WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La monétisation des contenus musicaux dans l'espace numérique: la téléphonie mobile

( Télécharger le fichier original )
par Paméla MICHEL
Paris IV Sorbonne - Master 2 Administration et gestion de la musique 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.3.2 Convergence des marchés et convergence organisationnelle

La convergence technologique doit induire une convergence des marchés. Cette dernière peut être pro-concurrentielle, par augmentation de la substituabilité entre des produits ou services appartenant initialement à des marchés différents (concurrence entre un ordinateur et un lecteur mp3 pour écouter de la musique, (par exemple) ; ou, à l'inverse, anti-concurrentielle, lorsqu'elle offre la possibilité de lier les marchés de «tuyaux», et donc le contrôle de l'accès au consommateurs final, et les marchés de contenus. Les effets pro ou anti-concurrentiels justifient tous deux la convergence organisationnelle, c'est-à-dire des opérations d'intégration verticale, de concentration horizontale, ou encore d'alliances. De telles opérations peuvent conduire à une plus grande efficacité économique, en minimisant les coûts de transaction ou en mettant à profit l'existence d'économies d'échelle, d'envergure et/ou d'agrégation (Bakos et Brynjolfsson, (2000), ou au contraire augmenter le pouvoir de marché par exclusion des rivaux, forclusion, dissuasion à l'entrée.

La convergence des marchés devient alors une réalité. De même qu'une conversation téléphonique peut transiter par le réseau Internet, aujourd'hui, un titre musical s'écoute aussi bien sur une radio hertzienne, sur une webradio, sur un lecteur de CD, sur Internet à partir du disque dur d'un ordinateur, sur un baladeur numérique, ou encore sur un téléphone mobile.

Enfin, la convergence organisationnelle semble également s'amorcer. Dans la musique, jusqu'au tout début des années 2000, les frontières étaient relativement hermétiques. Parmi les cinq majors de l'époque, seul Sony était simultanément présent dans les contenus et dans l'électronique grand public. Si Universal Music et Warner Music étaient adossés à des groupes multimédias, présents également dans les réseaux (Internet, téléphonie mobile), aucune synergie n'a pu être mise en évidence à l'époque. Aujourd'hui, Warner Music est d'ailleurs devenu totalement indépendant, comme l'est EMI depuis près de 10 ans. En tout état de cause, les Majors étaient au centre du jeu en contrôlant les réseaux de distribution et en préemptant les canaux de promotion.

Aujourd'hui, les frontières sont plus floues et il semble bien que, dans la musique en ligne, la position des Majors soit plus périphérique et restreinte à la fourniture de contenus. En effet, pour les médias, les opérateurs de télécommunications, les fournisseurs d'accès à Internet (FAI), et même les constructeurs de hardware, les contenus deviennent un axe de développement stratégique. Ce développement passe le plus fréquemment par la tentative de contrôler la distribution en ligne, éventuellement à travers des accords d'exclusivité avec les producteurs phonographiques, voire même par l'intégration en amont vers la production96(*).

* 96Idem. CURIEN Nicolas, MOREAU François 

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net