WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'espace web du sénégal : étude de son degré d'ouverture ´┬átravers l'analyse des liens hypertextes

( Télécharger le fichier original )
par El Hadji Malick GUEYE
Université Paris 10 Nanterre - Master de Recherche 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Liste des tableaux

Tableau 1 : Tableau récapitulatif des grands chiffres du corpus 67

Tableau 2 : Répartition des sites en type de site 72

Tableau 3 : Liste des 30 plus grands sites « sitants » 76

Tableau 4 : Liste des 30 plus grands sites « sités » 77

Tableau 5 : Liste des plus grands sites « sitants » et « sités » de l'espace (.sn) 78

Tableau 6 : Tableau récapitulatif du degré de connectivité des sites sénégalais 80

Tableau 7 : Répartition des liens vers les gTLDs (.com, .org, .net, .edu, .int) par les sites sénégalais 84

Tableau 8 : Répartition des cinq gTLDs (.com, .org, .edu, .net, .int) par types d'autorité et par types de sites 86

Tableau 9 : Répartition des liens vers les ccTLDs par zones géographiques 88

Tableau 10 : Répartition des liens vers les ccTLDs par types d'autorité 89

Tableau 11 : Répartition des liens vers les ccTLDs par types de site 89

Tableau 12 : Répartition des liens vers les ccTLDs par entités (« Sitants et Sités », « Seulement Sitants », « Seulement Sités », « Ni Sitants, Ni Sités ») 90

Introduction

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication ont connu ces dernières décennies une importance toute particulière. Effet de mode, de mimétisme ou réelle révolution de la société contemporaine, force est de constater que le terme NTIC s'invite désormais dans tous les débats politiques, scientifiques, économiques, culturels (...) et intéresse particulièrement les chercheurs et les universitaires. Dans notre étude, nous voulons nous intéresser à l'aspect le plus remarquable de cette société de l'information : Internet, plus précisément le Web.

L'objectif général de cette étude est de mesurer le degré d'interconnexion des sites Web du Sénégal avec les autres sites de la toile mondiale et de déterminer ainsi leur ouverture dans ce réseau global. La motivation de ce travail est à chercher dans le retard que connaissent aujourd'hui les pays du Sud (africains particulièrement) en matière de nouvelles technologies de l'information et de la communication. Sans négliger cette fracture numérique et sans nier l'urgente nécessité de trouver des mesures pour la réduire, notre étude s'inscrit dans une démarche d'aborder autrement ce fossé notamment à travers une approche participative. Autrement dit, malgré les manques d'infrastructures et autres carences, il s'agit de surfer sur la vague de cette révolution numérique avec nos spécificités et nos richesses. Il s'agit d'exister simplement sur le Web. L'extrait suivant illustre assez bien cette vision : « ...un village branché à Internet, avec une parabole et où les femmes continuent à piler le riz à la main et à porter des seaux sur la tête sur de trop longues distances »1(*).

L'existence et la participation du Sénégal sur le Web, nous voulons la découvrir à travers les relations qu'il entretient avec les autres sites du Web, et ceci en étudiant les liens hypertextes qui les unissent. Afin d'y arriver, nous allons faire appel à la wébométrie qui est une discipline héritant des techniques bibliométriques et scientométrique et qui se consacre à l'étude du contenu des pages Web, des liens hypertextes, de l'usage des sources d'information et des technologies Web.

Ainsi, après la première partie qui sera consacrée à l'état de la recherche sur l'Internet au Sénégal suivie d'une seconde partie axée sur l'exposé de notre problématique et la définition de nos objectifs de recherche, nous allons développer dans la troisième partie la revue de la littérature sur les méthodes bibliométriques et leur cheminement vers la wébométrie et la cybermétrie. Dans la dernière partie, nous aborderons l'analyse de l'espace Web du Sénégal c'est à dire sa structure interne, son interconnexion et son « extériorisation » vers le reste du Web.

* 1 CHÉNEAU-LOQUAY, Annie. Défis liés à l'insertion des technologies de l'information et de la communication dans les économies africaines : L'exemple d'Internet au Sénégal. In : Abdelkader Djeflat et Bruno Boidin, Ajustement et technologie en Afrique, Publisud, avril 2002, p 103.

précédent sommaire suivant