WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'analyse de la chaàŽne de valeurs des produits agroforestiers : cas de dacryodes edulis (safou) dans le bas-Congo et à  Kinshasa.

( Télécharger le fichier original )
par Giresse BIFUBIAMBOTE SALAMBIAKU
Université de Kinshasa RDC - Ingénieur agronome/ économie agricole 2011
  

précédent sommaire suivant

2.2. OUTILS UTILISES POUR CETTE ETUDE

En vue de bien mener nos investigations sur terrain, les outils suivants ont été utilisés : Trois questionnaires d'enquête ; Une calculatrice ; Des fournitures de bureau ; Des Stylo, Des crayons, Un agrafeuse ; Des Papiers A4 et un bloc note.

2.3. LES DONNEES COLLECTEES ET LEURS SOURCES

Les données de cette étude ont été recueillit à partir de deux sources. Il s'agit des sources secondaires et primaires.

1) Les sources secondaires

Les sources secondaires (documentaires) qui ont été consultées pour la réalisation de cette étude sont constituées des bibliothèques physiques de l'Université de Kinshasa, de l'ICRAF et la bibliothèque virtuelle de la FAO. L'obtention des données a également été faite à partir des informations disponibles en ligne sur INTERNET. Ces sources secondaires nous ont permis d'avoir des données portant sur :

- la crise économique et ses conséquences dans les exploitations agricoles, les orientations de la recherche sur les PFNL ;

- les études sur la commercialisation des PFNL en général et du safou en particulière, son importance, les principaux acteurs qui y sont impliqués et la description de la zone d'étude. Ces données ont aidé à la rédaction du cadre théorique dans lequel cette étude s'insère, la problématique qui la sous-tend et la revue de la littérature ;

- l'approche filière, qui a aidé à la rédaction du cadre théorique de l'étude.

Ces données secondaires ont permis de poser les jalons pour bien circonscrire cette étude de la filière Dacryodes edulis, mais ont été complétées par des données issues des sources primaires.

2) Les sources primaires

La littérature ne nous fournissant pas toutes les informations nécessaires à la résolution de notre problème, nous avons eu recours à la collecte des données primaires auprès des producteurs, commerçants et consommateurs de safou dans la province de Bas-Congo et la ville province de Kinshasa.

Les sources primaires qui ont aidé à réaliser la présente étude sont les enquêtes. En fonction de la catégorisation d'acteurs (producteurs, commerçants et consommateurs), trois types de questionnaires sélectifs par catégorie d'acteurs ont été élaborés. D'une manière générale, le but de ces différents questionnaires était de :

- Ressortir les facteurs humains (contexte social, capacité et potentiel humains, l'emploi, le genre), les facteurs financiers et économiques (les coûts, les prix, les marges, le circuit commercial), les facteurs techniques etc. ;

- Cerner les forces et les faiblesses dans la chaîne de valeurs du safou ;

- Tester dans quelle mesure la connaissance de tous ces facteurs peut aider à la mise en place des filières durables et profitables dans les zones d'étude.

D'une manière un peu plus explicite, le questionnaire pour les producteurs a été conçu pour relever les éléments suivants :

- Le profil du producteur ;

- Les activités de la production des PAF ;

- Les moyens d'exploitation ;

- Les aspects de qualité ;

- La formation de prix ;

- La détermination du prix de revient ;

- Les contraintes et opportunités liés à cette activité.

Du côté des commerçants, le questionnaire y relatif a recherché les éléments suivants :

- Le profil du commerçant ;

- Les lieux d'approvisionnement en produits ;

- Les moyens de transport des produits ;

- Les aspects de qualité ;

- La formation de prix ;

- La détermination du prix de revient ;

- Les contraintes et opportunités.

Quant aux consommateurs, le questionnaire leur administré a recherché les éléments suivants :

- Le profil des consommateurs ;

- Les lieux d'approvisionnement en safou ;

- Les facteurs de qualité qui déterminent leur choix ;

- La détermination du coût du safou dans les dépenses alimentaires des ménages.

Les questionnaires étaient rédigés en français mais les langues utilisées pour leur administration des questionnaires étaient le «lingala», le «kikongo» et le «français». L'utilisation des langues vernaculaire, dans les marchés et surtout dans les villages ont facilité les échanges, car la majorité des enquêtés ne comprenaient pas le français ou avaient du mal à s'exprimer en cette langue. Cette manière de procéder a contribué à mettre les enquêtés en confiance.

précédent sommaire suivant











Moins de 5 interactions sociales par jour