WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une analyse de la filière plants améliorés d'arbres forestiers dans le grand sud du Cameroun


par Dingues Ghislain Tchounji
Faculté d'Agronomie et des Sciences Agricoles (Université de Dschang) - Ingénieur Agronome (Option: Economie et Sociologie) 2012
  

précédent sommaire suivant

4.2.1.2. Typologie des acteurs

La typologie permet d'identifier et caractériser les acteurs d'une filière. Elle réfère à l'étude de leurs stratégies au sein de la filière pour atteindre chacun leurs objectifs (Duteurtre et al., 2000). L'identification des agents de la filière est peu dissociable de l'identification des flux et des opérations (Madi, 2009). Terpend (1997), classe les acteurs du processus de commercialisation en trois grandes catégories notamment les opérateurs privés directs, les opérateurs privés indirects et les opérateurs publics. Les opérateurs privés directs sont composés des producteurs, des commerçants, des transporteurs, des transformateurs et des consommateurs ; ils interviennent directement dans la filière. Pour chaque opérateur, il sera nécessaire de détailler précisément leurs activités et leurs stratégies. Duteurtre et al. (2000) identifient six types d'acteurs dans l'analyse de la filière:

- les détaillants qui sont des opérateurs qui vendent directement au consommateur final du produit ;

- les grossistes, qui sont les intermédiaires entre les producteurs et les détaillants. Certains d'entre eux peuvent être spécialisés dans des fonctions de collecte et revente des produits à des grossistes qui les revendent aux détaillants. Il peut exister des cas de superposition des fonctions de grossiste et détaillant, ou même de producteur et grossiste voire détaillant;

- les transporteurs assurent un service de transport. Ils peuvent aussi être impliqués dans des opérations d'achat et de revente ;

- les courtiers sont des intermédiaires qui réalisent des services de tri et de mise en liaison grossiste-producteurs ;

- les producteurs, qui constituent le premier maillon de la chaîne de commercialisation et ;

- les consommateurs sont les utilisateurs finaux du produit.

La typologie nous permettra de catégoriser les acteurs de la filière plants améliorés d'arbres fruitiers.

4.2.1.3. Analyse de l'organisation

D'après Madi (2009) cette étape consiste à déterminer le degré d'intégration verticale : de la matière première au produit fini, à faire un bilan sur les organisations professionnelles au niveau des différents stades de la filière. En plus des acteurs, il faut prendre en compte leurs logiques de fonctionnement et de comportement, leurs modes de coordination ainsi que leurs volontés de valoriser leurs activités.

Dans une filière, il existe trois formes de coordination : la coordination verticale, la coordination horizontale et la coordination dans le temps. Pour cette étude, seules les deux premières formes seront envisagées. Selon Moustier et al. (1999), la coordination verticale désigne la relation qui peut s'établir entre des opérateurs ayant des fonctions différentes (comme un accord entre un producteur et un commerçant pour la vente d'un produit). Il s'agit donc ici de voir si les échanges sont basés sur des contrats ou des relations plutôt privilégiées (aspect plus informel), si les interventions sont négociées (ou pas) pour la fixation des prix. On cherchera à savoir si les relations de confiance sont nécessaires pour que la filière devienne performante. Audette et al. (1995) parle de coordination horizontale lorsque les opérateurs travaillent dans une même activité (par exemple avec la formation d'une organisation de producteurs qui permet une entente pour une vente groupée ou une association de consommateurs). Les formes de coordination horizontale permettent de renforcer la cohésion mutuelle à un même niveau dans un circuit de commercialisation d'un produit (Nya, 2008). Pour Duteutre et al. (2000), dans l'analyse organisationnelle d'une filière, il faut prendre en considérations deux éléments. Les acteurs du jeu et les institutions qui désignent les règles du jeu entre acteurs. La typologie d'une entreprise revient à déterminer sa taille, la technologie utilisée, ses stratégies et ses modalités d'exercice du pouvoir. Pour les associations ou groupements, le statut juridique, les objectifs et le budget sont des éléments à prendre en compte. Les réseaux d'acteurs ont souvent une base ethnique, familiale, linguistique ou religieuse. Les mêmes auteurs relèvent au niveau de la typologie des institutions : la structure des marchés, les contrats oraux ou écrits, pérennes ou éphémères, les relations de pouvoir, les règlementations publiques, les conventions de qualité.

précédent sommaire suivant