WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des systèmes d'élevage laitier au Maroc en vue d'une analyse de leurs performances

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Taher Sraà»ri
Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, Belgique - Doctorat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy
Groupe 4

Axe 2

*20

3 à

* 19

* 40

Groupe 2

2

* 15

* 22 * 2

Groupe 3

* 36 * 48

* 38

1 * 39

* 33 * 37

* 4 25 * 35

* 10 * 1 * 46

Axe 1

* 47

* 43 3 * * 12

* 32 * 45 * 34

0 -----11---------------------------------------------------------*-26

* 16

*31 * 24 *41

* 44

* 30

* 27 * 7

-1 * 8

* 18 * 21

* 13

* 28

* 6 * 29

-2

Groupe 1

* 14

-3

* 9

* 5

* 17

-----------------------------------------------------------------------------------------------

-4 -3 -2 -1 0 1 2

Figure 10. Projection des groupes de fermes laitières sur le plan principal défini par l'ACP.

Le groupe 1 correspond à 17 exploitations, classées en majorité en valeurs négatives sur l'axe 2 avec des valeurs moyennes proches de zéro pour les projections sur les axes 1 et 3. Ce groupe est celui des fermes d'élevage bovin déficitaires qui ont tendance à privilégier une légère rétention de matériel animal (variation d'inventaire positive de 0,2 UGB par vache présente). La conduite alimentaire et la productivité en lait peuvent être qualifiées de moyennes par rapport à l'échantillon d'étables enquêté. Le résultat économique est négatif, de - 1 704 DH par vache.

Le groupe 2 rassemble 12 exploitations ayant en majorité des valeurs de projection positives sur l'axe 2 et négatives sur l'axe 3, avec des valeurs dispersées autour de l'axe 1. Ce sont donc des exploitations laitières strictement positives au niveau de la rentabilité par vache. Cette rentabilité est globalement due à des rendements importants de lait par vache (4 231 kg). C'est le groupe qui correspond à un début de spécialisation laitière due à de plus fortes consommations de concentrés que dans le groupe 1.

Le groupe 3 est composé de 8 exploitations. Leur caractéristique majeure est d'être projetées négativement sur l'axe 1 et presque toutes positivement sur les axes 2 et 3. C'est donc le groupe des exploitations à résultats économiques positifs (4 488 DH par vache), grâce à un prix de revient du kg de lait maîtrisé, issu d'une part importante d'aliments grossiers (fourrages auto produits) dans le bilan alimentaire global des vaches. Ainsi, les fourrages constituent 98,4 % de l'énergie apportée par les concentrés. Toutefois, le rendement laitier annuel par vache est limité à 3 310 kg.

Le groupe 4 est constitué de 9 exploitations ayant toutes une projection positive sur les axes 1 et 2 et dispersées autour de l'axe 3. Ce sont par conséquent les élevages qui abusent de concentrés (2 826 UFL par vache et par an), sans véritablement en tirer profit au niveau de la productivité laitière (2 852 kg par vache). La rentabilité qui est observée est totalement due à la décapitalisation avec la perte de 1,20 UGB par vache présente comme variation d'inventaire sur l'exercice agricole 2000/2001. C'est donc le groupe qui illustre la situation des étables « hors - sol », dont le seul moyen d'assurer un semblant d'équilibre économique repose sur une vente massive d'animaux. La figure 11 résume les éléments saillants de la typologie établie.

Groupe 3

Groupe 2

Groupe 1

Elevages "hors-sol"

Abus de concentrés

Gain par vache (3 218 DH) dû aux ventes de bovins

Spécialisation laitière

Rendements laitiers élevés (4 231 kg/v)

Rentabilité de 2 256 DH par vache

précédent sommaire suivant