WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Léon Harmel et l'usine chrétienne,ancêtre des comités d'entreprises


par YVES LAURENT KOUAME
POITIERS - MASTER II HISTOIRE DU DROIT 2016
  

précédent sommaire

TABLE DES MATIÈRES

Sommaire 4

Liste des abréviations et des sigles 5

INTRODUCTION 6

PARTIE I. LÉON HARMEL : UNE VISION MARQUÉE PAR SES VALEURS CHRÉTIENNES 10

CHAPITRE I. UNE VISION INCLASSABLE, « NI LIBÉRAL, NI SOCIALISTE » 12

Section I. Une pensée antilibérale justifiée par sa vision réactionnaire 12

§ 1. Le libéralisme, à la base de la destruction de la corporation 12

A. Un modèle d'inspiration : la corporation, un cadre de paix sociale 13

B. Un constat de départ : les conséquences désastreuses de l'abolition des corporations 14

§ 2. Les méfaits de l'industrialisation, fruit des idées libérales 15

A. L'industrialisation cause principale du prolétariat industriel 16

B. Le prolétariat industriel, cause principale de la décadence morale des ouvriers industriels 19

Section II. Une pensée antisocialiste justifiée par l'adhésion de Léon Harmel aux idées du catholicisme social 21

§ 1. Le socialisme : un courant révolutionnaire dangereux pour l'harmonie sociale 21

A. Le socialisme, promoteur de la lutte des classes 21

B. Le socialisme, cause de la violence en milieu ouvrier 23

§ 2. Le socialisme : une sérieuse menace contre l'Église 24

A. Le socialisme : un courant qui diffuse de l'athéisme en milieu ouvrier 25

B. Le socialisme : un courant anticlérical virulent propagé en milieu ouvrier 27

CHAPITRE II. UNE VISION MANIFESTÉE PAR DES oeUVRES : LA CORPORATION CHRÉTIENNE ET LA DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE 29

Section I. La corporation chrétienne : une idée d'Harmel contre les excès du libéralisme 29

§ 1. L'amélioration des conditions de vie des ouvriers par la corporation chrétienne 29

A. L'octroi d'un juste salaire à l'ouvrier 29

B. Un désir ardent de maintenir l'ouvrier dans l'emploi 32

§ 2. L'amélioration des conditions de travail des ouvriers par la corporation Chrétienne 34

A. Le cadre de travail au Val : une oasis de tranquillité 34

B. La durée de travail au val : une oeuvre progressiste de Léon Harmel 36

Section II. La démocratie chrétienne : le remède antisocialiste de Léon Harmel au mouvement ouvrier 38

§ 1. Une tentative pour dynamiser le catholicisme social en perte de vitesse 38

A. Un constat : la perte de vitesse de l'oeuvre des cercles catholiques ouvriers 39

B. Un objectif : aborder une approche nouvelle face au mouvement ouvrier 40

§ 2. Un mouvement pour lutter contre le socialisme 42

A. Une lutte contre les idées socialistes dans les cercles chrétiens d'études sociales 43

B. Une lutte sur le plan politique depuis le Ralliement 45

PARTIE II. LE CONSEIL DE L'USINE CHRÉTIENNE, MODELÉ D'INSPIRATION POUR LE COMITÉ D'ENTREPRISE 47

CHAPITRE I. LE CONSEIL D'USINE, UNE INNOVATION DE LÉON HARMEL REFONDANT LE PATERNALISME CLASSIQUE 49

Section I. Le conseil D'usine, une représentation du paternalisme dans la gestion des oeuvres sociales et culturelles 49

§ 1. La gestion des oeuvres sociales au Val : un rempart contre l'instabilité de la main d'oeuvre 49

A. Les oeuvres d'investissement social : une garantie de l'accès à des périodes désirées de la vie 50

B. Les oeuvres d'indemnisation sociale : une garantie face aux aléas de la vie 51

§ 2. La gestion des oeuvres culturelles du val : une politique pour moraliser la main d'oeuvre ouvrière 52

A. Les associations fondamentales pour obtenir la pratique religieuse des ouvriers 52

B. Les sociétés de préservation de la morale pour préserver le Val d'influences délétères 53

Section II. Le conseil d'usine, modèle participatif ignoré du paternalisme classique 54

§ 1. Un pas vers la démocratie dans l'usine par le biais du conseil d'usine 54

A. Le conseil d'usine : un instrument précurseur de représentation du personnel 55

B. Le conseil d'usine : un cadre de dialogue social 56

§ 2. La participation des travailleurs à la direction de l'usine 57

A. Une participation active sur les questions disciplinaires, d'hygiène et de sécurité au travail 57

B. Une participation fructueuse sur les questions de technique de travail 58

CHAPITRE II. L'USINE CHRÉTIENNE, MODÈLE PRINCIPAL D'INSPIRATION POUR LES COMITÉS SOCIAUX D'ENTREPRISE PUIS POUR LES COMITÉS D'ENTREPRISE 60

Section I. Les comites sociaux d'entreprise : une reprise du modèle de l'usine chrétienne 60

§ 1. La reprise partielle du modèle corporatif de l'usine chrétienne 60

A. Le fondement de cette reprise : la pensée réactionnaire de Pétain 60

B. Les manifestations pratiques de cette reprise : la charte du travail de 1941 62

§ 2. La reprise quasi identique du modèle paternaliste de l'usine chrétienne 63

A. Le fondement de cette reprise : l'incapacité financière de l'État dans le domaine social 63

B. Les manifestations pratiques de ce modèle paternaliste : « les comités patates » 64

Section II. Les comités d'entreprise : la reprise du modèle de l'usine chrétienne, véritable compromis sociale 65

§ 1. Les modèles envisagés à la libération 66

A. Le modèle du Val : un modèle assis sur les deux piliers des futurs comités d'entreprise 66

B. Le programme du Conseil national de la Résistance (CNR) : un modèle trop ambitieux 67

§ 2. Le modèle retenu par l'ordonnance de 1945 et la loi de 1946 68

A. Le modèle « gaullien » manifesté par l'ordonnance du 22 février 1945 : un modèle non consensuel 68

B. Le modèle retenu par la loi du 16 mai 1946 : un modèle abouti posant les bases des Comités d'entreprise actuels 70

1. Un modèle très abouti en matière de représentation du personnel 70

2. Un modèle participatif, réaliste et productif déjà appliqué au Val 71

CONCLUSION 73

BIBLIOGRAPHIE 76

Ouvrages 77

Articles de revues et contributions à des ouvrages collectifs 79

Articles de presse 80

Encycliques 80

Législation 80

TABLE DES MATIÈRES 82

précédent sommaire