WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les commémorations du 11 novembre en Belgique francophone pendant l'entre-deux-guerres. Les cas de Bruxelles, Liège et Mons

( Télécharger le fichier original )
par Emeline WYNANTS
Université de Liège - Master en histoire 2012
  

sommaire suivant

Figure 1 : Carte postale, non datée, in Archives de la ville de Bruxelles, Archives Privées 915 : Marcelle Lebouille (dossier documentaire constitué à l'occasion du 25ème anniversaire du décès d'Adolphe Max).

Remerciements

Voici venu le moment d'exprimer notre gratitude envers ceux qui, de près ou de loin, nous ont aidée et soutenue. Nous tenons aÌ remercier chaleureusement Monsieur Philippe Raxhon qui a accepteì la direction de ce projet : son expérience, ses critiques et suggestions, ainsi que la liberté bienveillante qu'il nous a laissée, ont été d'un apport précieux. Nous remercions également les membres de notre jury, Catherine Lanneau et Laurence Van Ypersele, pour leur lecture attentive.

Un merci particulier à Edith Liénard, sans qui nous n'aurions jamais appris à apprécier l'Histoire.

Nos pensées les plus vives à Bénédicte Wynants pour sa relecture et bons conseils, à David Vinamont, Laetitia Raskin, et Flore Duchesne pour leur soutien indéfectible. Une palme d'or à Steve Collin, présent chaque jour de ce processus, qui a su nous calmer et nous supporter. Un merci particulier à notre maman, Ariane Dupont, présente dans chaque moment de doute.

Ce travail n'aurait pu aboutir sans l'aide de nombreuses personnes. Que nous pardonnent celles que nous oublions ici, mais nous adressons une pensée particulière aÌ Madame Sandrina Paris, documentaliste de la bibliothèque universitaire de la Défense, à l'adjudant Xavier Van Tilborg, à Janssens Gustaaf, archiviste du Palais Royal, à Niebes Pierre-Jean, Premier Assistant aux Archives de l'Etat à Mons, à Sibille Benoît, chef du Protocole, à Jean-Claude Lebrun des Archives au Musée Royal de l'Armée, à Bourdon Yves, spécialiste dans les matières militaire qui se rapportent aux deux guerres mondiales dans la région de Mons, à Faehres André de la Maison de la Mémoire de Mons.

Nous dédions ce travail à la mémoire du poseur de lignes, Joseph Dewit (1884-1951), notre arrière-arrière grand-père, blessé d'un éclat d'obus.

« Pour la génération perdue, on a créé un ensemble parfaitement tragique : unité de temps, le 11 novembre ; unité de lieu, le monument aux morts ; unité d'action, la cérémonie commémorative. À la onzième heure, du onzième jour, du onzième mois, de la cinquième année de guerre, les armes se sont tues, laissant le champ aux larmes. »

Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, Annette BECKER, 14-18, retrouver la Guerre, Gallimard, 2000, p. 249.

Remerciements 2

Table des illustrations. 7

Introduction. 8

0.1 Le choix du sujet. 8

0.2 Le contexte historique. 9

0.3. La problématique. 15

0.4. Les sources. 16

0.5. Méthodologie. 19

0.6. Historiographie. 20

0.7. Plan du mémoire. 23

Une commémoration : pour quoi ? Pour qui ? 25

1.1 Se souvenir, être reconnaissant et commémorer. 25

1.1.1 Se souvenir. 25

1.1.2 Etre reconnaissant. 27

1.1.3. Commémorer. 28

1.2 La notion de « Devoir de mémoire ». 30

1.3 Une question de vocabulaire. 32

1.3.1 La Mort, le Deuil et la Souffrance. 32

1.3.2 Le Sacrifice. 34

1.3.3 Le Héros. 34

1.4 Les formes de la commémoration. 36

1.5 La mise en valeur d'un groupe social. 39

1.6 L'importance de la commémoration dans l'identité nationale. 40

1.7 De la première commémoration au rituel. 41

Les commémorations du 11 novembre. 43

2.1 De la difficulté du choix d'une date. 43

2.2 Les cérémonies en général. 52

2.2.1 La Toussaint : La commémoration traditionnelle du souvenir des morts 52

2.2.2. L'anniversaire de l'Armistice. 58

2.2.2.1 L'ère officieuse des commémorations : 1919- 1921 68

2.2.2.2 La première phase de l'ère officielle : 1922-1932. 72

2.2.2.2.1. Le rituel. 72

2.2.2.2.2. Les participants et organisateurs. 74

2.2.2.2.3. Les enjeux de la commémoration. 76

2.2.2.3. La seconde phase de l'ère officielle : 1933-1939. 85

2.3 1919 ou l'an zéro de la commémoration. 92

2.4 1922 et le choix du soldat inconnu. 96

2.4.1 Le concept de Soldat Inconnu. 96

2.4.2 L'idée de Soldat Inconnu belge. 98

2.4.3 Le choix de l'inconnu 106

2.4.3.1 L'exemple français. 106

2.4.3.2 Le choix de l'Inconnu Belge 106

2.4.3.3 La translation du corps du Soldat Inconnu. 109

2.4.3.4 La première cérémonie d'hommage au Soldat Inconnu belge. 111

2.4.4. Conclusion 115

2.5 1924 et l'allumage de la flamme du souvenir. 119

2.5.1. Une idée française. 120

2.5.2 La flamme du souvenir belge. 121

2.5.2.1 La symbolique de la Flamme. 125

2.6 Le dixième anniversaire et le vingtième anniversaire. 127

2.7 Le relais sacré. 133

2.8 1930 et le centenaire belge. 139

2.9 Liège et Mons. 142

2.9.1 Les batailles de Liège : du 4 au 16 août 1914. 142

2.9.2 Les batailles de Mons : 20-24 août 1914 et 11 novembre 1918. 145

2.9.2.1 20-24 août 1914. 145

2.9.2.2 11 novembre 1918. 147

2.9.3 Les commémorations. 148

2.9.3.1 A Liège. 148

2.9.3.1.1 Le dixième anniversaire de l'Armistice. 153

2.9.3.1.2. Deux incidents fascistes : 1928 et 1936 154

2.9.3.1.2.1 1928, l'incident des chemises noires. 154

2.9.3.1.2.2 1936, l'incident rexiste. 156

2.9.3.2 A Mons. 158

2.9.3.2.1 Les Particularités montoises. 162

2.9.3.2.1.1 Le pèlerinage des « Old Contemptibles ». 162

2.9.3.2.1.2 La retraite militaire 165

2.9.3.2.1.3 Deux années particulières pour Mons : 1923 et 1935. 166

2.9.3.2.1.3.1 1923 et l'inauguration du monument dit à La Bascule 166

2.9.3.2.1.3.2 1935 et le souvenir britannique. 171

2.9.4. Conclusion sur les commémorations de Liège et Mons. 173

Conclusion. 175

Annexe n°1: Listes des lois prises en faveur des Anciens combattants. 181

Annexe n°2 : Plan du square de la Colonne de Congrès. 199

Bibliographie. 202

sommaire suivant