WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La contrebande de voitures volées entre la Gabon, le Cameroun et la Guinée-Equatoriale: essai sur une activité criminelle transfrontalière en Afrique centrale

( Télécharger le fichier original )
par Bruno MVE EBANG
Université Omar Bongo - Maitrise 2009
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

Section 2- Les circuits régionaux de la contrebande

On entend par circuit, « les échanges pour des allées et venues régulières ou non entre deux, trois ou plusieurs lieux »71(*). Il s'agit donc d'étudier les lieux d'où proviennent les voitures volées et les pièces détachées d'occasions que l'on retrouve dans presque tous les marchés des pays d'Afrique centrale. Pour comprendre pourquoi ces flux sont difficilement perceptibles, nous associons à notre étude, des pays d'Afrique de l'Ouest en l'occurrence le Nigéria, le Bénin et le Togo. Ces flux sont à la fois permanents et occasionnels.

2-1 Les circuits réguliers

La contrebande de voitures entre le Gabon, le Cameroun et la Guinée-Équatoriale s'inscrit dans un vaste circuit qui s'étend jusqu'en Afrique de l'Ouest. En effet, « Lomé au Togo, Douala au Cameroun, Cotonou au Bénin, Lagos au Nigéria [...] sont les plaques tournantes du commerce de vieilles voitures en direction de l'Afrique centrale.  Encore embryonnaire il y a une dizaine d'années au Cameroun, la vente de voitures d'occasion encore appelée « congelés » gagne du terrain. Ces voitures sont d'origine suspectent car le lot de voitures volées en Europe, et même de ces pays, qu'on y retrouve est en constante augmentation »72(*). Ce sont des berlines de gamme moyenne qui viennent d'Europe, puis se dirigent vers les pays d'Afrique centrale. En effet, les circuits réguliers de la contrebande régionale de voitures volées se font par voies directes avec quelques fois des transits.

Des voitures volées au Bénin et au Nigéria sont revendues au Cameroun, puis une partie est dirigée vers la Guinée-Équatoriale73(*). En effet, le port de Cotonou a été,  durant plusieurs années, une destination privilégiée de voitures d'occasion, majoritairement volées, venant d'Europe, avant que celui de Lomé ne gagne en influence, pour ensuite servir de transit ou de lieu de prélèvement de voitures volées à destination des marchés de l'Afrique centrale de manière régulière. Depuis un certain nombre d'années, plus de 1000 voitures volées en moyenne sont importées chaque année dans cette région selon Interpol74(*). Aussi, « avec des frontières terrestres poreuses (sur un territoire deux fois grand comme la France) et la corruption généralisée aidant, le Nigéria est devenue le sanctuaire [...] dans la contrebande et le trafic de voitures volées »75(*). Les villes d'Afrique centrale accueillent ces voitures, mais le problème est que ces dernières sont difficilement identifiables du fait qu'elles empruntent parfois les voies officielles.

Selon Interpol, le Gabon est considéré comme un pays pourvoyeur de voitures volées dans la région d'Afrique centrale. Ces voitures sont en général des haut de gamme. Néanmoins, depuis quelques années, le Gabon est devenu un pays récepteur en pièces détachées majoritairement contrefaites et provenant du Nigéria76(*). Ce statut du Gabon se justifie par son parc automobile considérable, qui a besoin d'un grand nombre de pièces de rechanges. Il s'en suit une prolifération de points de vente de pièces de voitures d'occasion dans des grands centres urbains77(*) notamment à Libreville. Les voitures volées au Gabon sont principalement destinées aux marchés camerounais et équato-guinéen. En ce qui concerne les pièces détachées provenant principalement du Nigéria, elles sont acheminées par voie maritime et terrestre vers presque tous les pays d'Afrique centrale. En effet, il est très difficile, selon Interpol, de déterminer et de contrôler les flux de ces pièces détachées, car celles prélevées sur les voitures volées peuvent être dissimulées dans les cargaisons des pièces détachées licites78(*).

* 71R. BRUNET et Al., Op. Cit., p.107.

* 72B. P. DASSIÉ, « L'Afrique : Grand marché de voitures d'occasion », Camer, 06 Novembre 2008, www.togosite.com.

* 73D. GABAI, Op. Cit.

* 74M. OBAM, «  Interpol poursuit les véhicules volés en Afrique Centrale », http://www.cameroon-one.com/site/news/index.php?op=view&id=59282.

* 75X. RAUFER (Sous la dir.), Dictionnaire technique et critique des nouvelles menaces, Défense et défis nouveaux, PUF, Paris, 1998, p.12.

* 76K. BENNAFLA, Op. Cit., p.41.

* 77L. BITEGHE, « Les échoppes de nigérians de l'ancienne Gare routière nous vendent que du faux », Le Nganga, 18 mars 2008, N°169, 7ème année, p.3.

* 78C.C.P.A.C. et Interpol Gabon, Opération Gbangda II, « communiqué de presse Interpol », Décembre 2008.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Moins de 5 interactions sociales par jour