ici de flux traversant la France du Nord au Sud car ceux-ci empruntent plutôt le contournement Est de Lyon (A46) pour éviter la traversée de Lyon. Le trafic n'est pas très dense sur cette autoroute car il s'agit d'une 2*3voies. En effet, la capacité théorique d'une autoroute à 2*3 voies est comprise entre 50 000 et 90 000 véhicules par jour (Plassard, 2003, p.26). Le trafic sur l'A6 à Limonest pourrait donc doubler tout en conservant une certaine fluidité. Le passage par l'A6 des flux de l'A89 ne devrait donc pas poser de problèmes de saturation sur l'A6.

Depuis 1991, les flux de transports autoroutiers de l'ouest lyonnais et plus généralement, de l'aire métropolitaine lyonnaise progres sent, ce qui traduit une hausse des mobilités. La hausse des mobilités reflète l'attraction croissante de Lyon. Les flux les plus importants sont les flux Nord-Sud. Ils contournent Lyon par l'Est. Ils créent ainsi un très fort déséquilibre entre les flux de transports dans l'est lyonnais et ceux de l'ouest lyonnais. Ce déséquilibre est aussi la conséquence du nombre de voies autoroutières à l'Est et à l'Ouest. Une seule voie autoroutière permet d'accéder à Lyon par l'ouest alors qu'on en compte 2, plus le contournement, à l'Est. L'A89 viendra atténuer ce déficit autoroutier de l'ouest. Certains axes, tels que l'A47 ou l'A6 sous le tunnel de Fourvière se trouvent saturés, ce qui rend l'accessibilité à Lyon très difficile, malgré la présence de nombreuses voies autoroutières. Le nombre de voies autoroutières est peut-être même l'une des causes de l'asphyxie lyonnaise étant donné qu'elles favorisent et incitent les déplacements.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.