WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des systèmes d'élevage laitier au Maroc en vue d'une analyse de leurs performances

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Taher Sraà»ri
Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, Belgique - Doctorat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III - 5 Synthèse générale des typologies d'élevage bovin et implications pour des études de cas

Les trois études précédentes relatives à l'établissement de typologies d'élevages de bovins dans deux zones agroécologiques du Maroc ont permis de dresser une image réelle de la situation du secteur de la production laitière dans ce pays.

L'idée première était avant tout de rassembler des données fiables à même de générer une vision précise des performances de l'élevage bovin dans deux zones agricoles aux caractéristiques a priori très différentes. Ceci a permis de dépasser l'absence de références sur les réalités de la production bovine au Maroc.

Un deuxième objectif a été d'ordonner et de hiérarchiser les données ainsi obtenues pour mieux comprendre les options de production retenues par les éleveurs. Il est ainsi apparu, de manière synthétique, que l'analyse des modes de production bovine (lait en intensif, lait à base de fourrages, mixte, allaitant...) et des objectifs des éleveurs, qui transparaît à travers les variables d'affouragement, d'intensification et de ventes des bovins, est bien plus importante que les considérations liées à la taille des exploitations agricoles. Il en découle que, quelle que soit la zone considérée, quatre grands groupes d'élevage ont pu être distingués :

1) un premier groupe constitué d'étables qui commencent à se spécialiser en production laitière, à travers des rendements laitiers par vache et par an supérieurs à 4 000 kg, et qui ne s'appuient que très peu sur les ventes des bovins pour atteindre des seuils de rentabilité intéressants ;

2) un deuxième groupe rassemblant des étables déficitaires en raison d'une insuffisante maîtrise technique des fondamentaux de la production bovine laitière (rationnement notamment) conjuguée à la rareté de capitaux ;

3) un troisième groupe qui consiste en des fermes avec une stratégie de production bovine bien plus extensive que celles du premier groupe, tant sur le plan du rendement laitier que sur le plan de l'affouragement (plus d'aliments grossiers et plus d'ha de fourrages par vache et moins de concentrés), mais avec pour souci des performances économiques positives par vache ;

4) un quatrième groupe représenté par des étables qui peuvent être qualifiées de « hors - sol », qui gaspillent des aliments onéreux (les concentrés) sans avoir de résultats de productivité laitière par vache intéressants et dont l'équilibre économique ne repose que sur les ventes de bovins.

Un autre constat qui ressort de nos investigations sur le terrain est lié à la proportion d'étables qui peuvent être considérées comme ayant franchi le pas vers un début de spécialisation laitière : à peine 25 % en zone suburbaine de Rabat - Salé pour un ratio assez proche (28 %) en ce qui concerne les fermes du périmètre irrigué Gharb.

Cette répartition en quatre groupes présente de la similitude frappante dans les deux régions, irriguée du Gharb et suburbaine de Rabat - Salé, ce que confirme nettement l'étude comparative qui leur est consacrée. Ce résultat mérite d'être souligné puisqu'il va à l'encontre des hypothèses généralement admises lors de la discussion des voies d'évolution de l'élevage laitier au Maroc. En effet, il est généralement entendu, notamment dans le discours officiel, que l'élevage bovin laitier est bien plus intensif en zones irriguées que dans les régions à la merci des aléas climatiques ; hypothèse qui est largement contredite par les résultats de notre travail.

Il faut aussi à ce stade rappeler que certains types d'étables, fort accessibles et où des collectes de données sur le fonctionnement se font de manière régulière, ont dues être mises à l'écart lors de l'établissement des typologies. Il s'agit notamment des étables étatiques de la SODEA, qui, en raison de leurs paramètres structurels fort différents des élevages usuels, constituaient des observations qui amenuisaient l'intérêt des analyses statistiques effectuées. Ces étables, mériteraient toutefois une étude approfondie de leurs modes de fonctionnement, car représentatives d'une voie d'intensification poussée de la production bovine laitière en tenant compte de la spécificité du milieu d'élevage au Maroc.

Aussi, pour étudier plus en détail des situations d'élevage laitier au Maroc, et pour mieux comprendre les incidences des choix des éleveurs sur les performances des vaches, nous avons songé à appliquer à la suite de ces typologies, une série d'études de cas représentatifs. C'est ce qui fera l'objet de la quatrième partie de ce doctorat.

Le choix s'est d'abord porté sur les étables de la SODEA, où une masse de données permettait de se livrer à une analyse plus fouillée des modes d'élevage intensif dans ce type de fermes. Les résultats de ces recherches sont présentés dans le premier chapitre de la quatrième partie.

Dans le deuxième chapitre, nous avons reporté notre attention sur une étable spécialisée, située en zone d'agriculture pluviale (province de Ben Slimane) pour illustrer les variations de ses performances en relation avec les fluctuations annuelles du climat.

Dans les deux chapitres qui suivent, nous avons opté pour cibler nos efforts de recherche sur le cas des étables suburbaines, tant il est vrai que les typologies ont confirmé que les grands groupes distingués étaient similaires entre les deux régions, suburbaine et irriguée. Ainsi, pour éviter de se dissiper dans de longs et coûteux déplacements que supposent des suivis rapprochés et afin d'aboutir à des études de cas plus pertinentes, basées sur une collecte d'informations plus denses (jusqu'à un passage mensuel par étable), nous nous sommes limités aux étables limitrophes à notre lieu de travail, à savoir les élevages suburbains de Rabat - Salé.

Dans le troisième chapitre, un suivi longitudinal de sept de ces fermes a été réalisé sur deux années agricoles successives (2000/2001 et 2001/2002), grâce à la description des variations annuelles de leurs performances et à l'analyse de la corrélation entre la productivité laitière et les consommations de concentrés.

Dans le quatrième et dernier chapitre, une ouverture sur les aspects de la qualité du lait et ses relations aux modes d'élevage des vaches a été envisagée. Il s'agit de caractériser la situation actuelle de la qualité du lait à la sortie des étables, et ses évolutions tout le long de l'année. L'objectif est d'identifier, après le diagnostic technique et économique des élevages laitiers suburbains, les principales failles liées à la qualité du lait.

Ces études de cas se veulent ainsi comme un approfondissement de l'analyse des grandes tendances de l'élevage bovin laitier au Maroc, en vue d'en cerner davantage les modalités et les performances. Elles permettraient alors de mieux cibler les axes prioritaires de développement de ces structures de production à l'issue de l'affinage de leur diagnostic. Ce serait en pleine conformité avec la philosophie globale de recherche systémique qui sous-tend ce travail.

IV - Etudes de cas d'elevages de bovins laitiers au Maroc

IV.1. Performances et modalités de l'élevage laitier en étables étatiques : cas de six fermes de la SODEA

IV.2. Résultats économiques et techniques d'une unité de production laitière dans la région d'agriculture pluviale de Ben Slimane

IV.3. Evaluation des résultats de sept élevages de bovins laitiers dans la zone suburbaine de Rabat - Salé à travers un suivi régulier

IV.4. Incidences des pratiques d'élevage sur la qualité du lait : étude dans cinq étables suburbaines de Rabat - Salé

Le problème du Maroc, c'est le greffage des modèles et l'absence d'innovations.

Paul Pascon (1980).

Études rurales.

Société Marocaine des Editeurs Réunis, Rabat, 158 p.

.

précédent sommaire suivant