WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse nutritionnelle des personnes séropositives dans la zone de sante d'Uvira, proposition d'une alternative durable par la plante tonifiante Moringa Oléiféra

( Télécharger le fichier original )
par Urbain MWENYIMALI RWANDIKA
ISDR -UVIRA / RD Congo - Licence en développement Rural A0 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

PRINCIPAUX SIGLES ET ABREVIATIONS

0. INTRODUCTION GENERALE

Les régions plus touchées par l'insécurité alimentaire, la pauvreté et la mauvaise gouvernance sont parmi les pays du monde les plus affectés par l'épidémie du VIH/Sida. Selon l'ONU SIDA, sur les 38 millions de personnes de par le monde qui seraient infectées par le virus, 25 millions vivent dans la région d'Afrique sub-saharienne, dont 57% sont des femmes. Ceci ne veut pas dire par corrélation qu'un fort accroissement économique est un remède contre le VIH/Sida. Cela veut dire plutôt que les communautés les plus touchées sont précaires à cause de la baisse de fertilité des sols, des habitudes alimentaires primitives, d'un manque d'accès à la terre, des semences de mauvaise qualité, des savoirs paysans et de leur incapacité à générer des revenus alternatifs.

Tous ces facteurs rendent ces populations vulnérables et moins capables de lutter contre l'épidémie et d'autres maladies opportunistes car, elles sont mal nourries et épuisées.

Dans les pays du nord et/ou industrialisés, la moyenne de survie d'une personne infectée par le virus est de 20 ans, alors que dans les pays d'Afrique ou les pays du Sud, elle est de 5 ans. (PRR 2007/6, VIH/Sida et Nutrition, CTA, 2007)

Une bonne nutrition ne veut pas dire avoir accès à assez de nourriture pour ne pas avoir faim.

Cela implique d'avoir une alimentation équilibrée et variée qui apporte des vitamines, des minéraux et les trois groupes d'aliments essentiels (protides, lipides et glucides) en quantité suffisante et de façon régulière.

Or, très souvent les populations les plus pauvres ne font pas le meilleur usage de peu de nourriture dont elles disposent car elles ne connaissent pas les besoins de leurs corps sur le plan nutritionnel.

0.1. ETAT DE LA QUESTION

Depuis des années, le nombre de savants ou scientifiques intéressés au développement de la santé, de la sécurité alimentaire et de la nutrition, du VIH/Sida ne cesse d'accroître.

La malnutrition aigue sévère constitue un problème majeur dans la République Démocratique du Congo, tel que stigmatisé par la dernière enquête EDS (Enquête Démographique et Santé) publié en 2008 cité par le ministère de la santé de la RDC dans document sur Prise en charge Communautaire Contre la Malnutrition on Aigue (PRONANUT, UNICEF, ACF/RDC., 2009)

Selon l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) citée par Madame Rebecca DENNIS, 850 millions des personnes dans le monde sont touchées par l'insécurité alimentaire, parmi lesquelles 820 millions vivent dans les pays en voie de développement (TEAR FUND, Pas à Pas, 2009)

Dix ans après l'engagement des Chefs d'états et des gouvernements de par le monde, Il est de constaté avec regret des retards considérables dans l'accomplissement des objectifs du millénaire pour le développement.

De ce point de vue, nous prenons en considération les objectifs d'ordre sanitaire, social, économique et environnemental, car chaque jour des milliers de personnes meurent du VIH/sida, de la malnutrition, alors que le marché de l'alimentation est sursaturé. (Stany VWIMA., 2008).

En l'an 2000, 189 chefs d'Etats et des gouvernements des nations, ont approuvé à la fin du sommet du millénaire, une déclaration du millénaire pour le développement dans laquelle il ressort la nécessité de renouveler les efforts pour un développement durable.

Ces OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) sont des cibles que l'ensemble des institutions internationales s'est donné en vue de réduire de moitié la pauvreté dans le monde et d'améliorer la situation des plus démunis d'ici l'an 2015. Maintenant, en l'an 2010, nous sommes à l'aube de l'an 2015 et aucune amélioration ne se fait sentir.

D'où, la nécessité de combattre la faim (malnutrition et/ou l'insécurité alimentaire), le VIH/Sida et autres maladies opportunistes.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net