WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des systèmes d'élevage laitier au Maroc en vue d'une analyse de leurs performances

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Taher Sraà»ri
Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, Belgique - Doctorat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV - 3 Suivi continu d'élevages laitiers suburbains : résultats de sept étables

IV-3-1 Introduction

Un approfondissement des modes d'élevage laitier suburbains a été mené dans la région de Rabat-Salé, en poursuivant pendant deux années agricoles (2000/2001 et 2001/2002) des suivis d'étables dans 7 fermes représentatives de la région. Ces unités laitières ont été sélectionnées à partir des catégories distinguées au cours de l'établissement de la typologie des élevages suburbains (Partie III.2). Le suivi a délibérément été étendu sur plus d'une seule campagne agricole, dans une application directe des préceptes de l'approche systémique : disposer de valeurs relatives à plusieurs exercices pour affiner le diagnostic et tenir compte de la variabilité annuelle des performances [BÉBIN et al., 1995].

IV-3-2 Méthodologie de l'étude

Les sept étables retenues illustrent le cas de fermes d'élevage bovin aux caractéristiques fort disparates, à l'image des résultats obtenues à l'issue de l'établissement de la typologie des étables suburbaines :

- une ferme appartenant au groupe gaspillant des aliments concentrés sans gain économique, avec un rendement laitier moyen inférieur à 2 750 kg par vache (groupe 1 de la typologie de Rabat - Salé) ;

- deux étables du type spécialisé et qui se caractérisent par un rendement laitier par vache supérieur à 4 000 kg et une bonne valorisation des aliments concentrés conjugués à des ventes de bovins réduites (groupe 2 de la typologie des étables de Rabat - Salé) ;

- une ferme qui relève du groupe dont les résultats économiques étaient excédentaires grâce à une alimentation des bovins basés sur les fourrages (groupe 3 de la typologie de Rabat - Salé) ;

- deux exploitations appartenant au groupe avec des résultats économiques par vache tout juste positifs grâce à une distribution de intensive concentrés alimentaires, mais avec un rendement laitier inférieur à 3 500 kg de lait (groupe 4 de la typologie).

La dernière exploitation de l'échantillon consistait en une étable étatique de la SODEA qui avait été exclue de l'élaboration de la typologie d'étables, en raison de ses paramètres tant techniques qu'économiques largement décalés par rapport au reste des fermes. Toutefois, en raison de ses caractéristiques frappantes de conduite du cheptel bovin, nous l'avons maintenue dans le suivi annuel, car elle illustre un modèle de production laitière intensive singulier par rapport aux réalités de l'élevage au Maroc (variabilité climatique, absence de « culture » fourragère - le mot culture devant être considéré ici dans sa dimension humaine et non seulement agricole -, longue tradition d'élevage bovin allaitant plutôt que laitier...). Dans le premier chapitre de cette quatrième partie du doctorat, un large aperçu sur les pratiques en vigueur et les performances qui en sont issues, dans ce type d'étables, a été présenté.

Au cours des deux campagnes agricoles où le suivi s'est déroulé, une visite mensuelle a été réalisée afin de noter les éléments liés aux changements de rations alimentaires, aux ventes et achats d'animaux, aux rendements laitiers globaux de l'étable, aux évènements de la reproduction et aux pratiques culturales appliquées aux différents fourrages.

Par la suite, les résultats économiques par vache et par campagne agricole ont été déduits.

Une monographie d'étable a été élaborée pour chaque exploitation, en veillant à consigner les évènements les plus saillants pour en comprendre le fonctionnement : paramètres structurels, calendrier alimentaire, main-d'oeuvre employée, type de gestion ...

En vue de mieux exploiter les résultats issus de la diversité des exploitations suivies, il a été procédé à la détermination d'un modèle de prédiction du rendement moyen annuel en lait par vache pour chaque ferme par rapport aux variables reflétant l'alimentation du cheptel. L'idée est de créer un outil prédictif fiable de la productivité moyenne par vache et par étable en conditions suburbaines. Ceci pourrait pallier l'actuelle carence en données issues du terrain (rareté du contrôle de performances) et d'aider par conséquent à planifier des programmes d'appui technique pour les éleveurs.

précédent sommaire suivant