WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une analyse de la filière plants améliorés d'arbres forestiers dans le grand sud du Cameroun


par Dingues Ghislain Tchounji
Faculté d'Agronomie et des Sciences Agricoles (Université de Dschang) - Ingénieur Agronome (Option: Economie et Sociologie) 2012
  

précédent sommaire suivant

6.5.2. Les potentialités physiques

L'existence des êtres supérieurs des espèces étudiées dans la plupart des sites, peut garantir un approvisionnement en germoplasme de qualité. La disponibilité des bas-fonds est un atout pour la création de nouvelles pépinières. La conquête de nouvelles terres pour la production agricole, la lutte contre les pestes, peuvent favoriser une augmentation de la demande en plants. Pour le cas de kola par exemple il existe plusieurs variétés qui sont adaptés aux différentes zones agro-écologiques du pays.

6.5.3. Les opportunités économiques

De plus en plus, les populations s'intéressent aux arbres agroforestiers en général et aux fruitiers en particulier. La figure 22 repartie les utilisateurs de plants en fonction de la place des arbres dans les systèmes de culture. Vingt un pourcent des utilisateurs de plants estiment que les arbres fruitiers occupent une place primordiale dans les systèmes de culture.

Figure 22 : Place des arbres fruitiers dans les systèmes de cultures

La clientèle des groupes est composée à 82 % des élites. Les populations rurales restent encore sceptiques et demeurent un marché à conquérir pour les groupes.

Rendu au terme de ce chapitre, il est à relever que La filière `plants améliorés d`arbres fruitiers' est extrêmement courte et implique très peu d'acteurs. Elle est en réalité une sous-filière (filière d'amont) aux filières fruitières (avocat, mangue, safou et kola). Elle est actuellement très peu développée et repose exclusivement sur des structures d'appui, telles que l'ICRAF, qui assure l'approvisionnement en intrants (germoplasme et matériel de pépinière), les formations et supporte certains coûts de la plupart des acteurs de la filière. Le chapitre suivant présente les conclusions, les recommandations et les limites de l'étude ainsi que les perspectives.

précédent sommaire suivant