WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le dessin du bonhomme chez des enfants autistes : quatre études de cas à  l'association burkinabè d'accompagnement psychologique et d'aide à  l'enfance (abape).

( Télécharger le fichier original )
par Wendpanga Daniel OUEDRAOGO
Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-ZERBO - Maitrise en psychologie clinique et pathologique 2015
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.1.3.4 Signes de lapathologie dans le dessin

Pour Royer (1984), la présence d'un des critères témoignerait de la présence d'une maltraitance (abus, négligence) ou de l'émergence de problématiques de santé mentale (troubles psychotiques, la dépression ou l'anxiété) : le refus de dessiner ; l'abandon du dessin non terminé ; l'insatisfaction manifeste ou la tendance à provoquer le praticien ; l'incommunicabilité de la représentation ; la représentation des scènes de violence ; l'évocation de scènes sexuelles ; le morcellement ; la présence de dissymétries flagrantes ; l'emploi de stéréotypies ; le schéma corporel perturbé (disproportions, difformité) ; la robotisation des personnages; les couleurs utilisées de façon massive ou irréaliste ; l'emploi exclusif du noir ; les bizarreries.

1.1.3.5 Influence de la culture sur le dessin

En tant que fait de culture, le dessin d'enfant soulève des problématiques cliniques qui s'associent à la pluralité des cultures. Les caractéristiques du dessin enfantin sont influencées par les règles culturelles (thèmes, conventions, couleurs, composition). Pour Giraud, la culture impose ses contraintes à l'expression graphique. L'apparition d'une représentation interdite par la culture doit attirer l'attention. Il est important de prendre en compte chez un enfant, la version qu'il propose de sa culture. Celle-ci reflèterait sa santé psychique (Giraud, 2011 ; cité par Scetbon, op.cit.).

1.1.3.6 Limites dans l'interprétation du dessin

La plupart des auteurs qui ont travaillé sur le dessin s'accordent sur la prudence qu'il faut avoir quand on veut interpréter les dessins des enfants. Pour Vinay (2007), l'interprétation d'un dessin ne peut être objective que lorsque l'on a assisté à sa réalisation. Les éléments d'anamnèse et le contexte dans lequel le dessin est réalisé doivent être pris en compte. Pour elle, les caractéristiques de l'activité graphique ne doivent pas être analysées arbitrairement. Philippe Wallon (2012) souligne que la fatigue et la copie peuvent altérer la qualité du dessin de l'enfant.

Ce chapitre nous a permis d'éclaircir la notion d'autisme telle qu'elle est utilisée actuellement par les scientifiques. C'est un trouble de nature précoce qui réduira considérablement les aptitudes relationnelles, communicationnelles et l'autonomie comportementale de l'enfant qui en est atteint. En outre, nous avons pu aborder les différentes théories sur l'autisme. La deuxième partie de ce chapitre nous a permis d'aborder l'utilisation du dessin en psychologie et en psychopathologie.Le dessin du bonhomme occupe actuellement une place de choix dans ce contexte, d'où l'importance de son utilisation dans l'évaluation et l'approche de l'autisme dans le champ de la psychopathologie de l'enfant.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net