WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des systèmes d'élevage laitier au Maroc en vue d'une analyse de leurs performances

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Taher Sraà»ri
Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, Belgique - Doctorat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy
De nombreux travaux récents se sont focalisés sur la description et l'analyse des systèmes de production laitière, afin de saisir la variabilité spatiale de ce genre d'activités. Dans les pays en développement, ce genre d'activités a souvent pour justification le diagnostic de l'efficience technico-économique de production des systèmes [LHOSTE, 1984], l'étude de l'acclimatation des races exotiques en conditions tropicales chez de petits éleveurs, ainsi que l'analyse de l'approvisionnement des centres urbains [SRAÏRI et BAQASSE, 2000 ; MSANGA et al., 2000 ; HANYANI - MLAMBO et al., 1998 ; LOSADA et al., 1998 ; METZGER et al., 1995 ; HOLMAN et al., 1992 ; MBAP et NGERE, 1989]. En pays développés, au delà des objectifs précédents, c'est aussi la caractérisation des variations régionales et leurs effets sur les politiques d'aménagement du milieu qui sont visés dans ces travaux [REINHARD, 1999 ; BONNEVIALE et al., 1989]. La méthodologie retenue varie énormément en fonction du matériel de base disponible, à savoir la quantité de données relatives au fonctionnement des étables laitières et leurs relations avec leur environnement économique et social.
Ainsi, il est possible de remarquer que dans les pays développés ou dans des projets de promotion agricole dans les pays du Tiers-Monde, l'existence de bases de données du genre RICA (Réseau d'Information Comptable Agricole) en France, ou du type DHI (Dairy Herd Improvement) aux Etats-Unis, ou encore SCB (Statistical Central Bureau) en Suède, ou Baobab au Sénégal [LANCELOT et al., 1988], qui comportent toutes les observations issues des recensements agricoles et du contrôle laitier, permet de se livrer à des analyses statistiques poussées et régulières sur cette somme d'informations, moyennant les méthodes d'analyse des données multidimensionnelles. Le but est d'exploiter la diversité et le nombre d'informations brassées au cours d'un diagnostic des élevages laitiers [BONNEVIALE et al., 1989], pour ressortir les facteurs qui influent significativement sur leurs performances. Ceux-ci peuvent être aussi bien liés au milieu (effet étable), à la génétique (race) ou même aux caractéristiques sociales des éleveurs [CHATELLIER et al., 1997 ; LEDIN et LEMA, 1996]. Parfois, l'analyse de type systémique basée sur l'exploitation d'une base de données peut être combinée à une expérimentation chez les éleveurs pour tester l'effet d'un paramètre d'élevage (alimentation notamment) sur les caractéristiques des produits, surtout en zone AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) [COULON et al., 1988]. De même, ce genre de travaux peuvent être l'occasion de se pencher sur l'évolution de certaines tendances des élevages laitiers, comme par exemple les taux butyreux et protéiques du lait [SARGEANT et al., 1999]. Dans ces études, BONNEVIALE et al. [1989] affirment qu'il est nécessaire d'analyser les pratiques des éleveurs, c'est-à-dire leur manière de gérer au jour le jour leurs troupeaux, car comme l'a rappelé BROSSIER [1973], « les agriculteurs, comme tous les individus, ont un comportement rationnel, c'est-à-dire qu'il y a cohérence entre les objectifs qu'ils cherchent à atteindre et les moyens mis en oeuvre». Cette nouvelle dimension acquise par les actions entreprises par les éleveurs, puisqu'ils deviennent objet d'étude et non pas seulement d'analyse, n'est pas sans bouleverser de manière radicale le comportement du chercheur en sciences animales [LANDAIS et DEFFONTAINES, 1988]. Le tableau 4 reprend de manière détaillée les différences fondamentales qui distinguent l'approche systémique de l'approche conventionnelle pour l'étude des élevages.

Tableau 4. Caractéristiques schématiques de deux démarches différentes pour la recherche et l'action.

Démarche analytique

Démarche systémique
 
 

Seul le résultat compte. Des solutions sont recherchées en priorité aux problèmes

C'est le processus qui est important. Il faut bien poser le problème

Le complexe est décomposé en éléments qu'il faut analyser

Articulation et relation des éléments entre eux et avec le tout

Supériorité de l'expert qui sait (schéma descendant de la connaissance)

Humilité de l'expert qui cherche à comprendre et qui apprend des choses et des gens

L'expert croit à la meilleure solution

Il pense qu'il y a plusieurs solutions satisfaisantes

Construction d'une théorie fondée sur les mathématiques : priorité donnée au quantitatif.

Construction d'un modèle que l'on sait réducteur.

Validation par la preuve expérimentale.

Validation par l'efficacité dans la transformation du réel.

Enseignement disciplinaire (juxtaposition).

Transdisciplinarité.

Linéarité, monorationalité, monocritère dans la décision

Plurirationalité, pluricritère.

Indépendance des fins et des moyens.

Récursivité des fins et des moyens.

Les connaissances sont la découverte de ce qui préexiste (univers câblé).

Les connaissances sont construction du réel, elles agissent sur lui.

Mise à l'écart des contradictions pour rendre la réalité conforme au schéma.

Prise en compte des conflits et des contradictions.

L'expert est comme une « abeille » pour laquelle tout est codé. Auguste Comte est la référence historique et épistémologique de cette conception.

L'homme est un « architecte » libre qui construit. Léonard De Vinci semble être le référence adéquate.

Adapté de LE MOIGNE [1984]

précédent sommaire suivant