WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'intégration des valeurs traditionnelles congolaises dans l'amélioration du système éducatif moderne en RDC. Cas de l'initiation traditionnelle Lega de 1905 à  2008

( Télécharger le fichier original )
par Spartacus KABALA MUNYEMO
Université pédagogique nationale - Diplôme d'études approfondies 2012
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION ET RECOMMANDATION

Pour marquer le terme de notre mémoire, rappelons la sagesse africaine à travers cette maxime Lega lourde de sens, ayant suscité notre curiosité de recherche : « tout peuple, qui se réjouit de la disparition de sa tradition, se réjouit par la même occasion de sa propre décadence ». Autrement dit, aucun peuple ne saurait s'épanouir sans tenir compte de ses valeurs traditionnelles.

A la lueur de cela, nous avons constaté que, par le métissage culturel dû à la colonisation, le congolais rompt progressivement avec sa culture et emprunte à l'aveuglette, celle du colonisateur, prise comme modèle.

Les corolaires néfastes de cette inculturation nous ont induit à nous donner le devoir d'analyser les valeurs culturelles traditionnelles congolaises pouvant être mises au service de l'éducation moderne et dont l'efficacité dépendra de l'implication de tous les acteurs principaux de l'éducation, du contenu de programme qui en découlera et des stratégies d'intégration desdites valeurs qui seront mises en oeuvre.

La complexité et la diversité des valeurs culturelles congolaises nous a obligé de recourir aux réalités culturelles du peuple Lega, dont nous avons la maîtrise, prises comme modèle-type.

Etant donné qu'en apportant le système éducatif moderne aux Congolais, la colonisation a eu un impact significatif sur la baisse de nos valeurs traditionnelles, notre recherche est partie de l'époque coloniale.

En effet, nous avons intitulé cette étude comme suit : « L'intégration des valeurs traditionnelles congolaises dans l'amélioration du système éducatif moderne en République Démocratique du Congo. Cas de l'initiation Lega, de 1905 à 2008 ».

Notre recherche s'est assigné comme objectifs, d'abord de trouver des éléments fondamentaux qui ont concouru à la perte du système éducatif traditionnel congolais. Parmi lesdits éléments, nous avons noté :

· l'influence du mimétisme culturel ayant conduit à l'emprunt « aveugle » du système éducatif de type occidental ;

· l'abandon des valeurs traditionnelles congolaises considérées comme « sataniques », dépassées, inadaptées ;

· l'allocation du temps insuffisant à certains cours (leçons) à portée nationale (exemple : histoire de l'Afrique et du Congo ; le relief et l'hydrographie du Congo...) etc.

Ensuite, étant donné que l'individu est souvent entièrement façonné par la culture de la société dont il est issu, par le biais de l'éducation, nous avons recherché des antidotes à la problématique posée par ledit emprunt culturel, en vue de restaurer un système éducatif qui ne s'écarte pas des réalités d'ailleurs compte tenu de la mondialisation, mais qui tient plus compte des réalités sociales du Congolais.

Autrement dit, nous avons développé plusieurs stratégies pédagogiques susceptibles de promouvoir un système d'éducation s'inspirant le plus largement possible de nos valeurs culturelles. Dans le système éducatif conventionnel, nous avons développé plusieurs stratégies, notamment :

· la prise en charge effective de l'enseignement par l'Etat ;

· l'intégration et la généralisation des langues nationales ;

· le recours à la littérature orale congolaise (proverbes, devinettes, contes...) ;

· la désaliénation culturelle ;

· le jardinage et les travaux manuels ;

· la réforme des programmes, des pratiques et des horaires d'enseignement ;

· l'assurance de la formation permanente des enseignants.

Tandis que dans le système éducatif non conventionnel, nous avons également retenu moult stratégies, entre autre :

· la création d'un centre d'éducation de jeune et de la promotion des valeurs culturelles congolaises ;

· la mise sur pied d'un conseil des anciens du quartier, de l'avenue ou du village ;

· la création des associations de parents d'élèves et d'étudiants ;

· la conception et la redynamisation des programmes culturels orientés vers la littérature orale en langues nationales en utilisant les dessins animés et bandes dessinées comme des supports efficaces pour attirer la curiosité, surtout des enfants ;

· l'amélioration de la presse en la rendant plus originale et exemplaire, c'est-à-dire celle qui ne copie pas à l'aveuglette le modèle occidental et qui ne vante pas des antivaleurs ou de personnalités dont la conduite est reprochable et ne servent rien de modèle à la génération croissante ;

· l'institution d'une commission de censure stricte et vigilante dans le choix de tout programme radiotélévisé.

Enfin, nous avons présenté clairement la procédure à suivre pour mettre en oeuvre une réforme éducative efficace. Cette procédure présente les étapes suivantes :

· l'initiative et la formulation d'un avant-projet de reforme

· la formulation d'un projet

· l'examen du projet

· la navette du projet

· l'adoption du projet

· la promulgation du projet

· la mise oeuvre du projet

La rédaction de ce mémoire a été possible par le recours aux méthodes, techniques et paradigme, que nous avons étayés à la partie introductive. Il s'agit des méthodes historique, dialectique et systémique, d'une part et des techniques d'enquête, documentaire et interview pour la récolte de données, tandis que l'analyse de contenu, et la technique statistique, pour le traitement de données, d'autre part. Ajoutons que nous nous sommes servi du paradigme humaniste.

Rappelons que la présente recherche a été émaillée de plusieurs difficultés d'ordre scientifique, académique, financier, social, etc. Nous les avons présentées sans ambigüité au début de cette dissertation.

Ce travail s'est articulé autour de trois chapitres, comprenant chacun plus d'une section.

Le premier chapitre a exposé les considérations générales ; le deuxième a présenté les données d'enquête tandis que le troisième, finissant cette analyse s'est étalé sur le système éducatif envisagé.

Il est impérieux et opportun, pour nous, de terminer cette dissertation en présentant un ensemble d'idées que nous soumettons à l'approbation de personnalités et institutions concernées. Il s'agit donc d'un ensemble de recommandations visant à promouvoir le changement positif dans le système éducatif par la conception, notamment, des programmes d'enseignement qui permettent d'abord la résolution des problèmes dans le vécu quotidien du Congolais sans exclure, ensuite, la possibilité de solutionner des problèmes d'ailleurs.

A. A L'ETAT CONGOLAIS :

Ø Promouvoir la recherche scientifique par l'octroi de bourse d'étude et la subvention de la recherche scientifique:

Enraciner les valeurs authentiquement congolaises suppose la reprise en compte de quatre langues nationales. Cette reprise n'est peut être effective et efficace qu'à travers les résultats des études scientifiques savamment menées et de leur insertion dans les systèmes éducatifs, sociaux, administratifs et politiques de pays.

Ø Promouvoir l'unité dans la diversité :

La diversité culturelle est une réalité vivante en RDC et ne doit pas être un facteur de division. L'unité nationale demeure un idéal de tout le temps et de tout dirigeant épris du nationalisme. Conséquemment, l'Etat ferait mieux de favoriser la diversité culturelle en percevant celle-ci comme un facteur d'équilibre et d'unité nationale.

Actuellement la problématique de rejet, de la ségrégation tribale, et de tout refus d'accepter des différences qui s'alimente déjà dans nos communautés pourra être solutionnée par l'instauration d'un cadre de dialogue fécondant et permanent entre les différentes cultures et la participation active des diverses communautés à la vie culturelle de la nation. Favoriser l'initiative telle que le festival de Gungu est une illustration éloquente.

Ø Nommer des autorités compétentes au Ministère de l'éducation :

Quand un Ministre ne maîtrise pas les réalités des institutions d'enseignement du moment, il n'est pas à sa place, car entre l'enseignement primaire, secondaire, supérieur et universitaire, il existe un continuum qui exige une approche globale et stratégique dans la définition des politiques éducatives.

En effet, l'Etat devra nommer des spécialistes de la culture et de l'éducation au Ministère de l'éducation nationale.

Ø Doter les institutions d'enseignement des outils nécessaires pour l'accomplissement efficace et efficient de leurs missions en tenant compte de l'avènement de nouvelles technologies de l'information et de communication.

Ø Créer un Institut national de tradition populaire. 

Ø Promouvoir entre les pays voisins, une coopération culturelle et scientifique permanente.

Ø Encourager la formation militaire des jeunes âgés d'au moins dix-huit ans.

précédent sommaire suivant