WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La monétisation des contenus musicaux dans l'espace numérique: la téléphonie mobile

( Télécharger le fichier original )
par Paméla MICHEL
Paris IV Sorbonne - Master 2 Administration et gestion de la musique 2009
  

précédent sommaire suivant

2.3 Vers un équilibre économique

La musique doit trouver sa place dans une ère numérique disposée à la valoriser et à la protéger, à garantir aux ayants droit la gestion des oeuvres. Aujourd'hui cette musique qui tend à perdre de sa valeur doit aussi unir les différents acteurs du marché pour trouver des solutions équitables face aux responsabilités de chacun quant à la diffusion illimitée des contenus musicaux. Aussi, est-il important et nécessaire de revaloriser la musique à travers une monétisation applicable aux nouveaux modes de consommation ainsi qu'aux nouvelles technologies.

2.3.1 La lutte contre le Piratage

Il est évident que tous les acteurs, qu'ils soient techniques ou artistiques ont pour intérêt de voir le piratage de fichiers numériques se résorber voire disparaître. Aujourd'hui, les débats autour de la proposition de loi HADOPI 1 et aujourd'hui 2, tentent de résoudre la question en sanctionnant les utilisateurs qui sont dans l'illégalité. Cette loi s'annonce plus comme un moyen de dissuasion et de complexification du téléchargement. Mais, actuellement il est particulièrement urgent de sensibiliser toujours plus le public et de l'orienter vers des offres légales pour ne pas mettre en danger toute une industrie et la création musicale. Pour ce faire, nous prenons le parti d'étudier la sensibilisation et la prise de conscience par le public des conséquences le piratage sur la pérennité de la production musicale.

Malgré une hausse des sites dédiés à la vente de musique et donc à une offre légale, le consommateur tend encore à se tourner vers des services alternatifs «hors la loi» qui proposent de la musique en peer to peer. Ainsi, en 2008 «un quart des 32 millions d'internautes, soit 8 millions de personnes, ont téléchargé des contenus illégaux, pour un volume de 778 millions de titres : un titre téléchargé légalement pour 14 titres téléchargés illégalement156(*)».

2.3.1.1 La réorganisation du secteur musical

Face à la banalisation des services illégaux, le secteur de la musique se réorganise et entreprend un combat contre le pillage des droits. En effet «la lutte efficace contre ces pratiques est essentielle à la survie de l'industrie musicale française et à l'ensemble de la filière. Cette filière est à la pointe des difficultés et mutations rencontrées par les industries culturelles de l'environnement numérique et a besoin d'un soutien  tout particulier pour l'aider à reconstruire des bases solides de développement157(*)».

Le potentiel de la technologie numérique, «avec sa capacité à dupliquer des oeuvres de manière quasiment parfaite pour un coût minime, et l'environnement réticulaire, avec ses possibilités de distribution à coût nul, représentent un défi sans précédent pour les contenus numériques».

L'étude OCDE158(*) sur la musique en ligne, dénonce l'effet du piratage comme un «frein majeur à la création». De son côté, l'industrie du disque, consciente que le DRM n'est plus une solution, a réagi en présentant aux pouvoirs publics des mesures parmi lesquelles un volet d'éducation et de sensibilisation qui contient «la mise en place de partenariats avec le ministère de l'Education nationale pour une sensibilisation à la propriété littéraire et artistique et aux différents métiers de la création et de l'industrie musicale, coopération étroite avec les opérateurs de télécommunications pour l'envoi de messages de sensibilisation ciblés aux internautes utilisant des outils de téléchargement illicite d'oeuvres protégées159(*)».

La crise de la musique enregistrée, plus spécifiquement nous parlerons de crise du disque est un phénomène qui touche le marché mondial. Néanmoins, certain pays ont réussi à s'adapter aux difficultés en donnant aux ventes numériques un véritable essor capable alors de diminuer le fossé de la crise causé par les pertes physiques. Par exemple : «sur la période 2002/2008, les ventes numériques ont comblé 75 % de la perte des ventes de supports au Japon, 42 % aux Etats-Unis, 38 % en Grande Bretagne mais seulement 19% en France159(*)».

Le marché de la vente de musique digitale est en pleine expansion, il représente au premier semestre 2009 un chiffre de 76,3 millions d'euros en hausse par rapport à 2008, soit un gain de chiffre d'affaires de 25,5 millions d'euros. Alors que le marché des ventes physiques connaît une baisse de 19,9%, soit une perte de chiffres d'affaires de 132 millions d'euros par rapport à 2008. C'est pour cela qu'il est important de concentrer les moyens et de travailler en coopération avec chaque secteur pour endiguer le piratage afin de rendre au marché numérique un avenir pérenne160(*).

* 156SNEP : l'économie de la production musicale 2009.

* 157Idem. SNEP

* 158Direction de la science, de la technologie et de l'industrie. Comité de la politique de l'information, de l'informatique et des communications : contenus numériques haut débit :La musique. 8/11/2005.

* 134SNEP : l'économie de la production musicale 2009.

135 Idem.SNEP

* 159 Idem SNEP. France : revenus numériques : téléphonie mobile ;58% contre 42% pour les revenus Internet

* 160Idem. SNEP

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy