WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude et perspectives de l'approche participative des projets communautaires réalisés par le Fonds Social dans la Province du Sud-Kivu en RDC de 2004-2009


par Manassé LWIMO MANASSE MUKENGE
Institut supérieur de développement rural de Bukavu RDC - Licence en développement rural 2011
  

précédent sommaire suivant

4.2. LA MATRICE MOFF DU SYSTEME

4.2.1. Opportunités

v Financement de la banque mondiale disponible 

v Communautés bénéficiaires ont besoin des initiatives pour leur amélioration de condition de vie 

v Potentialités locales favorables au développement du milieu 

v Programme STAREC

v Aménagement des infrastructures routières dans la province

4.2.2. Menaces

v Non implication active de la communauté dans les phases du projet

v Impraticabilité des infrastructures routières à l'intérieur de la province

v Faible mobilisation de la population à la contribution locale de 10%

v les catastrophes naturelles

v la procrastination (bureaucratisme)

4.2.3. Forces

v Utilisations des ressources locales ;

v Etablissement étatique à caractère social

v Main d'oeuvre disponible 

v Exécution des projets aux bénéficiaires en passant par les agences locales d'exécution

v Modernisation des infrastructures de base

v mise en place d'un comité consultatif provincial

4.2.4. Faiblesses

v Un personnel très réduit par rapport l'étendue de la province

v Répartition non équitable de projet par territoire

v Difficultés de poursuivre les activités sans financement externe

v Imposition par le FSRDC de l'agence locale d'exécution

v Les délais d'exécution de projets sont presque toujours allongés qui poussent les coûts sont parfois supérieurs aux prévisions ;

v Pseudoparticipation des parties prenantes (bénéficiaires) consiste coûte que coûte à maintenir une population dans gagne-pain qu'elle n'a jamais eu à choisir et dont on sait pertinemment qu'elle cherche à se débarrasser.

4.2.5. Applications

La mise en place d'un axe stratégique nous revient utile pour relever le niveau d'inadéquation entre la participation et projets communautaires. Aucun groupe humain ne peut se développer en entretenant une mentalité d'assisté (32(*)).

En effet, pour dégager les stratégies qui nous permettront de relever cette inadéquation : les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces identifiées sont analysées dans la présente matrice d'orientation stratégique.

Le choix des stratégies dépend des scores élevés dans l'analyse. Ce qui fait que chaque faiblesse sera analysée avec chacune des menaces et des opportunités.

 

OPPORTUNITES

MENACES

 

Financement de la banque mondiale disponible 

Communautés bénéficiaires ont besoin des initiatives pour leur amélioration de condition de vie 

Potentialités locales favorables au développement du milieu 

Aménagement des infrastructures routières dans la province

 

Programme STAREC

Non implication active de la communauté dans les phases du projet

Impraticabilité des infrastructures routières à l'intérieur de la province

Faible mobilisation de la population à la contribution locale de 10%

les catastrophes naturelles

la procrastination (bureaucratisme)

 

FORCES

Total

Utilisations des ressources locales ;

xxx

xxx

xx

x

x

xx

xx

x

xx

xx

20

Etablissement étatique à caractère social

xxx

xx

xxx

x

xxx

x

xx

x

x

x

19

Exécution des projets aux bénéficiaires en passant par les agences locales d'exécution

xxx

xx

xx

x

x

x

x

x

xx

xxx

17

Modernisation des infrastructures de base

xxx

xxx

xxx

xxx

xxx

xxx

x

xx

x

x

23

Main d'oeuvre disponible

xxx

x

xx

x

x

xx

x

x

xx

x

15

mise en place d'un comité consultatif provincial

xxx

xx

x

x

xx

x

xx

xx

xx

xx

18

FAIBLESSES

 

Un personnel très réduit par rapport l'étendue de la province

xx

x

xx

x

xx

x

x

x

xx

xxx

16

Répartition non équitable de projet par territoire

x

xx

xx

x

x

xxx

xxx

x

xx

xx

18

Difficultés de poursuivre les activités sans financement externe

x

x

xx

x

xx

x

x

xx

x

x

13

Imposition par le FSRDC de l'agence locale d'exécution

xx

xx

x

x

x

xxx

x

xxx

x

x

16

Les délais d'exécution de projets sont presque toujours allongés

xxx

xxx

x

x

x

xx

xxx

x

xx

xx

20

Pseudoparticipation des parties prenantes (bénéficiaires)

xxx

xxx

xxx

xxx

x

xxx

x

xx

x

x

21

TOTAL

30

25

24

17

19

23

19

18

19

21

 

Légende : XXX : influence forte ;

XX : influence moyenne ;

X : influence faible

* 32 Norbert YAMBA YAMBA SHUKU, les ONG : regard et perspective, éd. Epiphanie, Kinshasa, 1998, p26

précédent sommaire suivant