WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'intégration des valeurs traditionnelles congolaises dans l'amélioration du système éducatif moderne en RDC. Cas de l'initiation traditionnelle Lega de 1905 à  2008

( Télécharger le fichier original )
par Spartacus KABALA MUNYEMO
Université pédagogique nationale - Diplôme d'études approfondies 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II.4.3.2. Stratégies d'intégration à l'enseignement non conventionnel

Etant donné que l'acte éducatif ne s'arrête pas aux quatre murs de l'auditoire, il sied d'établir une interaction entre l'éducation conventionnelle, dont nous venons de parler longuement dans les lignes précédentes et l'éducation non conventionnelle ; la seconde étant considérée comme une nouvelle école ouverte à la vie.

Il sied de rappeler que, la Loi-cadre de 1986 traite de l'éducation extrascolaire ou de l'éducation non formelle dans ses articles 39 et 40 mais en des termes généraux. Elle parle en effet de l'acquisition des compétences professionnelles dans le domaine du savoir-être, du savoir-vivre et du savoir-faire, sans pour autant détailler le mode de son organisation et de sa gestion.

En outre, la Constitution de 1967, laisse entrevoir une possibilité de rendre utiles et nécessaires lesdites acquisitions, dans la perspective de la promotion sociale des personnes vulnérables, car, elle préconise qu'il y ait dans le pays, des oeuvres para et post scolaires.

En effet, nous qualifions d'éducation non conventionnelle, celle qui se réalise par les médias, par les jeunes eux-mêmes dans les quartiers, par différentes organisations (foyers sociaux, organismes de l'éducation, centres d'encadrement et de formation, Organisation Non Gouvernementale de Développement, Collectif National des ONG de l'Education...), etc.

§ Après avoir observé attentivement le fonctionnement de certaines structures chargées d'encadrer les jeunes, telles que certaines ONG ; le scoutisme, certains groupes religieux (bilenge ya mwinda (jeunes de lumière), jeunes salutistes, Kizito et Anuarite), certains centres d'encadrement de jeunes sportifs pratiquant des arts martiaux,... nous dégageons la conclusion suivante : le ministère ayant en charge la jeunesse, devrait recenser lesdites structures, les coordonner et créer un cadre de concertation.

C'est pour cela que nous envisageons la création d'un centre d'éducation de jeune et de la promotion des valeurs culturelles congolaises. Ainsi, à travers cette grande structure unique à vocation nationale, l'Etat pourra canaliser et contrôler efficacement ses moyens en vue d'un encadrement lucide de la jeunesse.

§ Lorsqu'un enfant grandit et qu'il n'a pas de réponses à certaines questions et problèmes qu'il pose auprès de ses parents, il les cherche ailleurs. Souvent, c'est dans la rue qu'il va chercher ces réponses, généralement auprès de ses copains ou auprès d'autres parents et personnes âgées que lui censées satisfaire ses préoccupations. Il s'agit  là de l'éducation diffuse.

Selon les experts en éducation, l'éducation diffuse, véhiculée par la communauté extra-familiale, a une influence non négligeable sur la formation des enfants.

En effet, pour contrer cette influence ayant beaucoup de dangers, nous osons penser que l'Etat a le devoir d'instituer ce que nous appelons le conseil des anciens du quartier, de l'avenue ou du village. Dans la vision d'une éducation globale et efficace, ce conseil, en association avec les autorités administratives locales, pourra se charger de contrôler mutuellement les jeunes, collaborer plus étroitement avec eux pour une action de régulation morale.

Point n'est besoin de rappeler que les actuels comités de parents d'élèves et d'étudiants se réunissent souvent sous la convocation des chefs des établissements afin de discuter surtout, sur l'apport de parents pour le fonctionnement de l'enseignement de leurs enfants. Très rarement la problématique de la qualité de la formation et du suivi des enfants après les cours fait l'objet de réflexion.

Nous proposons, en effet, la création des associations de parents d'élèves et d'étudiants. Celles-ci devront se charger d'abord de la sensibilisation des familles pour le suivi d'un enseignement de qualité. Ensuite, elles devront monter des mécanismes pour assurer le redressement moral et culturel des enfants.

§ La presse, tant orale qu'écrite, doit jouer un rôle prépondérant dans la remise en honneur et aviver les valeurs traditionnelles. Les animateurs des émissions radiotélévisées doivent concevoir et redynamiser des programmes culturels orientés vers la littérature orale en langues nationales. Les dessins animés et bandes dessinées peuvent constituer des supports efficaces pour attirer la curiosité, surtout des enfants.

D'aucuns n'ignorent l'influence des films, séries, théâtres populaires, clips, publicités et autres projections télévisées, sur les moeurs des congolais. Très souvent ça laisse à désirer, car les spectacles qu'ils offrent sont dénués de singularité et de morale. En effet, dans le souci de promouvoir une pédagogie positive, la presse doit être originale et exemplaire, c'est-à-dire celle qui ne copie pas à l'aveuglette le modèle occidental et qui ne vante pas des antivaleurs ou de personnalités dont la conduite est reprochable et ne servent rien de modèle à la génération croissante.

La commission de censure devra être stricte et vigilante dans le choix de tout programme radiotélévisé. Le conseil des anciens du quartier devra s'organiser pour projeter des films éducatifs dans leurs quartiers, avenues ou villages. Les excursions, les journées culturelles, les théâtres populaires, ... sont des moyens puissants pour les jeunes à découvrir et à mettre en oeuvre nos valeurs culturelles.

§ Il revient également et surtout aux artistes musiciens, humoristes, cinéastes...d'apporter leur contribution inlassable à la revalorisation de notre tradition au lieu de s'accrocher aux dédicaces, communément appelées « mabanga », des individus non épris de valeurs et ne servant en rien de modèle à la société.

En conclusion de ce point ayant traité les stratégies d'intégration des valeurs traditionnelles, il sied de faire voir que, l'organisation et la coordination de cet ensemble d'opérations visant à mettre en valeur nos traditions et à les actualiser, impose de nouveaux changements managériaux et la mise en oeuvre d'un nouveau programme de formation à tous les niveaux. En effet, le point suivant traite de la procédure requise pour la conception et l'exécution de changements à apporter dans le système éducatif actuel.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net