WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La formation de la perception de la maison de placement chez les enfants en domesticité entre 9 et 15 ans dans les communautés de Turgeau et de Martissant à  Port-au-Prince : approche matérialiste dialectique.

( Télécharger le fichier original )
par Ricarson DORCE
Université d'état d'Haiti - Licence 2012
  

précédent sommaire suivant

a.4) -  l'enfant en service et le jeu

Le jeu est pour l'enfant en service aussi essentiel que la nourriture et le sommeil.65(*) Il constitue un instrument de conception de la réalité des choses. À travers le jeu, l'enfant développe son agilité, l'habilité de ses mains, son sens de l'équilibre, son caractère.

L'enfant en service est, dans de nombreux cas rencontrés, bousculé par le travail domestique et, par la même occasion, privé de cette opportunité ludique. Aussi devient-il un enfant sans enfance.

a.5) - perception des enfants domestiques de la domesticité

Notre recherche de terrain nous laisse comprendre que la perception des enfants en service de la domesticité varie suivant le milieu, l'âge, le contexte... Pour certains, c'est une option entre deux possibilités critiques : vivre dans la misère chez soi (dans le milieu paysan) ou accepter les maltraitances chez l'autre (dans le milieu urbain) tout en caressant le rêve de mobilité individuelle. Cette catégorie d'enfants en service ne considèrent pas leur situation de manière totalement négative. Pour d'autres, l'enfant placé en domesticité n'est l'objet d'aucun élément positif supplémentaire. Le meilleur espace pour l'épanouissement d'un enfant n'est autre que celui de sa famille naturelle. C'est là qu'on se sent plus à l'aise. Cependant, nous devons souligner qu'il existe certains enfants qui sont maltraités même dans leur famille naturelle.

Les situations concrètes d'existence influent sur le mode de perception. Ainsi, chaque enfant en service a une perception un peu différente de la domesticité.

Toutefois, ce qui a constitué le dénominateur commun de notre enquête, c'est qu'aucun enfant en domesticité interrogé ne souhaite voir son propre enfant, s'il en aura, en situation de domesticité.

a.6) - enfant en domesticité et sa perception de la maison de placement

L'enfant en domesticité est considéré au plus bas de l'échelle familiale en dépit des services rendus dans des conditions extrêmement difficiles. Il mange de manière irrégulière et n'a presque pas de temps au repos.

À la maison de placement, il fait face aux mauvais traitements physiques et psychologiques, aux abus sexuels, aux négligences physique et émotionnelle... Généralement, la maison d'accueil devient à ses yeux un lieu d'imposition de l'ordre où il se sent mal à l'aise, privé de toutes formes de sécurité.

Les enfants, que nous avons abordés dans le cadre de cette étude, éprouvent rarement un sentiment d'appartenance, d'aisance, de liberté, de confortabilité, d'hospitalité, d'attachement, de familiarité ou de relations à cette nouvelle famille qui les accueille.

Les situations de logement, de vêtements, de santé, de nourriture, de loisir ... ou les conditions concrètes d'existence forment la perception de l'enfant en domesticité de la maison de placement.

* 65 Cf. Georges Mesmin , L'enfant , l'architecture et l'espace , Ed. Casterman , Belgique , 1971 , p.157

précédent sommaire suivant