WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le recrutement 2.0 est-il un outil de sourcing pertinent ?

( Télécharger le fichier original )
par Bruno SAUVà‰
Université Jean Moulin Lyon 3 - Licence Professionnelle Management de la Communication 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B. Utilisateurs

Il est difficile de dresser le profil type d'un utilisateur du web 2.0. Par définition le web 2.0 est considéré comme le web actuel et chaque internaute est amené à en faire usage. Pourtant, nous pouvons distinguer trois types d'utilisateurs du web 2.0 :

§ Le créateur qui va créer du contenu en rédigeant ses propres articles sur un blog ou en ajoutant un article sur Wikipedia par exemple ;

§ L'éditeur ou contributeur, qui apporte sa pierre à l'édifice, partage son opinion ou apporte son expertise (ajout de commentaires, partage sur facebook par exemple).

§ Le spectateur qui ne participe pas ou peu à la construction du web, restant dans un rôle passif. Il consulte seulement les sites, les forums, les blogs.

Pour l'entreprise, identifier ces profils, connaître leur proportion est important. En effet, une action de communication doit être pensée pour chacun d'entre eux mais son résultat doit aussi être évalué en tenant compte des différentes façons, dont ces cibles abordent le web. Le Danois Jakob Nielsen propose la règle du 90-9-112(*), celle-ci, sur la base d'études réalisées sur différentes applications du web 2.0 assure que pour 100 internautes, 90 sont spectateurs contre 9 contributeurs et 1 créateur.

Figure 5 - 90-9-1 rule - Jakob NIELSEN

Source : http://www.useit.com/alertbox/participation_inequality.html

Cette règle interpelle sur un point : la mesure de l'efficacité d'une communication sur le web 2.0 ne peut se limiter à l'évaluation du nombre de « j'aime » sur Facebook ou de suiveurs sur Twitter, en effet, cette mesure serait susceptible de mettre de côté 90% des auditeurs. En parallèle, TNS Sofres affirme dans une enquête de 2008 que 75% des utilisateurs du web 2.0 sont contributeurs d'au moins un support et que leurs contributions sont fréquentes puisque 48 à 73% d'entre eux agissent plusieurs fois par mois13(*).

Cette pratique n'est donc pas émergente, elle est devenue une tendance de fond dont chaque entreprise doit prendre la mesure dans sa communication en ligne. L'internaute n'est plus seulement le récepteur d'une information que l'on veut descendante et contrôlée, il s'approprie les messages, les juge, les commente et les partage. Avec ces nouvelles pratiques, l'époque des influenceurs experts et des influencés dociles est révolue ; avec internet et ses nouvelles interactions 2.0, l'influencé d'hier est en quête d'informations objectives ou en tout cas contradictoires et va jusqu'à prendre le rôle d'influenceur à son tour en partageant son expérience, ou ses trouvailles14(*). Ces nouveaux rôles qu'endossent les internautes sont d'un impact variable, certains se contentent de noter tel ou tel produit sur des sites marchands, de commenter une marque, un film etc., de partager un article, une bonne affaire ; d'autres, en grande majorité des bloggeurs, sont devenus de véritables prescripteurs, des points de référence, et ceci, grâce à une audience importante, à l'originalité de leur ton et à leur maîtrise du référencement en ligne. Ces bloggueurs influents décortiquent l'actualité mais aussi les marques et c'est en cela que l'entreprise à la forte impression que sa communication en ligne lui échappe, les pouvoirs, en ligne, ne sont plus les mêmes, les rôles ont été redistribués et les rapports de forces bouleversés.

Une autre tendance, en pleine expansion, va transformer les habitudes de l'entreprise pour nouer contact avec l'internaute, il s'agit de l'internet mobile. Le web sort de l'ordinateur, il s'emporte partout et connaît une expansion plus vive que celle de l'internet fixe depuis l'arrivée du Iphone. L'analyste Américaine Mary MEEKER affirme même que les connexions à internet se feront en majorité via des terminaux mobile d'ici 201415(*). Le web mobile se veut plus accessible, disponible et actif en permanence et l'enjeux sera de répondre aux attentes des utilisateurs, à tout moment et avec une forte réactivité, les terminaux mobiles rendants encore plus faciles et

plus rapides les échanges et les partages. Le challenge est d'autant plus grand que toutes les tranches d'âge sont concernées par cette croissance de l'internet mobile16(*), il s'agira donc de diversifier ses messages et de sortir de l'idée que l'internaute est la génération Y exclusivement.

Figure 6 - Internet mobile, une croissance rapide auprès de toutes les tranches d'âge

Source : Observatoire de l'internet mobile : Consommation et usages accrus du multimedia mobile - avril 2011

* 12 Jakob Nielsen - 90-9-1 rule : http://www.useit.com/alertbox/participation_inequality.html

* 13 Web 2.0 : de nouvelles frontières pour la communication corporate ? - TNS Sofres 2008

* 14 Prescription et réseaux sociaux : quelle influence sur votre marque employeur - Etude « Quatres Vents » - février 2011

* 15 Morgan Stanley - The Mobile Internet Report : http://www.morganstanley.com/institutional/techresearch/mobile_internet_report122009.html

* 16 Observatoire de l'internet mobile : Consommation et usages accrus du multimedia mobile - avril 2011

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.