WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des systèmes d'élevage laitier au Maroc en vue d'une analyse de leurs performances

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Taher Sraà»ri
Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, Belgique - Doctorat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy
Dans leur travail de caractérisation des différences entre exploitations de bovins laitiers, DOBREMEZ et BOUSSET [1996], en rappelant que cette hétérogénéité n'a jamais été souhaitée par les décideurs [COLSON, 1985], insistent sur l'importance des analyses factorielles qui peuvent restituer l'extraordinaire richesse de l'information issue des RSE. Ils soulignent aussi qu'une des finalités de ces analyses est de dresser une typologie des exploitations étudiées, ce qui représente une tendance fort récente des méthodes d'étude des systèmes d'élevage [LANDAIS et BONNEMAIRE, 1996]. L'objectif est de répondre à la question : qui produit du lait et selon quelles modalités ? La résolution de cette problématique est importante, car au-delà de la simple classification, elle pose tout un ensemble de questionnements sur l'avenir des interventions des décideurs dans le domaine laitier [PERROT, 1990].

Dans le contexte des pays en développement où de telles bases de données sont rarement disponibles, par manque de l'infrastructure nécessaire à la collecte de l'information et aussi en raison des craintes des éleveurs à se voir appliquer de nouvelles taxes [DE JONG, 1996], les chercheurs sont le plus souvent contraints d'aller chercher eux-mêmes les caractéristiques des élevages laitiers sur le terrain. LHOSTE [1984] rapporte qu'avant d'entamer la collecte et l'analyse de données, il faut tout d'abord commencer par se renseigner sur les niveaux d'organisation influant sur les résultats des élevages. Cet auteur propose un organigramme général déterminant le fonctionnement des systèmes de productions animales, qui constitue comme un inventaire exhaustif des objets d'étude du chercheur intéressé par ces entités (Tableau 5). A travers cette représentation simplifiée à l'extrême du fonctionnement des systèmes d'élevage, il est clairement affirmé que leur compréhension va bien au-delà de la seule connaissance du cheptel bovin.

C'est seulement en se fixant un objectif de collecte des informations, qu'il faut ensuite réfléchir aux voies d'y parvenir, surtout lorsque peu de moyens sont disponibles [LABE et PALM, 1999]. A ce niveau, ROELEVELD et VAN DEN BROEK, [1999] distinguent deux types d'approche : l'enquête informelle et le suivi d'élevage. Pour ces auteurs, ces deux volets du travail sont complémentaires et le choix de privilégier l'un par rapport à l'autre est nécessaire lorsque les moyens matériels ne suffisent pas à les assumer pleinement. Un survol de la bibliographie disponible sur les études de systèmes laitiers en zone tropicale montre que les travaux adoptent généralement les deux démarches, allant d'abord d'une description générale des modalités de production basée sur une enquête rapide ou informelle [HANYANI - MLAMBO et al., 1998 ; LOSADA et al., 1998], à une phase plus détaillée avec un formulaire d'enquête plus élaboré et permettant d'avoir une vision plus détaillée du fonctionnement des systèmes laitiers.

Tableau 5. Les composantes, éléments et paramètres des systèmes d'élevage.

Composantes

Éléments

Paramètres

Territoires villageois et

Structuration

· Composition du fourrage

systèmes de cultures

 

· Répartition - surface

 

Production primaire

· Phytomasse

 
 

· Composition chimique

 
 

· Valeur nutritive

 

Utilisation par le bétail

· Accessibilité

 
 

· Appétibilité et ingestibilité

 

Evolution dans le temps

· Variations saisonnières

 
 

· Variations interannuelles

 
 

· Reproduction

Interface

Comportement alimentaire

Bilans

Bilan fourrager

 
 

- Matière organique

 
 
 

- Fertilité et système de culture

 

Troupeau

Structure (statistiques)

· Espèces, races et effectifs

 
 

· Composition

 

Dynamique

· Reproduction et mortalité

 
 

· Exploitation et croît

 

Animal

· Age, et état sanitaire

 
 

· Stade physiologique

 
 

· Performances individuelles

 

Conduite

· Du troupeau

 
 

· De l'alimentation

 
 

· De la reproduction

 

Production

· Viande, lait, laine,...

 
 

· Fumier, traction,...

Interface

Pratiques

Soins

Conduite

Savoir-faire

Rôle du bétail (économique et

socio-culturel)

Modes de valorisation

du bétail

Eleveur

Ethnie, famille, histoire

 
 

Projets

 
 

Organisation du secteur

 
 

Besoins / revenus

 
 

Relations avec la communauté

 
 

Services de l'élevage

 

Interface

Organisation foncière

Gestion des pâturages

Stratégie : transhumance

D'après LHOSTE [1984]

La part de l'analyse économique est prépondérante dans ce genre d'études car elle renseigne sur la viabilité de cette activité et sur les options de production retenues par les éleveurs [DEBRAH et al., 1995]. Généralement, elle consiste surtout en un calcul de la marge brute des élevages laitiers qui, selon JOHNSON [1985], représente « la différence entre la valeur du chiffre d'affaires, à savoir la totalité des ventes de tous les produits, tels que le lait, les animaux, et le fumier, et l'ensemble des coûts inhérents au processus de production ». Une autre préoccupation des chercheurs sur les systèmes d'élevage laitier dans les pays en développement revient à s'intéresser aux répercussions de l'aval de la filière laitière sur la structuration des étables laitières [MEYER et DENIS, 1999]. A l'opposé de la situation en pays développés, où l'organisation des droits à produire (quotas en Europe) garantit des possibilités certaines de commercialisation du lait, la majorité des producteurs des pays en développement écoulent leurs productions selon des canaux aléatoires et non pérennes. Ainsi, ALARY [1999] rappelle la fragilité du système coopératif laitier en Inde face à l'épreuve de la libéralisation, dans un contexte où le gouvernement indien a fortement protégé cette filière, et pose la question de l'avenir des producteurs. Ces derniers s'étaient accoutumés à ce protectionnisme et avaient adapté leurs modes de production en conséquent, optant pour des systèmes très peu intensifiés. Au Maroc, il a aussi été clairement vu que les effets des possibilités d'accéder au marché du lait étaient variables selon les saisons, notamment à cause des changements climatiques et des périodes de célébrations religieuses (mois du Ramadan), et ceci induisait des ajustements certains au niveau de l'organisation de la production [SRAÏRI et MEDKOURI, 1999].

précédent sommaire suivant