WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La transformation des organisations du travail par les SIRH

( Télécharger le fichier original )
par Mathieu Domichard
Celsa- Paris IV Sorbonne - Ressources humaines et communication. 2009
  

précédent sommaire suivant

1. D'une logique de propriété vers une logique de réseaux

Dans la nouvelle économie présentée par J.RIFKIN, la possession d'un bien tel qu'un logiciel de gestion des Ressources Humaines n'est plus un objectif en soi puisque l'intérêt n'est pas d'acheter et de vendre ce type de bien. Le rapport marchand s'éloigne du simple rapport offre/demande pour se rapprocher d'un espace d'échange en réseaux. Les biens ne s'échangent plus pour eux-mêmes, mais pour un ensemble d'avantages auxquels ils permettent d'avoir accès, ce qui correspond parfaitement au modèle locatif puisque l'entreprise n'achète plus le logiciel, celle-ci loue juste le droit d'accès à l'interface de la solution informatique.

L'échange de ce type de produits en location est devenu possible depuis la netéconomie, mais le type d'échanges entre entreprises a aussi évolué. J.RIFKIN présente « l'environnement en réseaux » comme étant l'un des facteurs les plus importants de la nouvelle économie. Les entreprises ont aujourd'hui un ensemble de réseaux de prestataires, de partenaires et de contacts avec lesquels elles échangent des services. Ces réseaux permettent d'échanger des informations ainsi que des services spécialisés, ce qui permet à chaque entreprise de pouvoir mobiliser les ressources de ses partenaires en cas de besoin. L'environnement en réseaux permet d'être plus réactif aux variations du marché puisqu'un ensemble de contacts aux compétences différentes peuvent être mobilisées. Ce type d'échange convient parfaitement au monde du service où la réactivité est un avantage considérable. « Andy Groove, ancien P-DG de Intel, compare les industries du software avec le théâtre, un art qui rassemble les metteurs en scènes, les acteurs, les musiciens, les auteurs, les techniciens et les financiers pendant la brève période nécessaire à la création d'une oeuvre. »2019

Aragon-eRH et Intra Call Center ont signé un contrat de partenariat permettant à l'entreprise Aragon-eRH de continuer le développement de sa solution selon les conseils d'Intra Call Center. . En effet dans la nouvelle économie, on achète l'accès aux biens culturels, les biens matériels ou les loisirs deviennent alors des expériences. Le consommateur tout comme les entreprises n'hésitent plus à louer. Il ne va pas sans dire que l'activité de toutes les entreprises telle qu'Aragon-eRH vendant des solutions du type SaaS correspondent à ce modèle, puisque celles-ci louent l'utilisation de leur solution.

2. Vers des solutions entièrement sur Internet

La solution Aragon-eRH fonctionne en mode Saas. Le Software as a Service (Saas) est un concept apparu au début des années 2000. Il permet de fournir des logiciels par le biais du web. Les principales applications clients de ce modèle sont la relation client, la vidéo conférence, les communications unifiées (outils permettant de communiquer et d'utiliser les outils de bureautiques), le travail collaboratif et la gestion des ressources humaines. Le SaaS permet de nombreux avantages, notamment dans ses mises à jours. Les solution en mode SaaS étant disponible par le biais d'internet, les mises à jour sont réalisées par le distributeur, permettant des gains de temps considérable aux clients.

Le principe du mode Saas est un renversement dans l'utilisation de logiciels, puisque les clients ne payent plus pour posséder le logiciel, mais pour l'utiliser dans le cadre d'un abonnement. Le fonctionnement de la solution permet à l'entreprise de n'utiliser la solution que selon son besoin, puisqu'à la différence du fonctionnement en ASP (Application Service Provider) qui le précédait, le modèle Saas a été nativement conçu pour le web.

Plusieurs choix sont alors possibles afin de gérer techniquement la solution. La société Aragon-eRH a fait le choix de séparer physiquement les données de ses clients des serveurs contenant l'application. Le client reste alors maître de ses informations puisque celles-ci ne quittent pas leurs serveurs. La solution est un support disponible sur Internet, ce support va chercher les informations dans le serveur du client et les met en forme. Cette méthode permet de simplifier la sécurisation des données en fonction des besoins, car toutes les informations confidentielles sont ainsi centralisées sur le serveur du client. Depuis le début de cette année, pas une semaine ne passe sans qu'un nouvelles ne présente son offre de "cloud" : les géants de l'informatique Hewlett Packard et IBM, le fabricant de routeurs Internet Cisco, même des opérateurs de télécommunications comme France Télécom ou l'américain AT & T. Dernière annonce en date, mi-juillet, Microsoft, premier éditeur mondial de logiciels, a promis la commercialisation pour novembre de son offre de "Cloud" baptisée Azure.

C'est le cybermarchand Amazon qui, en 2006, a inauguré ce type d'offres. Le géant américain avait beaucoup investi dans ses infrastructures à la fin des années 1990 pour lancer sa boutique en ligne. Son informatique était certes capable d'absorber le pic d'activité des achats de Noël, mais était surdimensionnée le reste de l'année. "Le Cloud est une façon de rentabiliser nos équipements", explique Xavier Garambois, directeur général France d'Amazon.21(*)

Nous avons premièrement démontrés que la solution Aragon-eRH correspondait aux problématiques d'ICC, puis que le développement informatique des entreprises dépend de nombreux facteurs dont le fait que le SIRH soit en rapport avec les besoins des entreprises. Afin de répondre à l'hypothèse posée, à savoir que les SIRH tendent vers une homogénéisation des RH, il faut comparer les différentes offres proposées par les SIRH, donc de faire une étude de marché.

C) Des modules homogènes, comparatif des processus proposés par trois types de SIRH : les ERP, les solutions spécialisés et les solutions complètes.

On appelle "WorkFlow" (traduisez littéralement "flux de travail") la modélisation et la gestion informatique de l'ensemble des tâches à accomplir et des différents acteurs impliqué dans la réalisation d'un processus métier (aussi appelé processus opérationnel). Le terme de Workflow pourrait donc être traduit en français par Gestion électronique des processus métier. Un workflow consiste à informatiser un processus administratif dans un but d'allégement des procédures, de décentralisation et d'implication des utilisateurs eux-mêmes, d'efficacité collective et de réduction des coûts enfin.

Un processus métier (ou process) représente les interactions sous forme d'échange d'informations entre divers acteurs. Dans cette partie nous essaierons d'analyser les process et workflow présents dans plusieurs types de SIRH afin de percevoir leurs différences.

* 21Article LeMonde.fr de Cécile DUCOURTIEUX, 25.08.09 « Le cloud computing bouscule l'informatique »

précédent sommaire suivant