WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Regard des acteurs de terrain sur les conduites addictives des jeunes (représentations sociales, pensée sociale et logique d'accompagnement )

( Télécharger le fichier original )
par Julie Boussoco
Université de Provence Aix en Provence - Master II psychologie sociale de la santé 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.6. Éléments sur l'orientation

Tremplin et le PAEJ sont cités par l'ensemble des professionnels interviewés : « je parles pour les addictions, en général oui on les envoie chez Tremplin. Enfin on les envoie, on leur propose d'aller, on leur propose d'aller. En général ils y vont. Des fois ça met un peu de temps pour qu'y se décident mais en général ils y vont. Ou Centre, euh, Point Écoute Jeunes pardon » (n°9). Le CMP et CAP 48 ainsi que l'Elf, la Villa Floréale, Montperrin sont aussi mentionnés très ponctuellement.

1.7. Éléments sur le positionnement des parents

Les attitudes des parents face aux conduites à risque sont diverses : la réduction des risques, le déni, l'inquiétude, la demande d'aide... Les causes de ces attitudes, le sont également : les problèmes personnels ou le fait d'être démuni. Ainsi, des professionnels se sont demandés si l'information était accessible aux parents : « est ce qu'ils savent que ces structures existent, c'est ça c'est la visibilité de ce type de ce job. Est ce que tout le monde sait ? » (n°18)

1.8. Éléments sur les Attentes

Ce thème regroupe différents sous-thèmes qui donnent une représentation des attentes associées aux conduites addictives. Nous y retrouvons les attentes auprès des professionnels eux-mêmes (78%), auprès des parents (28%), auprès des jeunes (100%), auprès des politiques (83%), et auprès de la société (33%).

4 Pour ce qui concerne les attentes auprès des professionnels, nous relevons :

la formation, que ce soit :

- Sur les produits (22%) « connaissance technique des produits qui m'a intéressé le plus mais en allant un peu plus loin sur aussi quel produit annule quoi quand on prend tel truc, qu'est-ce qui, qu'est-ce qu'on voit arriver » (n°10)

- Sur où orienter (33%) « quoi faire de l'élève qu'on suppose ou même qu'on est sûr qu'il est addict. "qu'est ce qu'on en fait, où on l'envoie?" » (n°7)

- Sur des outils (11%) « avoir les bons outils pour leur parler » (n°5)

- Sur les représentations des équipes (44%) « Donc nous une formation, oui, mais obligatoire aussi, pour tous les gens qui sont en contact avec des jeunes quoi, même les prof, j'veux dire,» (n°7)

Le réseau (72%) « on avait mis en place des petits déjeuner avec des professionnels qui venaient, euh dans de la santé, euh donc un professionnel et un conseiller par exemple, qui étaient sur la structure d'accueil et qui discutaient librement autour d'un petit déjeuner » (n°18)

La supervision (17%) « une supervision, des échanges avec d'autres professionnels qui font la même chose » (n°21)

Ainsi, les attentes auprès des professionnels se centreraient sur de la formation (les produits et les relais potentiels), de l'échange de pratique, et de l'uniformisation des pratiques d'équipe.

4 Pour ce qui est de le formation auprès des parents, nous notons :

La formation (17%) « c'est les parents qui ne sont pas du tout formés, faudrait en même

temps que la sensibilisation, à la rentrée. » (n°7)

L'inclusion à la prise en charge du jeune (17%) « tout le monde s'intéressait à son cas mais en fait y a pas eu de... comment dire... de travail d'équipe, pas de travail avec la famille » (n°9)

4 Quant aux attentes auprès des jeunes, nous relevons :

Les principes, tels que, pour les plus cités :

- Ouvrir sur autre chose (50%) « Après c'est, qu'est-ce qu'on propose ailleurs, ha ben c'est des trucs qui vont me détruire, mais en même temps, il y aurait d'autres propositions, je pense qu'ils iraient » (n°1)

- Créer du lien avec les autres (39%) « En leur donnant la capacité à, à, à être inscrit dans quelque chose parce que bien souvent quand on est à la marge, ils ont du mal à s'inscrire dans, dans le monde des adultes » (n°8)

- Former/informer sur les addictions (33%) « il faudrait un minimum d'info avec des piqûres de rappel quand même, pas juste les deux heures de SVT, en je ne sais pas combien, en quatrièmei (n°7)

- Éduquer tôt à prendre une décision (28%) « qu'il faut en discuter bien avant la préadolescence, tu vois, à l'age de raison, vers 8, 8-10 ans il faut commencer ce genre de discussions » (n°23)

La forme, avec notamment :

- L'aller-vers (44%) « avec un système avec des pairs, d'actions un peu citoyennes, tutorat, un peu des ...sur de la prév.. sur..., faire en sorte que... se saisir de choses comme ça » (n°20,)

- Des formes adaptées (28%) « Des lieux qui sont adaptés à la réalité » (n°8)

- Des formes ludiques/artistiques (28%) « c'est sous un autre aspect, c'est un peu ludique, c'est collectif, on peut se cacher derrière les autres.... voilà, je pense que ça a un gros intérêt aussi mais sur pas mal de sujet, pas que sur l'addiction, sur pas mal de trucs seraient intéressant. De petits débats comme ça!!! .... » (n°7)

Les outils, tels que :

- Le théâtre forum, psychodrame... (22%) « du photo langage. Et on y va, on écrit, on parle, on est vivant. » (n°1)

- Mixer les types de jeunes (17%) « des jeunes qui sont déjà dans cette difficulté là. Pourquoi ne pas leur faire rencontrer des jeunes qui n'y sont pas » (n°1)

- Le vécu d'un addict (17%) « nous on avait fait se rencontrer des plus vieux et des jeunes, au CFA, des vieux qui expliquaient au jeunes en quoi ça les emmerdait d'être addicts, parce qu'ils avaient des trou de mémoire, qu'ils pouvaient pas dormir sans leur pétard... » (n°22b)

- Les besoins primaires (11%) « le nombre de jeunes qui ont des problèmes de vue, d'audition, donc voilà je pense que y'a la santé au sens large du terme qui est pas suffisamment prise en compte » (n°20)

4 A propos des attentes auprès des politiques, nous avons mis en évidence :

· Les moyens temporels et matériels (67%) « Tout le travail qui peut être fait n'a rien à voir quand on est là depuis longtemps, sur la connaissance du terrain que l'on a, l'histoire du terrain qu'on connaît, le lien avec les gens qui existent, la confiance qui a pu se mettre en place » (n°1)

· Le fait de donner la parole à « ceux qui sont dedans » (28%) « faire des groupes d'échange avec les jeunes » ( n°22a)

· Moins d'hypocrisie par rapport aux produits (17%) « enfin l'addiction à la consommation clairement c'est pas culturel, c'est pas naturel, c'est un truc qui est créé, ouais c'est un mécanisme économique pour moi, si tu laisses un produit en vente, tu crée de l'addiction, voilà !» (n°12)

· La modification de l'organisation de l'éducation nationale (22%) « de souplesse dans les dans les échanges, dans les entrées de partenaires,... dans les dans les établissements scolaires, dans les... surtout dans les établissements scolaires hein. C'est bien beau de faire passer le le code de la route... enfin donner des tas de diplômes mais bon un diplôme de prévention à certaines choses ce serait aussi intéressant j'trouve. » (n°17)

4 En ce qui concerne les attentes auprès de la société, nous pouvons relever :

· La place des jeunes (28%) « faire confiance aux jeunes un peu » (n°22b)

· La législation (11%) « La loi, quand on est dans une consommation qui est aussi générale, euh quotidienne, visible, banalisée,... comme on allume un clope, les gamins allument des joints... c'est que la loi elle est obsolète, quand on la piétine comme ça » (n°13)

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net