WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Regard des acteurs de terrain sur les conduites addictives des jeunes (représentations sociales, pensée sociale et logique d'accompagnement )

( Télécharger le fichier original )
par Julie Boussoco
Université de Provence Aix en Provence - Master II psychologie sociale de la santé 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.1. Lien entre les différents éléments de la représentation de jeunes et addictions et la pratique des professionnels

On peut schématiser les liens entre les différentes composantes de la représentation sociale de jeunes et addictions et la pratique professionnelle ainsi :

PREVENTION

Cadre personnel : Connaissances, expériences

Attentes auprès des jeunes, des parents et des politiques

Usage nul ou
« normal » : géré +
plaisir + festif

Demande du jeune

RS de

RS du

RS du

l'addiction

produit

jeune

Impossibilité

d'accompagnement ORIENTE

D'ACCOMPAGNEMENT

PROPOSITION

Usage « addict » : fréquent + non géré + seul + mal-être + produit à risque

Normes groupe

RS de l'usage
« normal » vs « déviant »

Demande
d'un tiers

Normes médicales, sociales,
scolaires, culturelles

RS du contexte

Demande du jeune

Hors compétences/ cadre

RS Cadre
Professionnel

Individuel

Interaction

Adolescence

Attentes auprès des

professionnels, des politiques

Société

Figure 5 : Organisation du lien entre représentation sociale de l'addiction et pratique

Ainsi, la représentation sociale du contexte influencerait les représentations de l'addiction et les représentations du produit. Nous notons d'ailleurs que les produits les plus cités sont ceux qui sont illégaux (shit) et qui causent des risques pour la santé (alcool : coma éthylique). Le tabac est moins cité (légal et risques à long terme). Le contexte influence aussi la représentation du jeune. Et, ces représentations auraient elle-même un impact sur la représentation de l'usage : « normal » ou « addict ». Enfin, la représentation de l'usage « normal » entraînerait le plus souvent une pratique de prévention tandis qu'une représentation de l'usage comme déviant guiderait la pratique vers une proposition d'accompagnement ou une orientation. Et, ces pratiques seraientt modulée par le cadre personnel, le cadre professionnel et la demande du jeune ou d'un tiers.

La pratique serait donc liée à cette représentation de l'usage. Ainsi, le professionnel tâcherait de repérer l'usage « addict », « que j'essaie de savoir s'ils le font plutôt en groupe, ou si c'est isolé, si c'est parce qu'il est déprimé ou au contraire parce qu'il est content, ce genre de questions qui va me permettre d'évaluer le risque ou le danger du côté de sa sociabilité, de sa capacité à continuer à avoir une vie d'ado quoi. Voilà ». (n°13) « quand je vois qu'il y a beaucoup d'absences, qu'ils sont fatigués, qu'ils sont mous, pas forcément les yeux rouges, mais les yeux rouges aussi, enfin je me pose maintenant la question: est ce qu'il consomme ou pas? » (n°7) ou de l'objectiver lorsque les jeunes sont envoyés par un tiers « Souvent ils sont adressés en disant, il a un problème, non, non pas forcément, il est pas alcoolique, c'est pas parce qu'il a été, qu'il a bu, qu'il s'est retrouvé à l'hôpital qu'il est alcoolique. Donc c'est à nous de trouver quel est le rapport avec ce produit » (n°22a). Les acteurs de terrain pratiqueraient de la prévention quand l'usage ne pose pas problème « Alors j'en parle avec les jeunes et je provoque le débat quand j'anime les ateliers santé, une fois toutes les 3 semaines ça dépend du rythme et de ma disponibilité. » (n°21). Mais lorsque l'usage est repéré comme « addict », il est proposé un accompagnement, « j'essaie de faire réfléchir les gens sur leur comportement vis a vis des utilisations de produits ou de leur comportement addictif » (n°23) ; « tout notre travail c'est d'essayer de... d'inverser la machine » (n°11) ou une orientation « Et généralement, si c'est vraiment un problème d'addiction et que y'a cette demande, je vais l'orienter vers Tremplin ou voilà, vers un partenaire pour ça. » (n°21).

Le cadre professionnel jouerait aussi sur la pratique au niveau de la liberté d'action «[l'usage] tant que ça empiète pas sur la sphère dans laquelle on se rencontre avec le jeune, à savoir la vie professionnelle, dans la citoyenneté, voilà, l'intégration, l'insertion pour être plus

précis » (n°18 ), des compétences « je vais pas plus loin, parce que je suis pas formée pour ça, » (n°1), et des missions « après, on est pas un service pour ça non plus » (n°3).

Le cadre personnel ainsi que l'expérience joueraient aussi un rôle dans le lien entre pratique et représentation. « Quand on dit quelque chose, on le dit à la lumière d'un, certainement de l'observation. Les observations qui sont... Sur le temps d'une expérience, » (n°8) ; « Mais c'est vrai que l'inconnu fait peur aussi, donc c'est vrai que l'héroïne ça peux faire super peur quand même pour le coup. Que mon petit fils me dit qu'il consomme de l'héro hé ben je me dit dans trois mois il va faire mon sac » (n°18).

La demande du jeune influerait également sur la pratique « On va pas partir de la demande de la personne, il faut travailler... L'histoire, l'histoire, l'histoire familiale, l'histoire personnelle, une demande personnelle. Euh... Histoire de la demande » (n°8) ; « il voulait arrêter une consommation de shit qui était quand même importante et qui lui avait coûté pas mal de déboires, c'est clair que ce jeune se retrouve dans une situation où il lutte contre luimême à longueur de journée, c'est très difficile, parce qu'il ne faut pas rêver, ça a un effet aussi apaisant, désangoissant... Lui, je l'ai orienté vers le CMP de la Torse » (n°13)

Les attentes seraient aussi liées aux représentations et aux pratiques. Ainsi l'impossibilité d'accompagnement dans la pratique entraîne des attentes auprès des professionnels « Oui parce qu'à part Tremplin qu'est-ce qu'on trouve? Concernant les addictions? Sur Aix? » (n°9) ; « serait une aide immédiate, enfin une aide dont j'aurais besoin peut-être là oui, effectivement, pour que, passer le relais » (n°1), auprès des politiques « on aimerait développer quelque chose mais c'est une organisation, on a pas trouvé encore comment s'organiser » (n°3), ou auprès de l'éducation nationale « De souplesse dans les dans les échanges, dans les entrées de partenaires,... dans les, dans les établissements scolaires, dans les... surtout dans les établissements scolaires hein. C'est bien beau de faire passer le.. le code de la route... enfin donner des tas de diplômes mais bon un diplôme de prévention à certaines choses se serait aussi intéressant j'trouve. » (n°17). Pare ailleurs, la représentation du contexte influencerait les attentes, notamment auprès des jeunes « de prévention oui chez les tout petits, le prendre très, très tôt » (n°11) « En leur donnant la capacité à, à, à être inscrit dans quelque chose parce que bien souvent quand on est à la marge, ils ont du mal à s'inscrire dans , dans le monde des adultes » (n°8), auprès des parents « qu'on arrive à travailler au

niveau d'un parent, au niveau des parents » (n°1) ou auprès de la société « qu'on parle des jeunes, pas forcément les conduites addictives » (n°22a).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net