WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution du commerce des véhicules d'occasion a la réduction de la pauvreté au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Gérard NOUDEKE
Université d'Abomey Calavi - Maà®trise en Sciences de gestion 2008
  

précédent sommaire suivant

5 - Les emplois induits

De nombreux petits métiers (tôlerie, peinture, bris de glace, pneumatique...) sont nés de la réparation des dommages créés aux véhicules lors des opérations de déchargement du navire. Par ailleurs, une bonne partie des acteurs de ce commerce étant des étrangers (importateurs Libanais, Syriens ou Jordaniens ; clients Nigérians, Nigériens, Burkinabè ou Maliens), des activités parallèles telles que l'hôtellerie, la restauration et le transport se développent également.

Selon une étude de la commission parlementaire d'information, d'enquête et de contrôle sur la filière des véhicules d'occasion, le commerce des véhicules d'occasion génèrerait en moyenne 12 000 emplois directs et plusieurs emplois induits, représentant ainsi le tiers des fonctionnaires béninois.

En prenant l'hypothèse que 10% des véhicules débarqués subissent des dommages physiques et mécaniques, et que les chauffeurs occasionnels prennent 5 000 F CFA pour conduire un véhicule du navire au parc de vente, le nombre de véhicules en réparation chaque année au Bénin et le revenu des chauffeurs occasionnels se présentent comme suit :

Tableau 13 : Véhicules d'occasion en réparation au Bénin et le revenu des chauffeurs.

Année

2000

2001

2002

2003

2004

TOTAL

Nbre VO déb.

203 027

251 405

245 051

207 147

89 846

996 476

Nbre VO en

 

 

 

 

 

 

Réparation

20 303

25 141

24 505

20 715

8 985

99 648

Revenu des

 

 

 

 

 

 

Chauffeurs

1 015 135

1 257 025

1 225 255

1 035 735

449 230

4 982 380

en milliers fcfa

 

 

 

 

 

 

Source : Nos estimations

De 2000 à 2004, environ 100 000 véhicules d'occasion ont été réparés au Bénin et 4 982 380 000 F CFA sont perçus par les chauffeurs au port de Cotonou. Ces chiffres montrent bien l'importance de petits métiers générés par ce commerce.

En dehors de ces avantages, le commerce des véhicules d'occasion offre l'opportunité au béninois moyen de s'acheter un véhicule. La possession de véhicules permet de s'affranchir de certaines situations et par conséquent, de se valoriser ; car posséder un véhicule au Bénin, correspondrait à une ascendance sociale, donc à une réussite.

Avec son poids très important dans l'économie nationale, le commerce des véhicules d'occasion, peut être considéré comme un régulateur du chômage au Bénin. Il ne fait aucun doute que c'est précisément le monde du travail qui détient la clé d'une limitation véritable, progressive, et durable de la pauvreté. C'est par le travail que chacun peut élargir sa gamme de choix et accéder à une vie meilleure.

Conclusion partielle :

L'étude précédente de l'incidence sur l'emploi montre que le commerce des véhicules d'occasion contribue à créer des dizaines de milliers d'emplois directs et induits. L'hypothèse selon laquelle le commerce des véhicules d'occasion créé des emplois au Bénin est donc vérifiée.

Par ailleurs, l'étude précédente nous a aussi permis d'évaluer les revenus de tous ces acteurs de la filière. Nous pouvons constater que toutes les personnes employées par cette filière perçoivent un revenu plus ou moins important selon leurs catégories. L'hypothèse selon laquelle le commerce des véhicules d'occasion favorise une meilleure distribution des revenus est donc vérifiée.

SECTION III : ANALYSE DES RESULTATS D'ENQUETE ET RECOMMANDATIONS

PARAGRAPHE 1 : PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS D'ENQUETES

A - QUESTIONNAIRES ADRESSES AUX ACTEURS PRIVES

Des 58 questionnaires distribués aux acteurs privés, nous en avons récupéré 52 qui constituent la base de nos résultats.

Les questions posées aux acteurs privés concernent la marge bénéficiaire réalisée par véhicules, le nombre moyens de véhicules traités par mois, le nombre et la qualification de personnes employées pour réaliser les prestations, la rémunération moyenne par employé, les inconvénients liés au commerce des véhicules d'occasion, les imperfections sur le plan organisationnel et les suggestions pour y remédier.

Le tableau 14 ci-après fait la synthèse des réponses données aux premières questions.

Nous constatons que pour 15.000 véhicules vendus en moyenne par mois, la marge obtenue par chacune des acteurs de la filiale varie entre 4.525 FCFA et 300.000 FCFA.

Les revenus mensuels moyens qui en résultent sont de :

- 2 625 000 000 FCFA pour les importateurs

- 1 545 000 000 FCFA pour les gestionnaires de parc

- 750 000 000 FCFA pour les commissionnaires en douane

- 150 000 000 FCFA pour les compagnies d'assurance

- 159 000 000 FCFA pour les sociétés de plaques et accessoires

- 450 000 000 FCFA pour les sociétés d'escorte

- 488 000 000 FCFA pour les transitaires et enleveurs

- 443 000 000 FCFA pour les consignataires et agents maritimes soit au total environ 6 610 000 000 FCFA de revenus mensuels largement distribués.

Par ailleurs, notre enquête confirme l'importance du nombre d'emplois créés par ce commerce. Ainsi, en prenant en compte le nombre d'acteurs par catégorie et le nombre de personnes employées par catégorie, le nombre total d'emplois créés est d'environ 32. 375 répartis comme suit :

- 19 250 pour les importateurs

- 925 pour les gestionnaires de parc

- 1 050 pour les commissionnaires en douane

- 30 pour les compagnies d'assurance

- 290 pour les sociétés d'escorte

- 10 000 pour les transitaires

- 810 pour les consignataires et agents maritimes

Question : Inconvénients liés au commerce des véhicules d'occasion

Les réponses données par les acteurs privés se résument dans le tableau ci-après :

Réponses Fréquences

Aspects environnementaux :

Pollution sonore 12 23,08%

Accumulation des épaves 26 50,00%

Maladies causées par le gaz d'échappement 46 88,46%

Sécurité routière :

Embouteillage 30 57,69%

Dégradation des infrastructures routières 42 80,77%

Accidents de routes 16 30,77%

Plan social

Développement délinquance juvénile 28 53,85%

Nous constatons que les problèmes les plus indexés par les acteurs privés sont les maladies causées par le gaz d'échappement (88,46%), la dégradation des infrastructures routières (80,77%), les embouteillages (57,69%) et le développement de la délinquance juvénile. Moins de 50% des acteurs privés interrogés ont reconnu la pollution sonore et les accidents de route comme des inconvénients de ce commerce.

La plupart des acteurs privés interrogés ont aussi reconnu que ces problèmes ont régressé du fait des mesures prises par l'Etat à partir de 2003.

Question : Imperfections sur le plan organisationnel de la filière des véhicules d'occasion

Les réponses données par les acteurs privés peuvent se résumer dans le tableau ci-après :

Réponses Fréquences

Lourdeur des procédures 46 88,46%

Prestations portuaires encore insuffisantes 38 73,08%

Cadre réglementaire et légal encore déficitaire 47 90,38%

Montants élevés des taxes et redevances 39 75,00%

Moyens techniques portuaires peu performants 12 23,08%

Nous constatons que les acteurs privés ont tous reconnu en majorité que toutes ces imperfections sont effectives, en indexant surtout le cadre réglementaire et légal encore déficitaire, la lourdeur des procédures, les montants élevés des taxes et redevances et les prestations portuaires encore insuffisantes.

B- QUESTIONNAIRES ADRESSÉS AUX ACTEURS PUBLICS

Nous avons pu récupéré les huit questionnaires adressés aux acteurs publics. Les réponses données aux questions relatives au revenu par véhicule et au nombre d'emplois créés sont approximatives et sont résumées dans le tableau 15. Au total, le commerce des véhicules d'occasion permet un revenu mensuel de 3 076 millions de FCFA répartis entre ces huit acteurs comme suit :

- 226 500 000 FCFA pour le Port Autonome de Cotonou

- 546 000 000 FCFA pour la SOBEMAP

- 274 500 000 FCFA pour le CNCB

- 427 500 000 FCFA pour la DGDDI

- 750 000 000 FCFA pour la DGID

- 402 000 000 FCFA pour la DGTT

- 30 000 000 FCFA pour le CNSR

- 420 000 000 FCFA pour le CNUT

Le commerce des véhicules d'occasion permet aussi la création d'environ 3 000 emplois an niveau des acteurs publics.

Les réponses aux questions relatives aux imperfections sur le plan organisationnel et aux inconvénients de ce commerce, sont semblables à celles données par les acteurs privés.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.