WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La formation de la perception de la maison de placement chez les enfants en domesticité entre 9 et 15 ans dans les communautés de Turgeau et de Martissant à  Port-au-Prince : approche matérialiste dialectique.

( Télécharger le fichier original )
par Ricarson DORCE
Université d'état d'Haiti - Licence 2012
  

précédent sommaire suivant

3- MAISON DE PLACEMENT

La maison de placement signifie la famille dans laquelle l'enfant est placé. Souvent une famille urbaine de classe sociale plus ou moins aisée, instruite. Toutefois, ces derniers temps, les enfants sont de plus en plus placés dans quelques familles urbaines pauvres ou relativement pauvres qui, vivant dans des quartiers populaires, n'ont pas de quoi se payer les services d'un domestique à gages. En effet, à partir des années 1960 ou 1970, les élites ( en grande partie responsables de cette pratique pour avoir accaparé toute la richesse du pays ) ne recourent plus aux services des enfants domestiques sans, malheureusement, même tenter d'éradiquer cette pratique.

De nombreux enfants sont confrontés de manière continuelle pendant la totalité de leur enfance à un environnement social ou familial traumatisant.51(*)

4- PSYCHOLOGIE EN QUESTION

a)- psychologie

La psychologie est, en quelque sorte, le fruit de la philosophie et de la physiologie. Les fondateurs de la psychologie « scientifique » ont presque tous reçu une formation de philosophe, de médecins ou de physiologiste.

L'histoire de la psychologie remonte jusqu'aux temps lointains de questionnements philosophiques sur la nature humaine.

Dans sa vieille définition, la psychologie est l'étude de l'âme ou de l'esprit. Dans sa définition actuelle, elle est l'étude scientifique du comportement et des processus mentaux. Etude scientifique implique Méthodes, techniques... Dans son sens large, le comportement englobe non seulement les manifestations directement observables, mais également les processus mentaux comme la perception, les émotions... Donc, la psychologie passe de la science de la vie mentale, de ses phénomènes et de ses conditions à la science de la conduite. Sous ce vocable, il faut entendre, insistons-nous, non seulement le comportement objectivement observable, mais encore l'action sur l'entourage, l'interaction de l'organisme et de son milieu, l'action sur le corps propre.52(*)

La psychologie contemporaine, dit-on d'une manière classique, s'est développée à travers quatre grandes perspectives : biologique (ayant démontré que certaines parties du cerveau sont directement responsables d'un grand nombre de réponses émotionnelles, de comportements et que les hormones ou les gènes influent sur les comportements) ; cognitive (tentative d'explication des processus mentaux : la façon dont on perçoit et se représente mentalement le monde extérieur) ; psychanalytique (l'importance des motifs et des conflits inconscients dans la détermination du comportement) et béhavioriste (l'étude du comportement strictement observable, des relations entre stimuli et réponses).

Aussi classiquement, il y a trois axes d'étude qui structurent le psychisme humain : axe des conduites (les conduites sont étudiées par les sciences neuropsychophysiologiques, en tant que conduites naturelles. Selon cet axe, se sont développées traditionnellement les études des réflexes, de la perception, de l' émotion, du caractère) ; axe de la personnalité (les théories de la personnalité font partie du champ des sciences psychologiques et nous informent sur : le degré de satisfaction des besoins personnels ; les contradictions entre les divers besoins au sein de la société et de la vie personnelle et leurs possibilités de satisfaction qui donnent une forme à la personnalité, favorisent ou bloquent son développement) ; axe du sujet (l'analyse de la formation et du développement du sujet se construisant dans le cadre proposé par : la langue, les structures de parenté, les conflits inconscients, la conscience de soi, du genre, de sa place dans la famille et dans la société).

La psychologie humaine étudie chez l'être humain les fonctions psychiques et les processus mentaux tels que la perception, la mémoire et l'intelligence. En d'autres termes, la façon consciente ou inconsciente dont les êtres humains sentent, perçoivent, pensent, apprennent et connaissent... On parle aussi de la psychologie animale s'intéressant aux autres animaux supérieurs.

a.1)- psychologie concrète et dialectique

La psychologie concrète est en rapport avec la réalité. Le fait psychique se rapporte au milieu dans lequel se déroule la vie humaine et également à l'individu en tant que sujet de cette vie. Georges Politzer a fondé, en 1929, une Revue de Psychologie concrète. Cette revue remet en question la psychologie qui étudie l'homme dans le cadre du laboratoire, indépendamment de ses conditions de vie. Pour Politzer, les défenseurs de la psychologie classique n'adaptent pas « les institutions à la vérité », mais veulent « adapter la vérité aux institutions ». La psychologie concrète est un dépassement externe entre l'opposition de la psychologie subjective et celle objective. Elle est une synthèse dialectique qui vise un matérialisme scientifique.53(*)

Le comportement, dans la perspective de la psychologie concrète et dialectique, est cerné en rapport avec les activités intérieures de l'individu et de l'ensemble des conditions dans lesquelles il se trouve. La psychologie concrète et dialectique considère l'humain comme sujet, non comme un simple organisme (un sujet intégré dans le paysage réel). Elle étudie la formation psychique d'individus dans des contextes sociaux donnés tout en tenant compte des contradictions sociales. L'individu est ainsi vu comme l'ensemble des relations sociales. Cette démarche, en fait, ne tient pas à isoler l'individu des réalités sociales dans lesquelles se forme son psychisme. C'est une psychologie radicale (entendons par là celle qui approche la réalité par la racine). Elle sert à étudier plus profondément et plus complètement possible la formation psychique ou le comportement d'un individu. La question est située dans un cadre historique déterminé tout en tenant compte des particularités concrètes.

Pour Wallon, le fait psychique (de l'enfant) est au carrefour de différentes influences : celles biologiques, celles du milieu ou de l'expérience de l'enfant dans son milieu et les influences sociologiques...54(*)

La psychologie concrète et dialectique est capable de nous permettre d'analyser les conditions dans lesquelles l'enfant prend conscience et juge le monde bâti qui l'environne. Pour comprendre l'individu, nous devons l'envisager dans toute sa complexité, dans ses relations avec tout son environnement passé et présent.

* 51 Cf. Karen Sadlier, l'état de stress post-traumatique chez l'enfant, PUF, Paris, 2001, p.106

* 52 Cf. Nobert Sillamy, dictionnaire de la psychologie, Librairie Larousse, paris, 1965, p.234

* 53 Cf. Clara Lecadet et Micheline Mehanna, Histoire de la psychologie, Ed. Belin, France, 2006, p.146

* 54 Cf. Michael Hesselnberg, Etudiants du secteur social. Psychologie de l'enfant et de l'adolescent, Tournai, Belgique, 2001

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net