WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une analyse de la filière plants améliorés d'arbres forestiers dans le grand sud du Cameroun


par Dingues Ghislain Tchounji
Faculté d'Agronomie et des Sciences Agricoles (Université de Dschang) - Ingénieur Agronome (Option: Economie et Sociologie) 2012
  

précédent sommaire suivant

6.4.2. Contraintes des utilisateurs de plants

Au niveau des utilisateurs de plants améliorés nous avons identifié deux principales catégories de contraintes : d'approvisionnement et d'utilisation des plants

6.4.2.1. Contraintes d'approvisionnement en plants

Lors de l'approvisionnement en plants les utilisateurs rencontrent de nombreux problèmes : la rareté des plants, les prix élevés, le coût onéreux de transports et la mauvaise qualité des plants. La figure 16 présente ces problèmes par ordre décroissant et il ressort que la difficulté la plus ressentie par les utilisateurs est la rareté des plants. Ceci est dû au fait que la production est principalement orientée vers les membres et les prix proposés par les potentiels acheteurs ne sont pas très incitatifs pour les pépiniéristes qui par conséquent n'acquièrent pas plus de moyens de production. Kana (2006 : 59) fait le même constat. Selon lui lorsque les coûts de plants fruitiers se situent entre 1000 et 2500, 68 % des potentiels acheteurs proposent des prix inférieur ou égal à 1 000 FCFA. De par leur nature fragile et lourde le transport des plants parait difficile et peut coûter jusqu'à 200 francs le plant. Cependant les plants vendus sont parfois de mauvaise qualité et ne permettent pas aux producteurs agricoles d'obtenir les résultats escomptés.

Figure 16 : problèmes à l'approvisionnement en plants

- Rareté des plants

De manière générale, les quantités de plants sollicitées par les utilisateurs (demande) sont très supérieures aux quantités mises en vente par les groupes (offre). Ceci se traduit par une indisponibilité des plants sur le marché. Cette inadéquation de la demande et de l'offre peut être due : d'une part au fait que la production des pépinières n'est pas axée sur le marché, mais plutôt sur les besoins des membres et est limité par les capacités de production comme le montre la figure 17. D'autre part à une insuffisance de l'information car, pendant qu'on observe des manques en plants dans certaines localités, ailleurs on observe des abondances de plants des mêmes espèces.

Figure 17 : Facteurs déterminant les quantités produites

- Coûts des plants

Près de 80 % des utilisateurs de plants trouvent que les prix des plants sont élevés au point de limiter les quantités de plants achetés, même lorsqu'ils sont disponibles. Les prix de ces plants varient en fonction de la technique utilisée et du stade de développement du plant. Ainsi, les plants améliorés d'arbres fruitiers greffés varient entre 1000 et 1500f CFA, les plants marcottés se vendent entre 2000 et 3000 FCFA ; les plants bouturés entre 1500 et 2000fcfa, et les plants issus de semis se vendent entre 500 et 800 FCFA (Kana, 2006).

- Transport très onéreux

Lorsque les plants sont disponibles et accessibles, leur transport des sites de production (pépinière) au site final de plantation pose un problème. Les plants sont lourds et fragiles. Il n'existe pas des transporteurs spécialisés pour le transport de ces plants. Le transport se fait à la tête, par le porte-tout et les motos. Quand les quantités sont importantes, les plants sont transportés par les petites voitures, pick-up et les camions. Nkana (2003) trouve qu'il faut des quantités minimales de 25 plants, 50 plants et 400 plants respectivement pour la petite voiture, la Pick-up et le camion benne Pour rendre avantageux l'utilisation de ces véhicules. Le mauvais état des routes et le type de véhicule utilisé influence les coûts de transport des plants. Le tableau 8 présente les variations des coûts de transport des plants fruitiers en fonction de l'état de la route et du type de véhicule utilisé

Tableau 8 : Coûts de transport des plants fruitiers en fonction de l'état de la route et du type de véhicule utilisé

Type de véhicule

Coût de transport par plant (F CFA)

Bon état de la route

Mauvais état de la route

Petite voiture (0,5 tonnes)

100

200

Pick-up (1-1,6 tonnes)

60

100

Camion benne (7 tonnes)

25

35

Source : Nkana (2003)

- Mauvaise qualité des plants

Soixante dix-neuf pourcent des clients (utilisateurs de plants améliorés) sont satisfaits de la qualité des plants utilisés. Il n'en demeure pas moins que certains (21 %) trouvent que les plants sont de mauvaise qualité. Ils estiment que le résultat obtenu n'est pas celui escompté lors de l'achat du plant. Les causes d'insatisfaction sont présentées dans la figure 18.

Figure 18 : Causes d'insatisfaction des utilisateurs

L'insatisfaction peut être imputable au mode d'acquisition des plants. Car, 96 % des utilisateurs de plants se procurent les plants par achat ou don, contre 17 % qui produisent eux-mêmes leurs plants. Les clients n'ont pas des critères pour apprécier la qualité des plants. Ils sont à la merci des pépiniéristes sans foi ni loi qui sont prêts à vendre des plants issus de semis en laissant croire qu'ils sont des plants marcottés ou greffés. Il existe ainsi un climat de méfiance entre les clients et les pépinières. Les pépinières individuelles offrent moins d'assurance que les pépinières institutionnelles et collectives. Ceci pourrait expliquer pourquoi les utilisateurs préfèrent s'approvisionner auprès des pépinières collectives et institutionnelles, comme le montre la figure 19.

Figure 19 :  Les différents types d'offreurs de plants améliorés d'arbres fruitiers

précédent sommaire suivant