WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La délinquance dans le canton de Coussey durant le premier XIXème siècle

( Télécharger le fichier original )
par Hugues Herbillot
Université Nancy 2 - Master 2009
  

précédent sommaire suivant

b. Délits typiques de villages.

· Le « tapage nocturne » et le « trouble de l'ordre publique ».

De nombreux délits nocturnes bénins sont regroupés sous l'appellation de « tapage nocturne » ou de « trouble de la tranquillité publique ». Il s'agit de délits commis nuitamment, par de jeunes gens dans un but le plus souvent festif. A Punerot, Nicolas Vannier a pris l'habitude de faire le tour du village en jouant de la musique avec des instruments « tels que trompettes, arrosoirs et violons375(*) ». Le mélomane est dénoncé car ses performances musicales portent atteinte à la morale religieuse et au curé du village.

A Greux, la nuit du 1er Mai, « des inconnus se sont permis dans la nuit de renverser des chariots dans les rues de placer des herses les dents en haut, du bois et des épines contre les portes des particuliers 376(*)». Il s'agit ici de la «nuit des mais« tradition villageoise qui consiste à placer des branches fraîches sous les fenêtres des jeunes filles du village.

L'alcool semble jouer un rôle important, tout comme la nuit. L'obscurité favorise en effet l'anonymat, et offre une liberté d'action inespérée pour de nombreux couche-tard.

· Des usuriers répandus mais peu dénoncés.

L'usure est un délit répandu dans les villages bien que seulement quatre affaires passent devant la justice. Ce délit est par nature difficile à déceler, pour être avéré les témoins doivent être nombreux, or le prêteur sur gage est économiquement vital. Ses avances, à des taux frôlant les 20 %, sont néanmoins vitales pour acheter un bout de pré, des outils ou encore du grain lorsque les greniers sont vides. On trouve à Midrevaux un prêteur sur gages lourdement condamné en 1839. La procédure nous révèle que « depuis longtemps Louis Vanniot, propriétaire demeurant à Midrevaux exploite, comme usurier, toutes les communes avoisinant son domicile, sa cupidité peu satisfaite de ravager une partie de l'arrondissement de Neufchâteau, s'enfonce jusque dans les départements de la Haute-Marne et de la Meuse 377(*)». Le nombre de témoins est exceptionnellement élevé, cinquante personnes ont ainsi eu recours à des prêts allant de vingt-quatre à mille cinq cents francs.

Les délits commis au village sont les plus nombreux. Il s'agit avant tout de violences, de vols, de non respect des règlements locaux sur la voirie et autres infractions. Le village concentre en permanence l'essentiel de la population dans un périmètre réduit, la surveillance par les autorités locale y est renforcée mais n'empêche pas les dérapages. L'action des agents de l'Etat diminue progressivement dès lors que le délit se commet à l'extérieur du village.

* 375 AD Vosges, 22u83, Punerot, 1844.

* 376 AD Vosges, 22u44, Greux, 1811.

* 377 AD Vosges, 22u81, Midrevaux, 1839.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)