WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des systèmes d'élevage laitier au Maroc en vue d'une analyse de leurs performances

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Taher Sraà»ri
Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, Belgique - Doctorat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III - 4 Analyse comparative des systèmes d'élevage bovin en zones irriguée et suburbaine

III-4-1 Introduction

La politique poursuivie par les pouvoirs publics en matière d'élevage bovin au Maroc a toujours considéré les périmètres irrigués comme le fer de lance de toute amélioration de la production laitière, tant il est vrai que l'irrigation devrait permettre d'amenuiser les effets des épisodes de sécheresse que connaît le pays fréquemment et de favoriser la constitution de stocks de fourrages. Toutefois, depuis le lancement du Plan laitier, en 1975, et plus récemment, aucune étude sérieuse n'a mis l'accent sur la spécificité comparée de la production laitière en zones irriguées par rapport aux régions pluviales et suburbaines du pays. A cet égard, le présent travail vise ainsi à établir une comparaison entre des étables communes dans le périmètre irrigué du Gharb par rapport à leurs homologues dans la ceinture suburbaine de Rabat - Salé. Il s'agira en fin de compte d'identifier si les similarités observées lors de l'établissement de typologies d'étables dans chacune des deux zones considérées distinctement sont réelles ou si elles sont approximatives. En d'autres termes, cela revient à évaluer la pertinence du discours technique des planificateurs de l'élevage laitier par rapport aux atouts supposés de l'irrigation en matière de promotion de production bovine intensive en conditions marocaines. A l'opposé, il se pourrait que des pratiques d'élevage issues des périodes antérieures au lancement du Plan laitier, à un moment où seule une culture d'élevage allaitant était fortement présente dans tout le pays, aient eu une forte rémanence et qu'elles se soient érigées en obstacle majeur à l'efficience de la production laitière, même en zones irriguées réputées favorables.

III-4-2 Méthodes de travail

III-4-2-a Echantillon d'étude

Un ensemble de 118 éleveurs de bovins (70 dans le périmètre irrigué du Gharb et 48 dans la région suburbaine de Rabat - Salé) ont été sélectionnés d'un commun accord avec les associations régionales des éleveurs laitiers. La seule condition considérée pour ce choix était la production de lait sans prendre en compte la structure du cheptel ou le niveau d'intensification laitière. Les proportions par type d'élevage (taille du cheptel et superficie agricole exploitée) ne reflètent pas la réalité, puisque délibérément, un nombre important d'étables de grande taille (plus de 10 ha et plus de 20 bovins) a été retenu, dans les deux régions, afin de disposer d'un nombre suffisant d'individus représentatifs de la diversité des situations d'élevage. Toutefois, sur le terrain, il est évident que les grandes étables étaient nettement moins bien représentées que ce qui est décrit dans ce travail. En conséquence, les résultats de cette étude pourraient ne pas respecter la distribution proportionnelle des différentes tailles d'exploitations, particulièrement en relation avec les paramètres de structure (superficie et effectifs animaux). En fait, les données récentes provenant du dernier recensement général de l'agriculture au Maroc montrent que 84 % des bovins sont détenus par de petites structures, avec moins de 3 bovins évoluant sur moins de 5 ha de superficie agricole [MADRPM, 1998a].

D'un commun accord avec les éleveurs retenus, un suivi d'étable a été instauré. Les données relatives au fonctionnement de l'atelier laitier (alimentation des vaches, type de traite, traitements vétérinaires et reproduction du cheptel) et leurs répercussions sur l'économie d'élevage ont été collectées. Un questionnaire de 10 pages a été rempli pour chaque élevage suite à 4 passages de travail par exploitation. Ces visites étaient séparées d'environ 90 jours pour l'évaluation des résultats globaux des élevages tant sur le plan de la production laitière que de la reproduction et des résultats économiques (bénéfice par vache à l'issue de la campagne agricole).

Dans une étape préliminaire du traitement des données obtenues, nous avons procédé à une analyse de la variance testant l'effet fixe de la région par rapport aux paramètres de productivité et de rentabilité des élevages. A cet égard, le logiciel Minitab a été utilisé [MINITAB, 2002].

précédent sommaire suivant