WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Des transferts sont-ils possibles de la didactique du français (FLE/FLS) à  la didactique de l'amazighe (berbère) dans le contexte sociolinguistique marocain ?

( Télécharger le fichier original )
par Lahcen NACHEF
Université Rennes 2 - Master 2 2006
  

précédent sommaire suivant

CONSIDERATIONS METHODOLOGIQUES

ECHANTILLONNAGE

Il est statistiquement admis que "pour définir une population, il faut d'abord déterminer une règle qui permet d'identifier les éléments ou unités échantillonnales de la population; en outre, le choix d'un échantillon optimal implique qu'on en spécifie la structure interne, puisque ce sont les propriétés de cette structure qui conditionnent le choix d'une méthode d'échantillonnage susceptible d'augmenter la représentativité de l'échantillon retenu".47(*)

Il est également admis qu'en sciences humaines la complexité de la population est parfois tellement grande que le choix d'un échantillon adéquat s'avère une tâche quasi impossible. Selon De Landsheere, " échantillonner, c'est choisir un nombre limité d'individus, d'objets ou d'événements dont l'observation permet de tirer des conclusions (ou inférences) applicables à la population entière à l'intérieur de laquelle le choix a été fait" (De Landsheere, 1975, p. 251)

ECHANTILLON :

Conscient de ces considérations méthodologiques, nous avons délimité le terrain d'investigation et consulté la tranche de la population la plus en rapport avec l'objet de notre enquête : l'état des lieux de l'enseignement de l'amazighe et les emprunts possibles de la didactique de cet enseignement aux didactiques des autres langues en présence dans le paysage linguistique marocain, notamment le français (FLE/FLS).

Aussi avons-nous destiné nos trois types de questionnaires aux trois acteurs principaux intervenant dans l'enseignement de la langue amazighe : les professeurs ayant en charge l'enseignement/apprentissage de l'amazighe, les inspecteurs chargés de l'encadrement et du suivi et enfin les chercheurs de l'IRCAM chargés de la conception du matériel didactique et pédagogique (manuels scolaires, guides,...) et de la formation du personnel éducatif et enseignant en ce qui concerne l'amazighe, notamment sur les plans linguistique et didactique. A rappeler que les côtés relatifs à l'organisation, à la logistique et au déploiement des ressources humaines incombe au ministère de l'éducation, aux académies régionales et aux délégations provinciales du ministère de tutelle.

L'ère géographique choisie est constituée de trois délégations du MEN relevant de l'Académie régionale d'éducation et de formation (désormais AREF) de Souss Massa Draa : Agadir, chef lieu de la région, Inezgane, une jeune province à 10 Km seulement d'Agadir, et Chtouka Aït Baha, une province à dominante rurale).

Une fois les questionnaires affinés, nous les avons distribués comme suit :

· Le public des questionnés a été choisi en fonction de critères fondés sur notre connaissance du terrain et des principaux acteurs pédagogiques de la région. Ainsi avons-nous distribué les questionnaires aux 15 inspecteurs que nous avons rencontrés lors des formations organisées par l'AREF sur l'amazighe. Ces mêmes inspecteurs nous ont aidé à déterminer l'échantillon des professeurs chargés de l'enseignement de l'amazighe; puis, ils nous ont indiqué les professeurs à aller visiter dans les classes. 30 questionnaires ont été alors distribués aux enseignants mais seulement à ceux qui parlent la langue car même officiellement ce sont les amazighophones qui - en principe - sont désignés pour prendre en charge cet enseignement (voir note ministérielle N°90 en annexe). Nous verrons que, dans la pratique, cette condition n'a pas toujours été respectée pour des raisons que nous détaillerons ultérieurement. Enfin, nous avons saisi l'occasion des sessions de formation pour arrêter l'échantillon des formateurs de l'IRCAM. 10 questionnaires leurs ont été soumis, 7 seulement nous ont été rendus.

· Si pour l'IRCAM et les inspecteurs on peut affirmer avoir une bonne représentativité, pour les professeurs, il est difficile d'y prétendre du fait du manque de statistiques fiables quant au nombre de professeurs amazighophones (tranche que nous avons ciblée prioritairement).

* 47 Citation prise dans notre mémoire intitulé " Pour une intégration des activités de soutien dans le processus d'enseignement/apprentissage du français, mémoire de fin de formation au CNFIE, Rabat.(non publié)

précédent sommaire suivant