WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Image de soi et l'implication dans le travail. Cas de 55 agents de la Compagnie d'Energie Electrique du Togo au siège social de Lomé

( Télécharger le fichier original )
par Yoatsè Venunye DEDO
Université de Lomé - Togo - Maà®trise de psychologie du travail et des organisations 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.3. Etat de la question et spécification du problème

2.3.1. État de la question

Cette section fondamentale de notre recherche consiste à faire l'analyse des travaux qui ont abordé le même problème que nous. Ces travaux ont commencé à partir des années 1950 et portent sur le rapport entre l'image de soi et la performance scolaire.

Ainsi COOPERSMITH (1957) pour appréhender le rapport entre l'image de soi et performance scolaire a mené des recherches sur 87 sujets de 10 à 12 ans. Il utilise le Self Estime Inventory (SEI) qui lui a permis de regrouper les sujets en

13

deux catégories; celle au-dessus de la médiane et celle en dessous de celle- ci. Cette procédure sert de repérage sur des scores mis dans l'ordre de valeur. Le Khi deux se révèle significatif au seuil .05 et la corrélation (r) est égale à .36 significatif au point .01.

De même MEYER (1987) dans ses études sur le rapport entre image de soi et la performance scolaire a constitué sa population d'étude de 261 élèves de 6ème en 3ème pour mesurer l'image de soi, il s'est servi de l'instrument auto descriptif avec 40 items à échelle de 1 à 7 comportant des aspects scolaires et non scolaires et un statut scolaire estimé par le sujet lui même.

Enfin COMPAS (1991) dans ses recherches menées sur le rapport entre l'image de soi et performance scolaire a travaillé sur les élèves de CM2 avec un effectif de 64 sujets composés de 32 BE et 32 ME (désignés par l'enseignant). Pour appréhender l'image implicite, il a laissé le choix aux élèves de faire une estimation a priori, de la réussite face à des tâches, où on propose aux sujets des tâches motrices intellectuelles.

Le bilan de ces recherches citées plus haut nous donne des résultats pertinents suivants :

- L'existence d'un lien entre l'estime de soi et les performances scolaires et que dans la construction personnelle de l'individu, intervient l'expérience éducative.

- une image de soi négative est une attitude de résignation, a priori d'incompétence qui fait qu'on part perdant.

Des recherches ont souligné l'importance de l'école dans la construction personnelle de l'individu parce qu'elle induit fortement la conscience de soi et la réflexion de soi.

En effet, six heures par jour, l'école produit tout un ensemble d'indicateurs important pour la construction de l'image de soi de l'enfant et de son sentiment

14

de valeur. Elle associe aux informations positives ou négatives qu'elle donne, des notions d'effort et de capacité.

Certes ces études n'ont pas eu à aborder le domaine portant sur l'activité professionnelle et les valeurs personnelles de l'adulte. Puis, elles se sont limitées à l'école comme étant le seul facteur de la stabilité ou de l'instabilité de l'image de soi en se basant surtout sur l'estime de soi.

TSIGLO (2005) a étudié la relation entre les niveaux de performance, l'estime de soi et la représentation de l'avenir professionnel. Il s'est basé sur 95 agents commerciaux des compagnies d'assurance issus de catégorie socio économique défavorable âgés de 24 à 44 ans. Ceux-ci sont emmenés à répondre au SEI et à un questionnaire construit selon les besoins de la recherche.

Les résultats obtenus relèvent que les agents qui s'auto-évaluent positivement ont une bonne performance que ceux qui s'auto évaluent négativement, et cette relation n'a pas été modifiée ni par l'âge ni par le sexe.

Ce travail dans tout son mérite n'abord pas les sources même de la performance et surtout de l'implication dans le travail.

GAMETI (2006) présenta un document qui analyse la relation entre l'auto-évaluation ou l'estime de soi et la motivation. Son étude porta sur 116 employés de la radio Lomé de trois catégories socioprofessionnelles : fonctionnaires, agents permanents et temporaires. Ces employés ont été soumis à un questionnaire de motivation et au test d'estime de soi de ROSENBERG. Les résultats de GAMETI corroborent pour la plupart des cas ses hypothèses : les employés à estime de soi basse et moyenne sont moins motivés au travail que ceux qui ont une estime de soi élevée. Mais son étude ne montre qu'un aspect des facteurs pouvant influer sur la motivation au travail on se base uniquement sur l'auto évaluation. Il manque à son étude des facteurs comme le sentiment d'avoir évolué et la stabilité de soi qui permettent de comprendre un peu plus la motivation et l'implication dans le travail.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net