WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les flux de transports dans l'ouest lyonnais avant la construction de l'A89

( Télécharger le fichier original )
par sébastien PAILLER
Université Jean Monnet (Saint-Etienne) - Master 1 2007
  

précédent sommaire suivant

II - Les projets d'aménagement de l'ouest lyonnais

1- Les compatibilités d'A89 avec la Directive Territoriale d'Aménagement lyonnaise (DTA)

1-1 : Concilier trafic de transit et trafic métropolitain

L'aire métropolitaine lyonnaise se trouve sur un carrefour d'échanges Nord/Sud - Est/Ouest, régionaux, nationaux et internationaux. Ses échanges viennent s'ajouter au trafic métropolitain. Le principal objectif d'aménagement de la métropole lyonnaise, et de l'ouest lyonnais en particulier, est d'arriver à créer une harmonie entre les flux de transit et les flux locaux, pour que l'un n'empêche pas le bon fonctionnement de l'autre. Le niveau de service offert par le système de transport de l'aire métropolitaine lyonnaise doit permettre un trafic d'échanges efficace et subvenir aux besoins des mobilités dans la métropole elle-même. Actuellement, la métropole est très bien reliée aux réseaux autoroutier et ferroviaire nationaux et européens mais son accessibilité n'est pas optimale du fait des problèmes de circulation et de la saturation rencontrés sur les axes desservant Lyon (enclavement fonctionnel par dysfonctionnement des réseaux). La DTA vise une amélioration de l'accessibilité de la métropole lyonnaise.

Comme nous l'avons vu, la voiture est le mode préférentiel pour les déplacements dans la métropole lyonnaise. Réduire la circulation automobile permettrait de rendre plus fluides les déplacements internes de la métropole. Ces déplacements, et notamment les déplacements domicile-travail, n'ont cessé d'évoluer vers un allongement des distances. La mise en service de l'A89 doit être particulièrement encadrée pour ne pas contribuer à l'étalement urbain, et ainsi augmenter l'allongement des distances des trajets domicile-travail. Les transports collectifs doivent être renforcés pour améliorer leur attractivité et permettre un basculement de certains usagers de la voiture individuelle au transport en commun, et ainsi, de limiter la croissance du trafic automobile. Mais l'automobile n'est pas le seul facteur de l'encombrement des axes routiers. La qualité de circulation sur un axe routier est aussi fonction de la part des poids lourds. Le report des marchandises produites et consommées par la métropole sur d'autres modes de transport que la route, tel que le fer est une solution à la réduction des poids lourds. En effet, les activités de l'aire métropolitaine génèrent un trafic

fret en augmentation avec en conséquence le risque de saturation et d'accroissement des nuisances.

1.2 : La concertation est nécessaire pour développer une stratégie de développement à l'échelle métroolitaine

Les acteurs publics du territoire de la métropole demandent la lisibilité de l'ensemble des projets de l'Etat à 20 ans et leur inscription dans un système qui montre la cohérence des projets de l'Etat entre eux, mais aussi leur cohérence avec les projets des différentes autorités organisatrices de transport. La coopération entre les Autorités Organisatrices de Transport (AOT) est nécessaire pour harmoniser les horaires, l'information, la billettique, la tarification et pour débattre des priorités en matière d'investissement. La concertation et la coopération à l'échelle métropolitaine sont nécessaires pour harmoniser les projets dans une politique globale de développement. Les politiques de transports ne peuvent continuer d'être étudiées sectoriellement. Les transports doivent être pensés de manière globale afin de coordonner les modes de transports entre eux. Cela passe notamment par la modification des systèmes de tarification s'ils ne sont plus adaptés aux nouvelles mobilités. Depuis fin 2006, une première étape a été franchie avec la mise en place d'un titre de transport unique, avec une tarification commune selon la zone dans laquelle se déroulent les trajets. Il s'agit par exemple de la carte OURA qui permet au voyageur de ne pas être obligé de se procurer un billet pour chaque mode de transport qu'il utilise dans une zone donnée. Ceci facilite l'intermodalité.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !