WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Cusco et l'image de l'étranger dans Inka Trail et Senores destos Reynos


par Nataly Villena Vega
Université Paris III - Maitrise en Littérature Générale et comparée 2001
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Nataly VILLENA VEGA

Mémoire de Maîtrise rédigé sous la direction de

M. le professeur Gabriel Saad

Littérature Générale et Comparée

La ville de Cusco et l'image de l'étranger dans la littérature péruvienne contemporaine :

Inka Trail de Oswaldo Chanove et Señores destos reynos de Luis Nieto Degregori

Université Paris III Sorbonne Nouvelle

2002

Sommaire

Introduction ________________________________________________________________2

1. Cusco dans la littérature péruvienne contemporaine. 7

1.1 Fin de la dualité néo-indigénisme, néoréalisme. 9

1.2 Cusco, entre l'incanisme et le cosmopolitisme. 14

1.3 Nouvelles manifestations littéraires dans le Sud du pays. 25

2. L'image de l'étranger (du mot à l'image). 28

2.1 L'étranger, étymologie et institutions. 28

2.1.1 Inka Trail et Señores destos Reynos, deux textes imagotypiques. 30

2.2 Facteurs constructifs au niveau textuel. 31

2.2.1 Examen du lexique (Mots-clés et mots-fantasmes). 31

2.2.2 L'espace et l'étranger. 34

2.2.3 Morphologie de l'étranger. 35

2.2.4 Symbolique onomastique 47

2.3 Le stéréotype. 50

2.3.1 Des personnages stéréotypés 51

2.3.2 Stéréotype et lecture littéraire. 54

2.3.3 L'écriture à thèse. 55

3. La relation hiérarchisée de l'image de l'étranger. (Dimension idéologique des facteurs constructifs). ______________________________________________________________57

3.1 Le cadre spatio-temporel : la topographie de l'étranger. 58

3.1.1 L'espace du conflit. 60

3.1.2 L'espace de convergence. 67

3.2 Typologie de l'étranger. 71

3.2.1 Procédés d'inclusion - exclusion 74

4. Le Je et l'Autre : littérature et société. (L'image comme scénario). 79

4.1 Les scénarios ou l'« agrégat mythoïde ». 80

4.2 Facteurs constructifs à niveau transtextuel. 82

4.2.1 Intertextualité. ___________________________________________________80

4.2.2 Paratexte _______________________________________________________84

4.2.3 Hypertextualité __________________________________________________87

4.3 Le modèle symbolique. 95

4.3.1 La manie. 95

4.3.2 La phobie. 96

Conclusions 98

- Annexes 101

BIbliographie _____________________________________________________________98

Introduction

La figure de l'étranger, cet Autre qui menace et qui fascine, est présente dans la littérature péruvienne depuis ses origines. La culture du continent américain fut construite sur la rencontre des groupes qui se considéraient mutuellement comme des étrangers. Dans l'histoire du Pérou, un pays marqué par la cohabitation de groupes ethniques différents, le caractère étranger est aujourd'hui relatif.

Etranger fut l'Espagnol aux yeux de l'Inca lors de l'entreprise de la conquête du nouveau monde. Etrangers furent les « criollos » et Espagnols aux yeux des indigènes et des métis de l'époque coloniale. Etrangers sont aujourd'hui les indigènes, les touristes et les immigrants aux yeux de la majorité métisse.

Au sens propre, la qualité d'étranger est définie par un ensemble de dispositions juridiques dont le fondement est indissociable de la considération de la naissance d'un individu. Deux lignes de pensée tracent les axes fondamentaux de la législation, l'une d'elles considère que le facteur déterminant est la filiation - ius sanguis- et l'autre considère que le facteur déterminant est le lieu de naissance -ius soli-.

Au sens figuré l'étranger est l'Autre, tout être différent ou marginal à l'égard aux normes établies par ceux qui détiennent le pouvoir (pouvoir politique, pouvoir économique ou pouvoir symbolique : l'écriture).

La notion d'altérité est, certes, trop vaste pour être opérationnelle, mais il est vrai également que limiter la définition de l'étranger à une simple question de nationalité nous ferait emprunter un chemin trop étroit. La réalité nous a souvent démontré que la marginalisation d'un groupe peut avoir un faible rapport avec la possession d'un document qui attesterait de son appartenance légale à la communauté dans laquelle il vit.

Dans le présent travail nous analyserons ce type d'altérité, celle qui associe un individu à un groupe originaire d'une autre terre et d'une autre culture, indépendamment de sa nationalité.

L'absence de recherches sur les images littéraires de l'étranger dans la littérature péruvienne contemporaine et la complexité dont cette figure est investie aujourd'hui sont les raisons qui ont motivé le choix du sujet.

En effet, une société marquée tout au long de son histoire par de profonds changements sociaux proportionne une grande richesse de matériels pour la construction de l'image de l'étranger.

Afin de mieux préciser notre recherche nous avons décidé d'étudier deux oeuvres contemporaines dont la scène est la ville de Cusco1(*). Ancienne capitale de l'empire Inca, berceau de l'indigénisme et des mouvements de gauche, Cusco est aujourd'hui l'une des principales destinations touristiques en Amérique du Sud.

Inka Trail, de Oswaldo Chanove et Señores destos Reynos, de Luis Nieto Degregori, un roman et un recueil de contes apparus dans les années quatre-vingt-dix, furent accueillis avec enthousiasme par le public national. Dans ces oeuvres la figure de l'étranger apparaît de façon particulièrement intéressante ; ces livres profondément dissemblables, issus d'une scène littéraire marquée par la diversité, pourront nous permettre d'emprunter deux voies différentes dans la construction de l'image de l'Autre.

L'image littéraire est, nous le savons, inscrite dans un processus de littérarisation mais aussi de socialisation. Elle révèle les fonctionnements idéologiques et psychologiques d'une société qui ne peuvent être compris que dans une réflexion interdisciplinaire.

Pour étudier le thème de l'étranger dans la littérature péruvienne, il est alors nécessaire, sans perdre de vue la littérature elle-même, d'inscrire la recherche dans un contexte historique et social. Le risque de faire une analyse purement littéraire est celui de transformer la figure de l'étranger en un topos littéraire, et d'oublier le caractère indissociable des liens qui existent entre le texte et la société qui le fait naître.

Cesare Segra dans son étude sur les principes de l'analyse du texte littéraire affirme que si le texte est conçu comme faisant partie d'un acte de communication, il est nécessaire de considérer ses liens avec la culture. De cette façon la perspective historique est revendiquée parce que l'émetteur se sert de codes qui proviennent du contexte culturel auquel ils appartiennent, et le récepteur utilise les codes dont il dispose pour interpréter le texte. « Les systèmes de signification sont institués dans une culture et font partie d'elle.[...] Plus que condamner une lecture qui considère le texte en soi, en mettant entre parenthèses le contexte, ce qu'il faut faire c'est constater que cela résulte impossible », ajoute-t-il.

Daniel-Henri Pageaux propose d'étudier l'image à travers l'analyse de ses composantes : le mot, la relation hiérarchisée et le scénario.

Une première démarche consiste donc à connaître le contexte historique, social, culturel, économique et politique dans lequel naît l'image de l'étranger. Il s'agit de comprendre à partir de quelles données nos auteurs construisent cette image de l'Autre et de connaître les mécanismes internes du fonctionnement de la société. Ces mécanismes seront identifiés plus tard dans l'utilisation de certains mots, dans l'établissement de hiérarchies ou dans la configuration des scénarios.

A la suite de cette analyse du contexte, il faut ajouter celle de la construction de l'image à partir des mots. La critique littéraire du siècle dernier et des premières années du XXIème siècle part des études effectuées par Ferdinand de Saussure et Albert Secherhaya en 1916 (Cours de linguistique générale).

Cette approche analytique privilégie la structure ou forme du texte, en conséquence le texte est aussi étudié comme un corpus objectivement linguistique. Un examen du lexique nous permettra donc, dans le deuxième chapitre, de trouver les mots-clés et les mots-fantasmes ainsi que les mots pris à l'étranger qui composent les réseaux lexicaux dont l'image est issue. Le comptage d'occurrences et l'identification des procédés de différenciation ou d'assimilation serviront à comprendre l'écriture de l'altérité dans les textes de notre corpus ainsi que la formation et l'attribution des stéréotypes.

L'analyse des mots qui servent à créer l'image de l'Autre implique également l'identification des rapports hiérarchiques dans la structure du texte imagotypique. Dans le troisième chapitre nous nous occuperons d'établir un système de personnages à partir de la caractérisation de l'étranger et de la structuration de son espace, ainsi que de la formation de l'altérité par la qualification différentielle.

Toutefois, le texte et le contexte littéraire transcendent la seule structure. Dans un dernier temps, nous analyserons l'image de l'étranger comme scénario et nous identifierons des modèles préétablis dont les auteurs se servent. L'intertextualité éclairera finalement dans quelle mesure les textes de notre corpus peuvent aussi être des outils de communication symbolique.

* 1 Nous préférons Cusco, au lieu de Cuzco ou Qosqo, l'utilisation de ce mot étant d'usage général.

sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy