WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le management des digital natives


par Adrien Lechevalier
ICD - International Business School Toulouse - Master II spécialisé Web Marketing & E Business 2014
  

précédent sommaire suivant

27

e. L'Autorité

Cet environnement a-t-il changé le rapport du digital native avec l'autorité ?

Cette jeunesse a connu le Web 1.0, le web du contenu. A cette époque, le web était axé vers la gratuité du tout. En grandissant dans cet Internet, l'habitude du non-payant est devenu la norme. Depuis les années 2000, l'idée que le web était un nouveau marché très intéressant pour les entreprises et les investisseurs en a modifié son ancienne utilisation. Cependant, cela n'a jamais vraiment changé dans l'esprit de cette génération. Frédéric WINCLER explique que « Le digital est vraiment l'avènement de l'économie du gratuit. Que cela plaise aux législateurs, majors, medias... l'internet ne coûte a priori rien » et cela se voit par le nombre toujours plus grandissant de téléchargements illégaux : 11 millions de français seulement sur BitTorrent pour 850 000 fichiers téléchargeables gratuitement. Selon TNS Sofres, 57% des 18-24ans ont déjà téléchargé des contenus de manière illégale ce qui est nettement supérieur à la population nationale (à partir de 18ans) avec une moyenne générale de 20%. De plus, seulement 37% des 18-24ans n'ont jamais téléchargé illégalement ou utilisé un contenu téléchargé de manière illégal. C'est nettement inférieur à la moyenne nationale qui est deux fois plus élevée avec un taux de 73%.39 Ces questionnaires quantitatifs sur un échantillon national de 1000 personnes représentatives de la société française pour la population de 18 ans et plus ont été introduis uniquement à ceux ayant été sur le web les 12 derniers mois. Ces statistiques nous permettent de réaliser à quel point la génération des digital natives est habituée à contourner les interdits. La définition des digital natives les désigne comme ayant passé 5 années de leur vie sur le web. En 5 années, il est assez simple pour certains de tomber sur des sites vendant des drogues illégales : « En janvier 2012, 690 sites de vente à destination des pays de l'Union européenne ont été répertoriés »40, précise l'OICS lors de son rapport annuel de 2012 à Bruxelles. En 5 années, il est aussi envisageable que certains natifs numériques aient visité le marché noir du web sur lequel les armes se vendent, nous parlons bien évidemment ici du Darknet. Le web a amené chaque utilisateur à devenir

39 Sofres, Les français et le téléchargement illégal sur Internet, 2009, p.6

40 Organe International de Contrôle des Stupéfiants, rapport annuel, 2012

28

voisin de l'illégalité. Hadopi est la Haute Autorité pour la Diffusion des OEuvres et la Protection des droits sur Internet. Ses missions sont de développer l'offre légale sur Internet, protéger le droit d'auteur et réaliser des campagnes de sensibilisation. Si leur travail était un succès, Hadopi n'aurait pas besoin de menacer. Cependant, les internautes sont tellement habitués à télécharger, écouter, visionner des fichiers qui ne respectent pas les droits d'auteurs, que Hadopi a dû envoyer 2 millions de mails pour avertir du risque de poursuite judiciaire. La génération digital native provient de cette univers : il est interdit de m'interdire. Et en quoi les digital natives devraient-ils changer leurs habitudes illégales ? Qui pourraient bien les en empêcher ? Juste pour information, Hadopi a envoyé 2 millions de mails mais seulement 3 personnes en France ont été jugées coupables...

Figure 7 : Nombre d'envois de 1ere recommandation depuis 2010 à 2013 par

Hadopi41

Personne ne peut leur interdire de vivre comme ils le souhaitent. Cela se ressent dans ce combat perpétuel face à l'autorité et aux institutions. Le manque de confiance dans l'autorité traditionnelle est aussi peut-être à cause du web. « 65% des Digital Natives considérent internet comme leur première source d'information ». Cependant, ces informations sont très inquiétantes quand on sait que Wikipedia est le 12e site le plus visité en France alors que n'importe qui peut publier n'importe quoi. Une habitude

41 Hadopi

s'est créée dans cette nécessité de demander à Google. Posez moi une question et je vous envoie un lien sur http://lmgtfy.com : ce site qui s'appelle « Let me Google that for you » est la réponse des digital natives à toutes les questions. Mon professeur me dit quelque chose, je vais vérifier, mon employeur me demande quelque chose, je vais regarder... Ce n'est pas tout noir ou tout blanc, mais entre faire confiance aux institutions et faire confiance aux internautes : « Que ce soit des grands groupes industriels accusés par des groupes de consommateurs, ou des politiques soumis à la pression de la rue (...) la vérité vient du web » et cela a été vite démontré pendant les Printemps arabe, la voix du peuple passait par le web. « Bienvenue dans un monde où l'information est donc détenue également par toutes et tous, et o les références (soit l'autorité) ont disparu. »42

Ceci est bien évidemment une liste non exhaustive qui marque les grands traits de caractères de cette génération.

29

42 http://lefreddie.wordpress.com

précédent sommaire suivant