WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contradictions des politiques de ciblage dans les projets de lutte contre la pauvreté dans l'ouest montagneux ivoirien

( Télécharger le fichier original )
par Alexis KOFFI
Université de Bouaké - DEA 2009
  

précédent sommaire

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Conclusion générale

Cette étude est un prétexte pour examiner et analyser la politique de ciblage des bénéficiaires des projets humanitaires mis en oeuvre dans la partie occidentale de la Côte d'Ivoire depuis le déclenchement de la crise.

Le choix des interventions de l'ONG CARE internationale dans les zones de Man et Duékoué permet de mieux saisir l'importance de la problématique. En effet, la Côte d'Ivoire est depuis septembre 2002 le théâtre d'une crise militaro-politique. Celle-ci s'est manifestée par des combats entre des forces loyalistes et des forces rebelles. Ces conflits ont eu pour conséquences d'importants déplacements de populations, la partition de fait du pays en deux zones, la forte détérioration des conditions de vie dans certaines régions, notamment du Centre, de l'Ouest et du Nord. La région des 18 Montagnes et celle du Moyen Cavally ont été les des plus touchées en raison de l'intensité des affrontements entre les différentes armées, des mouvements de miliciens et de la contagion de la guerre du Libéria.

Vu la précarité des populations de l'Ouest aussi bien en milieu rural qu'en zone urbaine, l'ONG CARE à l'instar de nombreuses agences humanitaires internationales, d'ONG et de prestataires gouvernementaux est intervenu pour répondre aux principaux besoins des communautés de la zone. Ses interventions ont été exécutées un peu partout. Cependant, un sentiment quasi généralisé laisse transparaître des formes d'exclusion ou de malaise chez certaines personnes ou dans certaines localités ; au point où les communautés ont l'impression que ce sont toujours les mêmes qui bénéficient des appuis des agences humanitaires ou autres prestataires de service. Certains dénoncent même le fait que les aides sont octroyées à des personnes qui ne devraient pas en bénéficier ou qui ne mériteraient pas ces appuis. Mais au fait, qu'est ce qui explique le sentiment que les véritables cibles ne sont pas touchées par les interventions de l'ONG CARE dans l'Ouest montagneux ?

Pour comprendre les écarts entre les politiques de ciblage envisagées et celles mises en oeuvre effectivement, nous avons analysé les logiques des acteurs dans l'ingénierie du ciblage des bénéficiaires des interventions de CARE. La politique de ciblage des bénéficiaires des projets exécutés par cet organisme met en interaction un certain nombre d'acteurs, chacun se retrouvant dans l'arène de l'action humanitaire avec ses logiques et ses stratégies propres. Dès lors, nous avons décidé d'interroger ces parties prenantes dans des localités ayant reçues des interventions tout en analysant leurs coopérations, leurs logiques d'action et les stratégies qu'elles déploient dans l'identification et le choix des bénéficiaires directs des projets. Les données collectées et traitées ont servi de base de l'analyse sociologique de l'ingénierie du ciblage des bénéficiaires directs des projets de lutte contre la pauvreté. Une approche essentiellement qualitative a été la démarche méthodologique utilisée tout au long de cette étude.

Au terme de la recherche, retenons que la présence de l'ONG CARE dans les localités visitées a développé au sein des populations une logique d'assistanat. Cette dernière est portée par des stratégies de captation de l'intervention humanitaire à travers la récupération des comités villageois par certains acteurs locaux, le développement d'une ingénierie du plaidoyer, la construction et la légitimation de l'état de précarité et de victime.

Au niveau de l'ONG CARE, c'est autour une logique de captation de financement qu'elle bâtit toute sa stratégie. Celle-ci est sous-tendue par la construction sociale du concept de vulnérabilité. La définition du concept de vulnérabilité est si complexe qu'elle est devenue un enjeu dans l'identification des bénéficiaires des interventions. Cette difficulté à définir de façon consensuelle ce concept a suscité au sein des populations un sentiment d'exclusion sur certains projets. Généralement, les populations partent de l'approche subjective pour définir leur situation de vulnérabilité. Or cette façon d'articulation du concept au niveau local est sujet de beaucoup d'incompréhensions car chacun veut faire prédominer sa propre situation. C'est d'ailleurs ce qui justifie dans un premier niveau le sentiment d'exclusion tant dénoncé lors de notre enquête de terrain.

En rapport avec l'identification et le choix des bénéficiaires, maillon important de la méthodologie de terrain, l'organisme CARE revendique l'approche participative et communautaire pendant son opérationnalisation. La mise en place de comités villageois à travers les comités de paix, de reconstruction, de gestion de l'école, de l'eau, de santé... sont des phases essentielles de cette participation communautaire. D'ailleurs ces dits sont aussi représentatifs que possible constituent le relai de CARE au niveau du site d'intervention. Les membres desdits comités en principe définissent les critères de vulnérabilité au niveau local. Cette activité se fait en prélude de l'identification et de la sélection les personnes qu'ils jugent les plus vulnérables dans leur localité. Malgré ce processus, dans les faits, cette démarche bien qu'étant d'intérêt pour identifier avec les membres de la communauté eux-mêmes les personnes ayant le plus besoin d'aides et/ou de soutiens, se trouve être décrié par certains villageois. En effet, elle met en évidence des attitudes parfois clientélistes des membres des comités installés qu'on accuse avoir sélectionné des individus ne respectant les critères pourtant énoncés publiquement. En réalité, dans le fonctionnement des comités de reconstruction ou de paix, outre les critères issus du consensus d'autres tacites comme l'assiduité, l'analyse de `'cas particuliers'' donne le sentiment au reste de la communauté que certains ont joué de subterfuges pour bénéficier des micro-projets réalisés dans leur localité.

En outre, les écarts observés lors du ciblage des bénéficiaires des projets découleraient de la faiblesse de la connaissance du terrain. En effet, les informations recueillies durant l'analyse situationnelle élaborée sur le principe du MARP changent incessamment au gré de la situation sécuritaire de la zone ; perturbant par ricochet les prévisions en matière de la taille des bénéficiaires des interventions. Cette situation favorise la non application à la lettre des critères d'identification et de sélection des bénéficiaires des différentes interventions de CARE.

En définitive, La souplesse dans l'application des critères d'identification et de sélection des bénéficiaires conduit parfois à des contestations voire des tensions débouchant sur des sentiments de déséquilibre au sein des communautés.

Références bibliographiques

ADESCI (2004). "Les conséquences des pillages du 6 au 8 novembre 2004 en Côte d'Ivoire " Affaires étrangères et commerce international Canada. (2005, 21/07/2005).

Agence Française de Développement, A. (2001). Introduire les critères de lutte contre la pauvreté et les inégalités dans les modes d'évaluation et d'exécution des projets de l'AFD.

Agossou, C. (1998). Logiques paysannes et stratégies de développement au Sud du Bénin : le cas du département de l'Atlantique. Ethno-sociologie. Abidjan, Université de COCODY. Thèse de Doctorat 3ème cycle.

Akindès, F. (2000). ""Inégalités sociales et régulation politique en Côte d'Ivoire. La paupérisation en Côte d'Ivoire est-elle réversible ?"." Politique africaine 78: 126-141.

Akindès, F. (2001). Dynamique de la politique sociale en Côte d'Ivoire. Genève, Unrisd.

Akindès, F. (2007). "Une sociologie de la pauvreté en Afique : sous le prisme des droits économiques, sociaux et culturels." West Africa Review Forthcoming.

Amin, S. (1989). La faillite du développement en Afrique et dans le tiers monde: Une analyse politique. Paris, L'Harmattan.

Amprou, J., Chauvet, L. (2004). Efficacité et allocation de l'aide. Revue des débats. Parsi, Agence Française de Développement. Note et documents n°6.

Babo, A. (1999). Les risques de réappropriation du marché de gros de Bouaké par les grossistes de l'igname, de la banane plantin et du manioc. Anthropologie et Sociologie. Bouaké, Université de Bouaké. DEA: 44.

Balandier, G. (1971). Sens et puissance. Paris, PUF, biblio. de sociologie contemporaine.

BanqueMondiale (2000). Rapport sur le développement dans le monde : combattre la pauvreté.

Bennet, J. (1995). Meeting needs : NGO coordination in pratice. London, / CVA/Earthsean.

Bourdieu, P. (1994). Raisons pratiques : sur la théorie de l'action. Paris, Seuil.

Campenhoudt, L. and R. Quivy (2006). Manuel de recherche en Sciences sociales. Paris, Dunod.

Carr, E. R. (2008). "Rethinking poverty alleviation : a `poverties' approach." Development in Practice 18(6): 726-734.

CEPAL (2002). Panorama de la insercion international América Latina y el Caribe, 2000-2001. Santiago, CEPAL.

CEPAL (2003). Hacia el objetivo del milenio de reducir la pobreza de América Latina y el Caribe. Santiago, CEPAL.

CGAP (2003). The impact of microfinance. Donor Bief. Washington DC, CGAP. 13.

Chauveau, J. P. (1996). Quelle place donner aux pratiques des acteurs ? Quelles politiques foncières pour l'Afrique Rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité D. in Lavigne Delville. Paris, Karthala.

Clark, J. (1991). Democratizing development : the role of voluntary organizations. London, Earthsean.

Cling J.P., R. M., Roubaud F (2004). "« La croissance ne suffit pas pour réduire la pauvreté, le rôle des inégalités »." in Revue Française d'Économie n°3, vol XVIII, janvier.

Cling J.P., R. M., Roubaud F. (dir) (2003). Les nouvelles stratégies internationales de lutte contre la pauvreté. Paris, IRD - Economica.

Cogneau, D. and S. Lambert (2006). "L'aide au développement et autres flux Nord-Sud complémentarité ou substituion ".

Corten, A. (1998). "Le discours de la pauvreté de la Banque mondiale." in Langage & Société n°85(pp 5-24).

Creswell, J. W., Brown, M. L. (1992). "How chairpersons enhance faculty research : A grounded theory study." The Review of Higher Education n°16(1)(41-62).

Crozier, M., Friedberg, E. (1977). L'acteur et le système, les contraintes de l'action collective. Paris, Editions du Seuil.

De Waal, A. (1997). "Famine crises : the politics of the disaster relief business." in Africa, African Rights/IAI- James currey.

Dollar, D., Alesina, A. (2000). "Who gives foreign aid to whom and why?" Journal of Economic Grouth n°5(33-65).

DSRP (2009). Stratégie de Relance du Développement et de Réduction de la Pauvreté. Abidjan, Ministère du Plan 198.

Dubet, F. (1994). Sociologie de l'expérience. Paris, Seuil.

Dubois, J. L. (2001). Pauvreté et inégalités : situation et politiques de réduction. Population et développement : les principaux enjeux cinq ans après la conférence du Caire. L. Alain and V. Patrice, Les Documents du CEPED. 12: 220.

Fauré Y. A., D. J. P., Piveteau A. , Roca P. J. (1998). ONG et Développement, Société, économie, politique. Paris, Karthala.

Fauré, Y. A., Deller J. P., Piveteau A. , Roca P. J. (1998). ONG et Développement, Société, économie, politique. Paris, Karthala.

Galy, M. (2007). "Politologie d'une rébellion. Une « gouvernance par la violence » au Nord de la Côte d'Ivoire ?" Culture et Conflit 137-155 DOI.

Gbadamassi, F. (Jeudi 2 juin 2005) "Côte d'Ivoire : tuerie sanglante à Duékoué." AFRIK. COM.

Given, L. M. (2004). "Mini-disc recorders : A new approach for qualitative interviewing." International Journal of Qualitative Methods [en ligne] Vol.3 n° 2.

Glaser, B. G., et Strauss, A.L. (1967). The Discovery of Grounded Theory : Strategies for Qualitative Research. Chicago, Aldine.

Guichaoua, A., Goussault,Y. (1993). Sciences sociales et développement. Paris, Armand Colin

Herpin, N., D. Verger, et al. (1997). "Mesurer la pauvreté?" Economie et Statistique(308-309-310).

Husson, B. (1998). Les ONG : une légitimité en question. ONG et Développement. Paris, Karthala

INS (2008). Enquête Niveau de Vie des ménages. Abidjan, Ministre d'Etat, Ministre du Plan et du Développement.

Losch, B. (2000 b). "«La Côte d'Ivoire en quête d'un nouveau projet national »." in Politique Africaine n°78(pp 5-25).

Losch, B. (2003). "Libéralisme économique et crise politique en Côte d'Ivoire " Critique internatinale 19(48-60.).

Losch, B., S. Mesplé-Somps & al (2002). Le processus de libéralisation et la crise ivoirienne. Une mise en perspective à partir du cas des filières agricoles. N. d'analyse. Paris, Ministère des Affaires Etrangères

Maire, B., F. Delpeuch, et al., Eds. (1995). Le ciblage dans les politiques et programmes nutritionnels. Politiques Alimentaires en Afrique du Nord. Paris, Karthala.

Marie, A., (éd.) (1997). L'Afrique des individus. Paris, Karthala.

Marie, A., M. Haubert, et al. (2000). "La ruse de l'histoire : comment, au nom du libéralisme, l'ajustement accouche l'Afrique de ses classes sociales (Le paradigme ivoirien)." Les sociétés civiles face au marché.(263-298).

Moore, S. F. (2000). "Law as process: An anthropological approach (1978)." International African Institute.

Mossé, E. (1985). Les riches et les pauvres. Paris, Le Seuil.

NDOYE, B. (1998). "Culturalisme et socilogie des sciences." Ethiopiques; Revue négro africaine de littérature et de philosophie N°60; 1er semestre 1998.

Olivier de Sardan, J.-P. (2000). Rendre compte des points de vue des acteurs : principes méthodologiques de l'enquête de terrain en sciences sociales. in Les enquêtes participatives en débat : ambition, pratiques et enjeux. P. Lavigne Delville, Sallamna, N.-E., & Mathieu, M. Paris ; Montpellier, eds., Karthala ; Gret ; Icra,.

Padilla, M., F. Delpeuch, et al. (1995). Les politiques alimentaires en Afrique du Nord : d'une assistance généralisée aux interventions ciblées Les politiques alimentaires en Afrique du Nord. Paris, Karthala: 15-34.

PAM (2007). Côte d'Ivoire : Evaluation approfondie de la sécurité alimentaire Rome, Italie, Programme alimentaire mondial, Services de l'analyse et de la cartographie de la vulnérabilité (ODAV) et d'évaluation de la sécurité alimentaire (ODAN). Tome 2 Septembre - Octobre 2006.

Pinstrup-Andersen, P. (1991). "Targeted nutrition interventions." Food Nutrition Bulletin 13(3): 161-169

Pires, A. P. (1997). Echantillonnage et recherche qualitative : essai théorique et méthodologique. La recherche qualitative. Enjeux épistémologiques et méthodologiques,. J. dans Poupart, Deslauriers, Groulx, Laperrière, Mayer et Pires (eds.). Boucheville, Gaëtan Morin,.

PNUD (1997). Rapport mondial sur le développement humain, PNUD.

PNUD (2002). Rapport national sur le développement humain en Côte d'Ivoire 2002. Pauvreté et Gouvernance. Abidjan, Programme des Nations Unies pour le Développement.

PNUD (2004). Rapport national sur le développement humain en Côte d'Ivoire 2004. Cohésion sociale et reconstruction nationale. Abidjan, Programme des Nations Unies pour le Développement.

Reynaud, J.-D. (1997). Les règles du jeu : L'action collective et régulation sociale. Paris, Armand Collin.

Rights, A. (1994). "''Humanitarism unbound''." In London African Rights discussion paper N° 5, Novembre 1994.

Roubaud, F. (2003). "La crise vue d'enbas à Abidjan. Ethnicité, gouvernance et démocratie." Afrique Contemporaine Dossier(57-86).

Rufin, J.-C. (1986). Le piège humanitaire.

Sainsaulieu, R. (1978). Apprentissage culturel dans le travail. Psychologie du travail. Paris, Editions EME.

Selowsky, M. (1991). "Protecting nutrition status in adjustment programmes : recent World Bank activities and projects in Latin America." Food Nutrition Bulletin n°13(4)(293-302.).

Sirven, N. (2007). "De la pauvreté à la vulnérabilité: Evolutions conceptuelles et méthodologiques." Monde en développement N°140(4): 9 à 24.

Table des matières

Sommaire iii

Liste des illustrations v

Liste des photos v

Liste des cartes vi

Liste des tableaux vi

AVANT-PROPOS vii

Sigles et Abréviations viii

Remerciements xi

INTRODUCTION 1

1-Contexte de l'étude et constats de la recherche 2

Constat 1 : Diversité de conception de la vulnérabilité et de la pauvreté 4

Constat 2 : Cumul de microprojets dans certaines localités. 7

Constat 3 : Contournement des méthodes à base communautaire lors de l'identification et de la sélection des bénéficiaires des projets 8

2-Problématique 9

2-1 Question de recherche 9

2-2-Questions subsidiaires 9

3-Objectifs de l'étude 9

3.1-Objectif général 9

3.2- Objectifs spécifiques 10

4-Revue de la littérature 10

MATERIAUX ET METHODES 24

5-Méthodologie de la recherche 25

5.1 Techniques de production des données 25

5.1.1 Nature des données collectées 25

5.1.2 Champs de collecte des données 26

5.1.3 Période de réalisation des enquêtes 28

5.1.4 Méthodologie d'échantillonnage 28

5.1.5 Outils de collecte des données 30

5.2 Analyse des données 32

5.2.1 Technique de dépouillement et d'analyse des données 32

5.2.2 Cadre théorique d'analyse 32

6. Limites des options méthodologiques et critique des données 36

7. Plan de restitution des résultats 37

RESULTATS 38

PREMIERE PARTIE : Présentation de la zone d'étude et des projets PARCI, ECHO et AUDIO 39

Chapitre premier : Caractéristiques générales de la zone... 40

I.1-...de Man 40

I.1.1- Localisation et démographie 40

I.1.2- La situation socio-politique et état de la pauvreté à Man 42

I.2-...de Duékoué 43

I.2.1- Localisation et démographie 43

I.2.2- Situation socio-politique et état de la pauvreté à Duékoué 46

Chapitre II : Présentation de quelques projets à Man et Duékoué 47

II.1-Du projet ECHO 47

II.1.1- Zone d'intervention 47

II.1-2. Contexte d'émergence du projet 47

II.1.3- Objectifs du projet 48

II.1.4- Catégories d'activités 49

II.1.5- Ingénierie du ciblage des bénéficiaires du projet 53

II.2- Présentation du projet PARCI (Partenariat et Alliance pour la Réconciliation en Côte d'Ivoire) 59

II.2.1- Zone d'intervention du programme 59

II.2.2- Contexte de la création du projet 59

II.2.3- Objectifs du projet 61

II.2.4- Catégories d'activités 61

II.2.5- Ingénierie du ciblage 62

II.3- Description du projet AUDIO 65

II.3.1- Contexte de création du projet 65

II.3.2- Zone d'intervention 66

II.3.3- Objectifs du projet 66

II.3.4- Nature de l'intervention et catégories d'activités 66

II.3.5- Ingénierie du ciblage du projet AUDIO 67

Conclusion partielle 69

Discussion 71

DEUXIEME PARTIE : Politiques de ciblage : distance entre normes et pratiques de fonctionnement dans la lutte contre la pauvreté 72

Chapitre premier : La construction sociale de la vulnérabilité et de la pauvreté 73

I.1- La vulnérabilité et la pauvreté: des concepts complexes à définir 73

I.2- Les logiques des acteurs dans le jeu humanitaire 78

I.2.1- L'assistance humanitaire de CARE : une logique pour obtenir plus de financement pour son action et assurer sa pérennité 78

I.2.2- La logique de victimisation des communautés de l'Ouest : une stratégie de captation d'interventions 79

Chapitre II : Méthodologie de ciblage : un enjeu de la réussite des projets 80

II.1- Ingénierie du ciblage : Une stratégie d'intervention axée sur l'approche participative et communautaire 80

II.2- Critique de l'ingénierie du ciblage en regard du terrain 85

II.2.1- De la gestion participative lors du ciblage des bénéficiaires des projets? 85

II.2.2- Difficultés rencontrées dans la mise en oeuvre des politiques de ciblage et leur gestion 87

Conclusion partielle 87

Conclusion 90

Conclusion générale 91

Références bibliographiques 93

Table des matières 97

Annexes 100

Annexes

Annexe 1 : GUIDE D'ENTRETIEN AVEC LES STRUCTURES D'APPUI

I-Considérations générales

1- Depuis quand votre structure est implantée en Côte d'Ivoire ?

2- Sur toute l'étendue du territoire ivoirien, dans quelle région menez-vous le plus d'activités ?

3- Pourquoi ?

4- Quand avez-vous commencé vos activités dans cette région ?

5- Pouvons-nous avoir une idée du type de projets que vous exécutez ?

6- Dans l'ouest, qu'est-ce qu'on peut avoir une estimation des projets en fonction des différents types ?

7- Avez-vous spécifiquement des projets qui visent à lutter contre la pauvreté ?

II- De l'ingénierie du ciblage

1- Est-ce qu'il y avait des projets que vous avez mis en place qui au départ concernaient une population donnée, mais qui au finish ont été détournés part d'autres cibles ou bien orientés vers d'autres cibles ?

2- Si Oui, pourquoi il y a eu détournement ? comment vous l'expliquez-vous?

3- Quel(s) est ou sont ce(s) projet(s) ? NB : Ici nous voudrions identifier des projets soit achevés ; en cours ; ou sur le point de mise en oeuvre avec des difficultés de ciblage

4- Avez-vous à CARE une démarche standard de ciblage des bénéficiaires des projets que vous gérez ?

5- Cette démarche s'applique-t-elle à tous les types de projets ?

6- Vous arrive-t-il d'être confronter à des difficultés dans le ciblage des bénéficiaires des projets que vous managez ?

7- De quels ordres s'il en existe ?

8- Si Oui, comment gérez-vous ces difficultés dans la mise en oeuvre du ciblage des bénéficiaires des projets?

9- Généralement, qu'est-ce qui conduit à l'écart dans la sélection des bénéficiaires ?

10- Comment définissez-vous la vulnérabilité ou la pauvreté ?

11- Est-ce que dans l'identification des groupes cibles ou des bénéficiaires vous associez les populations elles-mêmes ?

12- Quel est leur niveau d'implication ?

GUIDE D'ENTRETIEN AVEC LES BENEFICIAIRES D'APPUI

1- Comment êtes-vous venus sur le projet sur lequel vous travaillez ?

2- Quel type de partenariat avez-vous avec l'ONG CARE ?

3- Comment avez-vous été choisi pour participer à ce projet ?

4- Avez-vous été bénéficiaire une fois des opérations de kits alimentaires ici ?

5- Et des opérations de distribution de kits ménagers ?

6- Si non pourquoi ?

7- Certaines maisons ont été réhabilité dans votre village, pouvez-vous me dire comment on a choisi ceux qui ont eu leur maison reconstruite ?

8- Avez-vous été consulté lors du choix de ceux là ?

9- Pensez-vous que des personnes qui sont bénéficiaires de micro-projets ne les méritent pas ?

10- Qu'est-ce qui expliquent cela selon vous ?

11- Les animateurs disent travailler souvent avec les pauvres ou les vulnérables, pour vous qui est considéré comme pauvre ?

12- Á part ce projet de CARE, travaillez-vous avec d'autres structures implantées ici ?

Annexe 2 : Projet AUDIO : réhabilitation de l'école de Irozon

Photo 3 :Batiment n° 2 école de Yrozon après nettoyage et avant réhabilitation

Photo 4: Bâtiment n° 1 école de Irozon avant réhabilitation par CARE

Photo 5 : Bâtiment n°1 de l'école de Irozon en cours de réhabilitation

Photo 6: Bâtiment n° 1 de l'école de Irozon réhabilité

Source : Photos réalisées par le staff projet CARE

Source : Photos réalisées par l'équipe projet CARE

Annexe n°3 : Des photos de quelques Projets réalisés par CARE

Photo 7 : Distribution de kits aux populations retournées du village de Blotilé

Photo 8: Vue de kits prêts à être distribuer à Fengolo

Photo 9: Projet QIP (AGR), Moulin offert par CARE à Blotilé avec financement ONUCI

Photo 10: Maison réhabilitée à Fengolo

Source : Photos réalisées par le staff projet CARE

Annexe n°4 : Quelques images du Projet PRECOS

Photo 11: Pompe hydraulique réhabilitée à Diourouzon

Photo 12: Bâtiment modèle CARE construit à Irozon

Source : Photo réalisée par le staff projet CARE

Source : Photo réalisée au cours de notre enquête juillet 2009

précédent sommaire






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net