WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Eléments d'une philosophie de l'espace chez Ernest Cassirer

( Télécharger le fichier original )
par Marcellin Tibérius KALOMBO MBUYAMBA
Université catholique du Congo - Diplôme d'études approfondies  2012
  

précédent sommaire suivant

I.4.2. H. Helmholtz : approche empirico-physiologique

Bien que H. Helmholtz soit physiologiste, s'attache plus à Descartes qu'à Berkeley, qui est aussi empiriste et physiologiste. D'ailleurs, sa théorie « des raisonnements inconscients »40(*), contenu dans son « Optique physiologique », cité par Cassirer, s'attache beaucoup à la théorie Cartésienne de la Dioptrique. Mais, les formes de ce raisonnement inconscient de Helmholtz sont plus recherchées dans le modèle des formes du raisonnement inductif et non dans les logiques et mathématiques comme l'a fait Descartes. C'est sur ce point de vue qu'il se sépare de Descartes.

En plus, l'approche à relier par association et à compléter par reproduction les impressions des sens, suffisent pour expliquer, admettre et insérer les impressions des sens d'espace. Donc, « l'espace naît de simples sensations transformées par l'association et les conclusions inconscientes »41(*). Par cette approche, il est proche de Berkeley. En plus, Helmholtz ne contestait pas la question apriorique de l'espace au sens kantien, mais il voulait simplement donner à la conception kantienne une autre version qui n'était pas en contradiction avec les intuitions fondamentales de sa physiologie des sens et qu'il complète et explicite. Pour justifier la possibilité d'avoir l'intuition de l'espace non euclidien et pour fonder philosophiquement la science de l'espace, Helmholtz introduit une distinction entre espace physique et espace représentatif et il essaie d'expliquer la raison de la cohérence des géométries non euclidiennes par l'accord avec la représentation intuitive que nous avons de l'espace.

En sus, Si l'espace euclidien est la forme a priori de l'intuition, alors la géométrie est entendue comme science de l'espace physique et elle ne peut pas être autre qu'euclidien. Si au contraire, l'espace géométrique est considéré comme étant distinct de l'espace physique, on peut soutenir qu'il est compatible avec la représentation intuitive de l'espace. Aussi, pour expliquer la différence entre une force de l'espace que nous connaissons a priori et l'espace euclidien que nous connaissons a posteriori, Helmholtz fait une distinction entre l'espace représentatif ou intuitif et l'espace géométrique. L'espace représentatif est unique, il est la condition de possibilité de l'expérience. L'espace géométrique au contraire, est une description abstraite de l'espace représentatif. Ainsi, s'achève le contenu réservé pour Helmholtz et voyons une autre tendance surtout le nativisme soutenue par Hering.

I.4.3. Hering : approche nativiste

Pour Cassirer, le nativisme « est une théorie qui considère que la perception de l'espace et du temps est innée et non acquise progressivement42(*) ». C'est aussi une théorie selon laquelle, l'espace et le temps sont des données dans les sensations elles-mêmes et non acquis par expérience. Le fait que l'empirisme était pris dans le dilemme selon lequel, il fallait expliquer l'espace soi par nos propres sensations, soit par le signe, qu'il fallait changer de direction d'investigation. Car, cette approche ne devrait pas toujours expliquer la forme de l'espace à partir du concept de sensation. C'est pourquoi, l'empirisme pour bien expliquer les choses a dû séparer de ce que signifie la sensation en son sens simple est en soi-même, « c'est pourquoi, elle se donne immédiatement à des autres moments qui ne s'y ajoutant qu'en cours d'expérience, apportent de multiples modifications à son état initial »43(*). Ainsi, grâce à ces modifications, l'intuition et la représentation de l'espace, se sont développés à partir des data de la simple sensation.

Selon Cassirer, Hering intervient pour dire, qu'il était fidèle à la théorie. Contre les dérivations des empiristes, il reste en parfait droit de dire que : « jamais la juxtaposition ou la succession d'élément non spatiaux ne pourrait engendrer du spatial, qu'il fallait au contraire reconnaitre d'une manière ou d'une autre, dans l'étendue et dans la spatialité un caractère irréductible de toutes nos perceptions sensible »44(*). Ajoutons que la psychologie moderne avait déjà abandonné l'idée selon laquelle de prendre sur la fait la conscience au point précis dans lequel va s'accomplir le passage décisif d'une sensation en soi non spatiale à la perception spatiale. Ainsi, « l'opération requise ici ne se rapporte jamais à la naissance de la spatialité comme telle, mais bien à la distinction en son sein des phases d'accentuations et d'organisations déterminées »45(*).

De ce fait, l'approche nativiste de Hering n'aborde pas seulement la question de la naissance de l'espace, mais elle cherche aussi à savoir, comment au sein d'une structure spatiale, il y a des phases et d'organisations déterminées d'espaces. Car, comment quelque chose qui est dépourvue de l'espace peut-elle acquérir de l'espace ? A cet effet, ce qui compte chez Hering, c'est de « se demander par quelle voie et grâce à quelles médiations la simple spatialité se change en l'espace, l'espace pragmatique en l'espace systématique »46(*). Pour ce point de vue, il y a une grande distance entre le vécu primaire d'espace à l'espace formé qui est la condition de l'intuition d'objets et encore de cet espace intuitif et objectif, à l'espace de la meure et de l'ordre mathématique (la géométrie).

* 40 E. CASSIRER, Philosophie des formes symboliques t3, p.171.

* 41 E. CASSIRER, Le problème de la connaissance, t4, p.56.

* 42 E.CASSIRER, Philosophie des formes symboliques, t3, p.172.

* 43 Ib.

* 44 E.CASSIRER, Philosophie des formes symboliques, t3, p.172.

* 45 Ib.

* 46 Ib.

précédent sommaire suivant