WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Eléments d'une philosophie de l'espace chez Ernest Cassirer

( Télécharger le fichier original )
par Marcellin Tibérius KALOMBO MBUYAMBA
Université catholique du Congo - Diplôme d'études approfondies  2012
  

précédent sommaire suivant

II.2. Différents types d'espaces chez Cassirer

Cassirer conçoit une théorie de l'espace qui sort de l'ordinaire. Il combine les produits des sciences de la culture et ceux des sciences de la nature. D'où, il y a l'espace mythique et l'espace esthétique qui résultent des sciences de la culture, l'espace théorique des sciences mathématiques et physiques, qui résultent aussi des sciences de la nature.

II.2.1. L'espace mythique

Pour Cassirer, le concept d'ordre et de relation a essayé de résoudre le problème de l'espace-temps dans l'histoire de la connaissance. Par là, il a permis de passer directement de l'espace mythique, à l'espace esthétique et à l'espace théorique sans difficulté. Pour notre auteur, « il n'y a pas une intuition générale, strictement fixée de l'espace mais que l'espace ne reçoit son contenu déterminé et son agencement particulier que de l'ordre du sens au sein duquel à chaque fois se configure ».55(*)

Si cet ordre est pensé comme mythique, comme esthétique et comme théorique, sa forme change également. Ce changement ne concerne pas seulement des traits particuliers et subordonnés, mais il se rapporte à sa globalité, à sa totalité et à sa structure principielle. Il s'ensuit que, l'espace n'a pas une structure strictement donnée, fixée une fois pour toutes. Il acquiert sa structure au moyen de l'organisation générale du sens, au sein de laquelle, s'accomplit son édification. La fonction du sens constitue le premier moment et déterminant, ensuite la structure de l'espace constitue le moment secondaire et dépendant.

Enfin, selon le point de vue de Cassirer, ce qui relie tous les espaces, qui ont un caractère différent du sens et une provenance différente du sens, « c'est une détermination purement formelle qui trouve son expression la plus précise et la plus prégnante dans la définition leibnizienne de l'espace comme possibilité de la coexistence et comme ordre des coexistences possibles »56(*). Une telle possibilité, est vécue d'une manière différente dans les modes des formations spatiales. C'est ainsi que, l'espace mythique est caractérisé d'un coté par la forme caractéristique de la pensée mythique, et d'un autre coté du sentiment vital spécifique qui habite toutes les formations mythiques et leur confère une coloration particulière.

Le fait que le mythe cherche à distinguer la droite et la gauche, le haut et le bas ; et lorsqu'il distingue les différentes régions du ciel, de l'est et l'ouest, le nord et le sud, le mythe ne le fait pas dans l'esprit de l'espace empirico-physique, ni à des points et à des directions comme on le fait dans l'espace géométrique. Dans la perspective mythique, tout lieu et toute direction a une qualité mythique déterminée et dépendant de cette qualité. D'avis de Cassirer, dans l'espace mythique, il n'est pas question des déterminations géométriques, ni des propriétés physiques. Ce qui nous intéresse dans l'espace mythique, ce sont des trais magiques déterminés. Un lieu dans la perspective mythique est placé dans une atmosphère particulière et forme en quelque sorte au tour de lui un propre contexte magico-mythique. Disons que l'ensemble de l'espace mythique, avec le monde mythique en général, sont organisés et structurés selon les lignes de forces magiques.

Dans l'espace géometrico-physique, qui est ou l'espace de notre expérience, tout être possède une place déterminée qui lui est attribuée. Les corps célestes (étoiles, lune, soleil, astres...) ont leur place déterminée et des orbites fixes. Cette détermination spatiale est appliquée aussi aux objets mythiques. Cette forme d'attacher les objets à leur lieu dans l'espace, constitue une nécessité particulière, inhérente, indéfectible et impossible d'y échapper. Il s'ensuit que, le monde physique et le monde social sont conditionnés dans leurs éléments particuliers. Aussi, dans les plus menus détails, par la distinction mythique des lieux de l'espace et des directions spatiales.

Il appert que, Cassirer cite Kant dans « Fondements de la distinction des régions de l'espace », où il menait une étude sur les distinctions des différentes régions de l'espace, en les appliquant à l'espace mathématique et physique. Mais, une question mérite d'être posée : peut-on appliquer cette étude à l'espace mythique ? Il s'ensuit que, le motif décisif qui est un fondement de toute distinction mythique de lieux et de direction, doit être recherché dans l'enchainement interne que dans le sentiment mythique. C'est à partir de la fonction de sens universel du mythe, qu'on peut rendre compréhensible la forme de l'espace mythique dans son ensemble selon notre auteur.

Rappelons que, le mythe est beaucoup plus attaché à des modes primaires et primitifs du sentiment du monde y compris pour le sens global de son orientation spatiale. Ainsi, l'intuition spatiale dans le mythe, ne recouvre pas et n'abolit pas ce sentiment. Au contraire, elle ne fait que l'extérioriser. Nous parvenons à cette extériorisation que grâce à des déterminations et à des distinctions spatiales, que par l'attribution d'un accent mythique original à chaque contrée de l'espace : à l'ici et au-delà, à l'orient et à l'occident, au haut et au bas. Dans ce contexte, le mythe joue un rôle prépondérant dans la constitution de l'espace. Somme toute, la pensée mythique de l'espace, est considérée comme une grande force mystérieuse qui gouverne toutes choses et qui règles et déterminent non seulement la vie des hommes mortels, mais aussi celle des dieux. Alors qu'en est-il de l'espace esthétique?

* 55 E.CASSIRER, Espace mythique, espace esthétique et espace théorique, O.c., p.109.

* 56 Ib.

précédent sommaire suivant