WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La monétisation des contenus musicaux dans l'espace numérique: la téléphonie mobile

( Télécharger le fichier original )
par Paméla MICHEL
Paris IV Sorbonne - Master 2 Administration et gestion de la musique 2009
  

précédent sommaire suivant

2.2.2.2 L'offre gratuite et légale

«Avec le développement des pratiques massives de peer-to-peer depuis 6 ans, la notion de gratuité de la musique est devenue une évidence pour les générations des 18-25 ans. En revanche, il est vital que la suivante, celle des 10-18 ans soit très vite sensibilisée.146(*)»

Aujourd'hui les maisons de disque ont pris conscience que la gratuité pouvait être aussi une stratégie Marketing détournant les consommateurs des sites illégaux. De cette façon, les offres qui se sont créées pour proposer du contenu musical ont envisagé la gratuité comme moyen pour lutter contre l'autre gratuité (peer to peer). La publicité et l'audience générées par ces sites permettent alors des revenus importants qui font vivre ces services.

Dans l'ère numérique, la capacité du haut débit a démultiplié les échanges et donc la possibilité d'acquérir facilement du contenu. Si la technologie a apporté de nouveaux matériels plus performants elle a aussi conduit les consommateurs à ne plus avoir pour habitude de payer systématiquement pour un bien média. Ainsi, le paysage de l'offre sur Internet a vu l'émergence de nouveaux services dédiés à la musique, proposant une alternative entre contenu gratuit et musique payée.

Le développement du haut débit et le streaming ont pour atouts de faciliter l'écoute des fichiers audio et vidéo qui transmis en flux directs n'ont pas besoin d'être stocké. De cette façon les radios à la demande de type Deezer ou Last.fm proposent la lecture en flux contenu «streaming» des fichiers musicaux. Ceux -ci ne peuvent être téléchargés et font alors l'objet d'une utilisation contrôlées et sécurisées. Deezer propose par ailleurs la possibilité de télécharger des titres musicaux en payant afin de posséder le bien numérique et d'en faire une utilisation libre. Nous pouvons alors constater que «la gratuité n'empêche pas un acte d'achat147(*)».

Aujourd'hui, il est vrai que la valeur de la musique et son consentement à payer pour l'acquérir ont baissé. Cependant la demande est toujours aussi forte si ce n'est davantage et il existe de nombreux services qui proposent un compromis entre musique gratuite et musique payée. Dans le cas de la radio à la demande, les administrateurs de sites utilisant le catalogue des Majors et de labels indépendants, doivent céder 70% de leurs revenus à ces derniers. Nous retrouvons ici la cohérence dans l'utilisation d'une musique sécurisée et d'une musique libre d'accès.

Dans l'usage d'Internet et des flux de partages qu'il entraîne, la gratuité de la musique est en plein essor dans nos modes de consommation. Mais comme nous l'avons vu derrière la gratuité se cache des stratégies Marketing qui visent à vendre un produit premier comme avec l'exemple de la téléphonie mobile. Opérateurs télécoms et Maisons de disque sont alors dans un travail de coopération dans l'élaboration d'un plan à 360° qui défend les intérêts de chacun.

* 146SNEP : L'économie de la production 2009.

* 147SOK Borey : Musique 2.0. Solutions pratiques pour nouveaux usages marketing.ed.Irma.2007.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy