WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse communicationnelle de l'émergence des pratiques environnementales et d'éducation à  l'écocitoyenneté


par Nfally COLY
Université de Provence Aix-Marseille1 - Master 1 2007
  

précédent sommaire suivant

8.3. Le degré d'engagement des citoyens

La gestion des ressources naturelles ne se conçoit plus sans une participation active de la population. L'échec des politiques environnementales classiques est généralement lié à un déficit de communication. L'Etat a compris que l'adhésion aux changements proposés implique un dialogue, une négociation avec la population. Ce qui revient à parler d'un échange de pratiques de savoirs de techniques entre les deux parties. Ce projet contribue à instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs et permet de recueillir et de valoriser les traditions, les coutumes et les savoirs populaires qui sont le plus souvent ignorés ou négligés dans le domaine de la gestion des ressources environnementales.

Pour ce faire, différents types de communication ont été mis en place à la fois par les institutions et par les associatifs.

8.3.1. La communication de masse

S'adressant à un public vaste et divers, ce type de communication permet d'informer de sensibiliser ou développer la communication interactive. Elle fait appel aux moyens de communication de masse mobilisable à l'échelle nationale, régionale et locale : radio, télévision, presse écrite, etc. Son but est de répondre à des objectifs d'information générale destinée au grand public par l'organisation de campagnes de sensibilisation aux enjeux environnementaux. Cependant, elle n'entre pas proprement dit dans le cycle d'une approche participative. Elle n'en est qu'un moyen d'accompagnement. (Exemple voir annexe).

8.3.2. La communication de proximité

Son objectif est d'accompagner et de renforcer chacune des étapes et des phases de la démarche participative à travers un certain nombre d'outils d'information, d'analyse, de dialogue, de formation, de gestion et de suivi. Ces outils et méthodes sont généralement utilisés par les agents ayant une fonction d'appui, d'animation ou d'encadrement des communautés villageoises : agents forestiers, vulgarisateurs, enseignants, animateurs d'ONG ou de projet...Ils s'agit de supports audio-scripto-visuels : album de photos villageois, vidéo, diaporamas ou films fixes, cassettes audio...

8.3.3. La communication traditionnelle

D'une manière générale, les outils et réseaux de communication traditionnelle ont un fort impact sur la population. Généralement, ce type de communication est très vivant en milieu rural et joue un rôle important dans les dynamiques villageoises. Les manifestations les plus courantes de cette forme de communication sont les assemblées villageoises , le théâtre , les représentations des marionnettes, les chansons, les proverbes, les devinettes, les récits, les contes, les visites inter villageoises ...

Dans une démarche participative, les communautés villageoises doivent mobiliser leurs propres outils de communication tout en conservant leur contrôle sur la conception et la diffusion du message véhiculé. Elle se présente dès lors comme des partenaires à part entière dans les processus de négociation.

En général, les lieux choisis pour ces différents types de communication sont :

-le marché : contrairement à la vision occidentale, le marché au Sénégal est aussi un lieu de rencontres, d'échanges, de débat, de médiation autour de différents sujets, en l'occurrence celui de l'environnement. De plus, l'expression dans ce lieu est plus personnelle et libre car les passants (hommes, femmes et enfants) peuvent poser des questions qu'ils n'oseraient pas poser dans les assemblées de village.

-Les places publiques : appelées en général « arbre à palabre » sont des endroits ou se réunissent souvent les hommes pour débattre sur divers sujets. Ce sont des lieux privilégiés de rencontre avec des leaders d'opinion, généralement des hommes.

-Les jardins publics : ce sont des lieux de divertissement ou il est plus probable de rencontrer un public jeune.

précédent sommaire suivant