WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une analyse de la filière plants améliorés d'arbres forestiers dans le grand sud du Cameroun


par Dingues Ghislain Tchounji
Faculté d'Agronomie et des Sciences Agricoles (Université de Dschang) - Ingénieur Agronome (Option: Economie et Sociologie) 2012
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 7: CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

CHAPITRE 8: Conclusion

Cette étude avait pour objectif d'analyser la filière « plants améliorés d'arbres fruitiers » dans le Grand Sud-Cameroun. Afin de réaliser cet objectif général nous nous sommes fixés des objectifs spécifiques.

Le premier objectif spécifique était d'identifier et de caractériser les acteurs impliqués dans la filière. Les résultats montrent que  la filière `plants améliorés d'arbres fruitiers' implique des acteurs qui peuvent être directs ou indirects. Les acteurs directs sont les fournisseurs d'intrants (matériel de pépinière, germoplasme), les groupes qui sont à 88 % des GICs, les utilisateurs qui sont à 63 % des hommes et dont 46 % ont pour activité principale l'agriculture, pendant que 33 % de ces utilisateurs sont des fonctionnaires.

Le deuxième objectif spécifique était de déterminer les relations entre les acteurs et leurs fonctions dans la filière. Les résultats révèlent qu'il existe des relations entre les acteurs. Ce sont des relations contractuelles, de collaboration, d'encadreur à encadré, de formateur à apprenant, d'agent d'appui à subventionné: Chacun de ces acteurs assure un rôle dans un ou plusieurs stades de la filière, de l'approvisionnement en intrants à la production du plant jusqu'à la consommation finale du plant.

Le troisième objectif spécifique était de déterminer les flux de la filière. Les résultats montrent que  les flux entrant sont constitués des flux physiques (intrant de production), flux monétaires (revenus de la vente des plants et les appuis financiers) et les flux de connaissance (formations diverses). Les flux sortants sont exclusivement constitués de plants produits. Les quantités produites sont principalement destinées à l'utilisation des membres des groupes et l'excédant est vendu. D'où un écart entre les quantités vendues et produites.

Le dernier objectif spécifique était de déterminer les opportunités et les contraintes de la filière. Les résultats montrent que les acteurs sont confrontés à des difficultés qui fragilisent la filière. Cent pourcent des groupes estiment que les germoplasmes de qualité sont très rares. Quatre vingt-dix-sept pourcent n'ont pas suffisamment de moyens financiers et d'équipement approprié, tandis que 84 % ne maîtrisent pas les techniques de multiplication végétative. Vingt un pourcent des clients ne sont pas satisfaits des plants achetés, tandis que 96 % n'accèdent pas aux quantités de plants désirées et 80 % les trouvent très couteux. Quatre vingt huit pourcent des clients limitent les quantités achetées à cause de la pénibilité de l'entretien en champ. Les structures d'appui souffrent d'une insuffisance de moyens (financier, humain, matériel) et de la mauvaise attitude de certains groupes qui ont tendance à tout attendre d'elles. Les structures d'encadrement font face à une insuffisance du personnel et à une insuffisance des capacités techniques. Ces acteurs sont confrontés à un état défectueux des voies de communication. La filière présente tout de même de nombreuses opportunités. Quatre vingt pourcent des groupes ont reçu de l'ICRAF des formations à la création de leurs pépinières et 66 % continuent à recevoir ces formations. Trois pourcent des groupes ont une expérience de 24 ans. Les partenaires locaux (OR et centre ressource) de l'ICRAF assurent la formation et l'encadrement des groupes. Vingt-et-un pourcent des clients enquêtés considèrent la culture des plants améliorés comme prioritaires dans leurs systèmes de culture.

8.1. Recommandations

Dans le souci d'améliorer la filière `plants améliorés d'arbres fruitiers' et d'accroitre l'offre en plants, L'étude recommande que :

les groupes devraient :

- Créer des parcs à bois, afin d'assurer la disponibilité et de la qualité des germoplasmes;

- développer des stratégies d'autofinancement afin d'être un peu plus autonomes à l'égard des partenaires ;

- communiquer davantage sur les espèces, les types et les quantités de plants disponibles dans leurs pépinières ;

- effectuer des services après vente auprès des clients pour s'assurer que les plants sont bien transplantés (expliquer les méthodes de transplantation aux clients), afin de limiter les problèmes liés aux pertes post transplantations.

ICRAF devrait :

- renforcer les capacités techniques et organisationnelles des groupes ;

- apporter plus d'appuis technique et logistique aux organisations relais;

- sensibiliser les populations sur les pratiques de domestication, afin qu'ils soient plus coopératifs lors de la collecte des germoplasmes sur leurs arbres ;

- promouvoir la création des parcs à bois au niveau des groupes, afin d'assurer la disponibilité, la qualité des germoplasmes ;

- développer un système d'information, pour faciliter la communication entre les groupes et les potentiels clients.

les utilisateurs de plants devraient :

- s'assurer de la qualité des plants avant toute opération d'achat ;

- maitriser les fiches techniques de production à base de matériel amélioré.

les pouvoirs publics devraient :

- exercer un contrôle de qualité sur les plants produits, par un système d'agrément pour les pépiniéristes;

- former les agents du MINADER aux techniques agroforestières ;

- subventionner les acteurs de la filière ;

- développer les voies d'accès aux zones de productions des plants, afin de facilité leurs transports.

précédent sommaire suivant