WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'analyse de la chaàŽne de valeurs des produits agroforestiers : cas de dacryodes edulis (safou) dans le bas-Congo et à  Kinshasa.

( Télécharger le fichier original )
par Giresse BIFUBIAMBOTE SALAMBIAKU
Université de Kinshasa RDC - Ingénieur agronome/ économie agricole 2011
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

1.3. LA LITTÉRATURE SUR LE SAFOU

A travers ce point, nous mettrons l'accent sur la description de l'espèce, sa composition, son importance ainsi que son marché.

1.3.1. Taxonomie et description de l'espèce

La dénomination scientifique du safoutier a fait l'objet de nombreuses controverses. Plusieurs botanistes à différentes époques ont décrit cette espèce sous des noms scientifiques différents. Le genre Dacryodes appartient à la famille des Burseraceae, ordre des Geraniales. Récemment ré-classifiés, les Burseraceae se trouvent dans l'ordre des Sapindales, classe des dicotylédones et sous-classe des Rosidées (Raynal-Roques, 1994 ; Spichiger et al., 2004).

Le safou est le fruit issu du safoutier. Celui-ci serait originaire des forêts d'Afrique tropicale et équatoriale, plus précisément du golfe de Guinée. L'origine forestière du safou explique sa classification parmi les produits agroforestiers (PAF) alimentaires à l'image des produits comme le Njansang, la Cola acuminata, la mangue sauvage, etc.

La qualification du safou comme PAF, vient du fait qu'aujourd'hui, il n'est presque plus récolté dans les forêts. Il a été transféré au fil du temps dans le monde agricole par les populations qui le consomment (Schreckenberg et al., 2002). Ainsi, faisant dorénavant partie de la vie des populations, il a vu sa production, sa transformation et sa commercialisation bénéficier des savoir-faire traditionnels. Le safou est donc aussi, un produit alimentaire traditionnel au même titre que les produits vivriers comme la banane, le gombo, le manioc, le taro, etc.

Les fruits nommés « Nsafu » en RDC, sont des drupes oblongues ressemblant assez bien à des prunes. Selon Mayele (2007), leurs dimensions fluctuent très fort d'une variété à l'autre ; leur longueur varie de 4 à 5 cm et de 8 à 9 cm ; et leur largeur de 2 à 3 cm et de 4 à 5 cm. A maturité, les fruits de la plupart des variétés virent au violet foncé ; quelques-unes deviennent jaunes tachetées de mauve.

1.3.2. Usages de safou

Dans l'ensemble, les recettes culinaires à base de safou varient peu dans toute la zone géographique de cette espèce. Les fruits mûrs du safoutier constituent les seuls organes comestibles de la plante. Ils sont consommés après cuisson à l'eau chaude, à la braise ; rôtis à la poêle ou sur plaque chauffante.

Quel que soit le mode de cuisson, le safou est consommé à tout moment. Dans la même région, l'utilisation des feuilles, des racines et écorces dans la pharmacopée traditionnelle est la plus répandue. On déplore cependant un manque de documentation et une certaine réticence des vieux dépositaires du savoir-faire dans ce domaine à communiquer les recettes thérapeutiques et les modes d'utilisation de ces organes.

En dehors des utilisations alimentaires et médicinales, les troncs et les branches sont utilisés comme bois de chauffe, surtout dans les zones de savane humide des hauts plateaux de l'Ouest et dans les zones de savanes péri forestière.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour