WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Regard des acteurs de terrain sur les conduites addictives des jeunes (représentations sociales, pensée sociale et logique d'accompagnement )

( Télécharger le fichier original )
par Julie Boussoco
Université de Provence Aix en Provence - Master II psychologie sociale de la santé 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Résultats

Dans le cadre de cette recherche, nous avons traité les discours des sujets par la technique de l'analyse de contenu. A l'issue d'une analyse thématique verticale de chaque entretien et horizontale, sur l'ensemble des entretiens (Annexe 7), divers thèmes ont pu être dégagés.

1. L'analyse thématique descriptive

1.1. Éléments de représentation de l'addiction

Ce thème regroupe différents sous-thèmes qui développent une définition de l'addiction. Nous y retrouvons les modalités de consommation, les effets de l'usage, la place de l'usage, le mécanisme, la temporalité et le fait que ce soit multifactoriel.

4 En ce qui concerne les modalités d'usage, nous avons pu repérer :

· La fréquence (77%) « Quand le produit devient, enfin est utilisé suffisamment régulièrement pour devenir une addiction » (n°1)

· L'opposition festif/solitaire (72%) « Des temps festifs c'est occasionnel, c'est entre copains, l'addiction c'est quelque chose en solitaire » (n°8)

· L'opposition géré/impuissance (88%) « C'est une dépendance, dans le sens où ils peuvent pas s'en empêcher » (n°5)

· L'opposition plaisir/souffrance (61%) « L'addiction je l'associe vraiment à quelque chose qui est de l'ordre de la souffrance. » (n°8)

· Le continuum consommation/addiction (44%) « c'est difficile à déterminer quand c'est une addiciton » (n°3)

L'addiction est donc assimilée à un usage fréquent, solitaire, non contrôlé, avec une souffrance sous jacente. Et la limite entre addiction et consommation n'est pas évidente à poser.

4 Pour ce qui est des effets de l'usage, nous relevons :

· Les effets psychologiques (83%), dont :

- L'angoisse à la prise de conscience de son état « je pense que quand on s'aperçoit que quand on ne contrôle plus ce qu'on peut ressentir, vivre, ou voilà. Je pense qu'à un moment donné ça peut être psychologiquement très dangereux » (n°1)

- La perte de la réalité « très très dangereux d'ailleurs y'en a qui se sont suicidé comme ça hein des jeunes. Parce qu'y sont pris dans leur leur histoire et puis ben y s'ont finit comme le héros, y se sont tués puis y croyaient qu'ils étaient immortels, qu'y s'allaient renaître » (n°17)

· Les effets sociaux (67%), dont :

- L'isolement social « c'est ça qui est important, l'addiction, c'est il y a même plus d'amis, quand un jeune il a des addictions mais qu'il a encore des collègues, des copains... c'est surtout ça qui est grave, c'est quand il y a un isolement social total. » (n°22b)

- Le risque social « les parents sont venus se plaindre tout les deux parce que les deux petits s'insultaient sur internet. Et les gros mots fusaient. Nous on était pas au courant parce que c'est sur facebook. » (n°5)

· Les effets physiques (83%), comme :

- L'effet psychoactif « la consommation quand elle devient trop importante pour ce que supporte le corps du jeune ben ça conduit à l'addiction » (n°17)

- Les risques pour la santé « ça peut être les agressions sexuelles, ça peut être aussi tout ce qui est accident de la route, le coma éthylique, ça peut être » (n°3)

L'addiction présente donc des risques au niveau psychologique, social et physiologique. 4 Pour la place de l'usage, nous mettons en évidence :

· La nécessité d'accompagnement (55%) « forcément une personne comme ça doit être accompagnée » (n°12)

· La visibilité de l'usage (44%) « quand je vois qu'il y a beaucoup d'absences, qu'ils sont fatigués, qu'ils sont mous, pas forcément les yeux rouges, mais les yeux rouges aussi, enfin je me pose maintenant la question: " est ce qu'il consomme ou pas? " » (n°7)

· Le fait que ça empiète sur le cadre de travail (44%) « moi je constate par rapport à leur fatigue et au décrochage scolaire, donc quand on voit par exemple par rapport au décrochage scolaire, leur fatigue, bon ça commence par la baisse des notes, fatigue, y viennent par exemple le matin ou retard scolaire, etc » (n°9)

· L'addiction comme signe (50%) « c'est souvent l'arbre qui cache la forêt » (n°20) L'addiction est visible et empiète sur le cadre de travail. Elle est vue comme un signe de malêtre, nécessitant de l'aide.

4 À propos des mécanismes de l'addiction, nous identifions :

· Un mécanisme humain (44%) « Ben après il y a des gens qui sont capable de prendre sur eux, il y a des gens qui ont besoin de courir, il y a des gens qui ont besoin de taper dans un... dans un punching-ball. Et voilà, il peut y avoir des gens qui ont besoin de consommer, enfin, alcool, drogue ou truc comme ça. » (n°18)

· Une adaptation logique face au contexte (55%) « les réponses et les transgressions, les prises de risques sont à la hauteur de ce que l'on impose aux gens » (n°10)

· L'addiction comme une création de liens (55%) « chercher à travers une beuverie avec trois mecs de leur étage, ils vont chercher à se recréer une vie sociale, rapidement, et puis

à sympathiser, finalement leurs moyens de, de rentrer en communication était l'apéros » (n°10)

· L'addiction comme médicament (77%) « c'est-à-dire, en fonction de ses carences, de ce qui a fait son manque, et ce que ce produit est venu combler comme vide, et bien il va y rester, et il va faire un parcours avec, parce qu'il a trouvé LA solution pour répondre au mal-être intime » (n°13)

· La conscience du mécanisme (27%) « c'est quand même assez énorme, ils ont parfaitement conscience ... conscience de quel est cet objet, à quelle place il vient se mettre. Ils l'utilisent vraiment consciemment » (n°21)

· Une adaptation ratée (67%) « quand ce n'est plus l'humain qui choisit où, quand, comment, mais que le fait d'avoir une consommation d'un produit ou de plusieurs produits, oblige l'individu à retourner à cette consommation et à cette pratique, c'est à dire quand a devient nécessaire, quand le produit devient nécessaire à être, à se sentir, dans un état normal. Donc quand la consommation s'impose à l'humain quoi » (n°13).

L'addiction est donc vue comme un mécanisme raté (mais humain) d'adaptation ayant pour but

de créer du lien ou compenser une souffrance.

4 Relativement à la conditionnalité, nous pouvons noter :

· La conditionnalité temporelle (72%) « Je pense qu'on a tous des moments de, où on est bien, des moments où on est plus fragile parce qu'on évolue quoi enfin je veux dire. On évolue hein. » (n°9)

· Le croisement de différents facteurs (55%) « la rencontre d'un problème avec une personnalité dans un moment socio-historique donné » (22b)

L'addiction serait donc réversible et liée à plusieurs facteurs.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net