WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La formation de la perception de la maison de placement chez les enfants en domesticité entre 9 et 15 ans dans les communautés de Turgeau et de Martissant à  Port-au-Prince : approche matérialiste dialectique.

( Télécharger le fichier original )
par Ricarson DORCE
Université d'état d'Haiti - Licence 2012
  

précédent sommaire suivant

4- PERSPECTIVE PSYCHOPHYSIOLOGISTE

Les modèles psychophysiologiques sont généralement des modèles de processus organiques rendant compte des comportements observables de l'individu et de leurs désordres éventuels. Ils s'orientent, en ce sens, vers les processus cérébraux et leurs localisations. Ils établissent un pont entre la physiologie et la psychologie. Ces modèles prennent en considération, au travers d'indicateurs physiologiques, les éléments agissant par solidarité avec les fonctions locales au sein d'une unité systémique singulière.

La grande perspective biologique (incluant le modèle neuropsychologique, celui psychophysiologique ...) cherche à établir des relations entre des événements mesurables dans le cerveau et des processus mentaux. En plus des déterminants biologiques du comportement, les psychologues, intéressés par ce phénomène, étudient également l'influence des hormones et des gènes.

L'étude du comportement et des processus mentaux en liaison avec le fonctionnement de systèmes organiques (les hormones et le code génétique) intéresse le psycho physiologiste. Ce dernier, dans son approche, cerne les relations de l'organisme avec son environnement. L'organisme est considéré comme totalité relationnelle. Les nouvelles découvertes en physiologie survenues au cours du XXe siècle ont modifié les idées relatives au fonctionnement des systèmes sensoriels et du cerveau. En effet, il y a des troubles causés par des perturbations cérébrales : cécité chromatique, déficience de la perception du mouvement, le trouble de la perception de la profondeur... Ceci dit, nous ne percevons pas que par nos sens, mais surtout par notre cerveau. Intermédiaire entre la neurophysiologie et la psychologie, la psychophysiologie étudie les relations d'interdépendance entre les mécanismes psychiques et les fonctions du système nerveux.

Selon la théorie classique de la perception, la perception de la profondeur et la plupart des autres percepts résultent de la disposition à synthétiser l'expérience du passé et les signaux sensoriels présents. Les tenants de cette théorie pensent que la plupart des percepts sont dérivés de l' inférence inconsciente de sensations inaperçues. Tout compte fait, le modèle psychophysiologiste suppose que nos pensées, nos images mentales ... soient rendues possibles grâce au pivot du système nerveux. Les neuropsychologues utilisent différentes techniques d'observation pour démontrer quelles régions du cerveau interviennent dans les réponses cognitives, émotives et comportementales.37(*)

* 37 Cf. Spencer A. Rathus, INITIATION A LA PSYCHOLOGIE, Ed. Ltée, Québec, 2005, p.18

précédent sommaire suivant