WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Education des enfants et société:relations complémentaires ou conflictuelles. Interroger la conscience de l'éducateur face à la société

( Télécharger le fichier original )
par Anne-Carole Boquillon
Université de Tournai - Graduat éducateur spécialisé 2008
  

précédent sommaire suivant

4.2 LE TRAVAIL DE L'ÉDUCATEUR

Avant de savoir ce qu'est exactement un éducateur, il me semble nécessaire de faire le point sur le sujet principal qui relie l'éducateur et l'enfant, c'est-à-dire l'éducation. Selon le dictionnaire Larousse, l'éducation est l'action ou la manière d'éduquer. C'est également l'ensemble des aptitudes intellectuelles et physiques et des acquisitions morales de quelqu'un. Nous retrouvons également le mot éducation dans le système éducatif et l'institution sociale. La notion d'éducation s'est considérablement élargie au cours du dernier quart de siècle. L'obligation scolaire est devenue plus longue (école obligatoire jusque 18 ans), l'école n'a dorénavant plus le monopole de l'éducation, qui s'est partagé avec les médias (internet, presse, télévision, etc.), mais surtout l'éducation est devenue pluridisciplinaire. Avant l'éducation était centrée sur l'intelligence et la mémoire. Actuellement, elle est plus centrée sur l'affectivité, la personnalité et le développement corporel.

La définition du métier d'éducateur n'est pas aisée, elle n'est pas clairement établie par rapport à la multitude de tâches accomplies. Un éducateur est défini ainsi : personne qui s'occupe d'éducation (les parents par exemple), personne qui a reçu une formation professionnelle spécifique pour se consacrer à l'éducation de certaines catégories de jeunes posant des problèmes particuliers21(*).

D'après la loi sur le statut d'éducateur spécialisé du 29 avril 1994 : « Par éducateur-accompagnateur spécialisé au sens de la présente loi, on entend la personne qui, titulaire du diplôme prévu à l'article 2, favorise par la mise en oeuvre de méthodes et de techniques spécifiques, le développement personnel, la maturation sociale et l'autonomie des personnes qu'il accompagne ou qu'il éduque. Il exerce sa profession soit au sein d'un établissement ou d'un service, soit dans le cadre de vie habituel des personnes concernées. (Article 1) ». Mais celui-ci a été annulé par la cour d'arbitrage. L'article 1er de la loi précisait en effet l'objectif que devait poursuivre, dans l'exercice de son activité, la personne qui souhaite porter le titre d'éducateur-accompagnateur spécialisé. La Cour estime que cette condition ne constitue pas un élément indispensable pour réglementer la profession et pour organiser la protection du titre.

Le rôle de l'éducateur se situe dans le domaine des relations sociales, il se doit également de vérifier l'hygiène des éduqués ainsi que le travail scolaire des enfants dont il a la charge. Un éducateur joue un rôle important au niveau du quotidien, des règles à suivre dans l'institution ainsi que des interdictions. Il est un des principaux accompagnants de l'enfant dans sa vie de tous les jours, son référent, son confident, le garant de l'ordre et de la discipline, ainsi que le compagnon de jeu. En fait, un éducateur a de multiples casquettes, qu'il vêt en fonction du moment, du besoin ou de la nécessité. L'éducateur n'est pas une personne de remplacement des parents. Son rôle est de guider sans imposer, et de mettre un cadre à l'enfant. L'éducateur doit faire preuve de patience, avoir du temps et de l'énergie à donner à ses accompagnés, une certaine capacité d'analyse, une bonne maîtrise de lui et être capable de travailler en équipe.

Selon Karl Rogers, l'éducateur doit être congruent, c'est-à-dire authentique, assumer sa personnalité, se présenter tel qu'il est, plus au niveau de l'être que de l'avoir. Il doit faire preuve d'empathie et avoir une considération inconditionnelle positive. C'est-à-dire qu'il doit accepter tout le monde sans condition d'une manière positive, accepter l'autre comme différent de soi, et quel qu'il soit (handicap par exemple).L'éducateur se doit de respecter les périodes sensibles et critiques (Maria Montessori), tenir compte du degré de maturité de l'enfant, de l'hétérogénéité dans le groupe dont il a la charge.

Il existe différentes façons de travailler la relation avec les éduqués : la relation directive, démocratique et le laisser-faire. Dans la relation directive, les étapes de la tache sont imposées par l'éducateur au groupe ainsi que les techniques. Dans la relation démocratique, l'éducateur définit la perspective des différentes étapes. Il suggère, c'est le groupe qui décide, qui vote à la majorité. Dans la technique du laisser-faire, l'éducateur fournit des matériaux variés et laisse le groupe travailler selon ses envies.

Du point de vue de la discipline, l'éducateur se doit de motiver ses éduqués, de les occupés, de savoir bien gérer l'emploi du temps et d'être lui-même convaincu de sa démarche éducative. Du point de vue didactique, l'éducateur doit être capable de savoir hiérarchiser ses objectifs, être capable de choisir des moyens appropriés d'intervention, et être capable d'évaluer les résultats obtenus.

« Choisir un bon conducteur qui ait la tête bien faite plus que bien pleine...qu'il sache lui faire goûter les choses, les choisir et les discerner, quelquefois lui ouvrant le chemin quelquefois lui laissant ouvrir. Je ne veux pas qu'il invente seul. Je veux qu'il écoute son disciple parler à son tour...Il est bon qu'il le fasse trotter devant lui pour juger de son train...Qu'il ne lui demande pas compte de sa leçon mais du sens...Qu'il juge du profit qu'il aura fait non le témoignage de sa mémoire, mais de sa vie...

Qu'il lui fasse tout passer par l'étamine. Ne loge rien dans sa tête par simple autorité et crédit. Qu'on lui propose une diversité de jugement...il choisira s'il peut. Ce que l'on sait droitement on en dispose sans regarder au patron »22(*)

Un éducateur se construit petit à petit ; la responsabilité, la confiance et l'autorité s'acquiert avec l'expérience. Ce sont des mécanismes sensibles, vaporeux que les techniques éducatives n'offrent pas naturellement.

L'éducateur est responsable de l'enfant dont il a la charge mais il est également responsable de ses actes par rapport à la loi. S'il prend une mauvaise décision, c'est lui qui sera mis en cause. On lui confie une responsabilité, il se doit de l'assumer et de la meilleure manière possible. L'éducateur est seul responsable devant la loi.

Un éducateur doit faire la différence entre son propre désir et le désir de l'autre. Il faut voir l'autre comme il est, car si on l'emmène avec soi dans son désir, l'autre n'est plus lui. En effet, si je persuade l'autre que mon point de vue est le bon, je ne tiens plus compte de ce que lui estime, pense, a construit en lui les années auparavant. Je l'emmène ainsi dans mon propre désir, et j'ignore le sien, j'enfouis son désir en le recouvrant par le mien.

L'éducateur n'a pas une méthode particulière, enseignée d'une manière détaillée et standardisée, mais il doit la construire avec l'expérience. Il se sert pour cela de sa créativité et de ses expériences rencontrées lors de sa pratique. Il ne peut y avoir une méthode standardisée en partant du fait que chaque personne accompagnée est différente, a un vécu, une histoire, des désirs différents d'une autre personne. Dans le métier de l'éducateur, il y a quelque chose qui se construit qui pourrait s'apparenter avec le témoignage. L'éducateur est en quelque sorte un témoin de sa pratique, de l'accompagnement de l'enfant, et de la résonnance avec les autres.

Il se doit de penser sa pratique, d'interroger ce qu'il est en train de faire. Il doit également penser sa place par rapport à l'institution où il travaille et par rapport à la personne qu'il a en face de lui. Ainsi, il fait une construction avec l'accompagné et une construction avec la réalité du terrain afin de pouvoir gérer, accommoder l'un avec l'autre.

Par rapport à l'institution où il travaille et à la société, l'éducateur a des comptes à rendre. Il se doit de prouver des résultats obtenus auprès de la personne accompagnée. Quand un enfant en difficulté lui est confié, on demande à l'éducateur d'arriver à un objectif, par exemple réintégrer l'enfant dans son école où son comportement violent est inadapté. Le travail de l'éducateur est évalué par rapport au comportement de l'enfant suivi, dans ce cas-ci. Mais il est nécessaire que l'éducateur fasse attention de ne pas perdre de vue la loi, le cadre qui l'entoure dans l'accompagnement, sinon il pourrait à son tour devenir tyrannique. Car celui-ci sera jugé en fonction du résultat souhaité (ou obtenu), ce ne sera pas automatiquement le comportement de l'enfant qui sera remis en cause. L'éducateur et l'institution représentent le savoir que les parents, la société, recherchent pour « guérir » l'enfant.

La base du métier de l'éducateur est d'accompagner, de résonner avec l'enfant dans sa propre souffrance, afin que celui-ci puisse se construire, trouver son identité et bâtir son propre bonheur.

* 21 Centre lexical de ressources textuelles et lexicales

* 22 Montaigne 1553-1592 "Essais"

précédent sommaire suivant







Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Moins de 5 interactions sociales par jour