WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Regard des acteurs de terrain sur les conduites addictives des jeunes (représentations sociales, pensée sociale et logique d'accompagnement )

( Télécharger le fichier original )
par Julie Boussoco
Université de Provence Aix en Provence - Master II psychologie sociale de la santé 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Préconisations

1. Formes d'approches

1.1. Travailler sur les représentations sociales des professionnels et des

parents

Il semble intéressant de travailler sur les représentations sociales des professionnels, notamment sur les produits et le contexte (par exemple le tabac n'est pas vu comme une addiction pour tous ; la fête n'est pas vue comme dangereuse pour la plupart). Il paraît aussi judicieux de pouvoir travailler sur les représentations sociales des parents sur l'addiction. Nous avons aussi relevé différentes catégories de professionnels ayant des représentations et pratiques différentes dont il faudrait tenir compte.

1.2. Créer du lien social

Comme le suggèrent certains professionnels ainsi que Bergeron (2009), il semble aussi intéressant de pouvoir mettre les jeunes en lien avec d'autres jeunes ayant une « sous-culture » différente de la leur, et d'avoir d'autres attachements, et ainsi pouvoir vivre d'autres expériences que la consommation pour se tester.

1.3. Approche communautaire et holistique

Nous avons constaté aussi que pour certains professionnels, l'addiction comme déviance est remise en question du fait de la banalisation des consommations et de la critique de la médicalisation de l'existence (Peretti-Watel, 2004 ; Gori, 2006 ; Peretti-wattel & Moatti, 2009), proposant ainsi une approche plus globale du jeune. Il pourrait donc être intéressant de se baser sur une approche plus communautaire et holistique. Ainsi le travail serait plus orienté sur l'éducation par les pairs par exemple, en rendant le sujet acteur de changement (Bach, Galli & Lebourdais, 2009), et l'organisation des actions serait plus générale autour du jeune, et non ciblée sur les addictions.

Ainsi, il faudrait agir sur différents type de déterminants : cognitifs (diffusion d'informations...), sanitaires (offre de soins, prise en charge, mode d'accès...), psychosociaux (compétences, identité, aspirations...), socio-économiques (insertion sociale, conditions de vie...).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net