WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interactions et ancrage territorial des industries créatives: le cas de la Belle-de-Mai à  Marseille


par hélène sEVERIN
Université Aix-Marseille - Master 2 géographie du développement 2015
  

précédent sommaire suivant

TABLE DES MATIERES

SOMMAIRE 3

INTRODUCTION 5

PREMIERE PARTIE: CADRAGE THEORIQUE ET CONCEPTUEL 7

CHAPITRE 1 : LE PHÉNOMÈNE DE « FRICHE CULTURELLE » 11

1. Comment la Friche culturelle est-elle rendue possible ? 11

a) Une difficile définition de ce qu'est une Friche 11

b) Le temps de veille : lorsque la culture intervient dans la question de la résilience territoriale 15

c) Le rapport de la Friche à son environnement : les limites de son rayonnement 18

2. De la culture au projet urbain 20

a) Institutionnalisation du projet : le pouvoir des politiques publiques dans la visibilité de la Friche culturelle. 20

b) Le marketing urbain : pour la compétitivité ? Ou vers un renforcement de l'inégalité sociale ? 22

3. Quelques exemples européens de résilience par la culture 24

a) Exemples allemands : Wolfsburg et Cottbus 25

b) Exemples anglais : Birmingham 26

c) Exemple français : Reims et Marseille 27

CHAPITRE 2 : LE CLUSTER CRÉATIF 29

1. De l'industrie culturelle à l'industrie créative 29

a) La créativité : émergence d'un concept économique du XXIème siècle 29

b) De l'industrie culturelle... 30

c) ...à l'industrie créative 31

2. Le cluster fondé sur des industries innovantes et compétitives 34

a) FLORIDA et la classe créative 34

b) PORTER pour l'innovation et la compétitivité 36

c) Le modèle de la Silicon Valley 38

3. Importance de l'institutionnel et de la coordination d'acteurs 39

a) Le cluster en tant qu'enjeu politique 39

b) Le principe de proximité : point clé de la réussite du cluster 41

c) Les limites du cluster et du secteur créatif 43

CHAPITRE 3 : ANALYSE DYNAMIQUE DES PROXIMITÉS 45

1. L'école de la proximité 45

a) Les différentes approches de la proximité 45

b) Théorie de la structuration : comment l'étude des interactions permet de comprendre l'importance de la proximité ? 46

2. Proximité cognitive, géographique et organisée : conceptions, limites, alternatives 47

a) La proximité cognitive : pour le partage de connaissances et de compétences 48

b) La proximité géographique : lorsque l'espace influx sur les interactions 51

c) De la proximité organisationnelle à la proximité organisée 56

3. À la croisée des proximités géographique et organisée 60

a) L'importance de l'institutionnalisation dans la création d'une coordination d'acteur 61

b) Comment les aspects négatifs de la proximité géographique favorisent la proximité organisée 64

c) Articulation et combinaison des proximités 65

METHODOLOGIE 70

DEUXIEME PARTIE: LES INTERACTIONS AU PÔLE DE LA BELLE-DE-MAI 73

CHAPITRE 1 : INDUSTRIES CRÉATIVES À LA BELLE-DE-MAI : INFLUENCE DE L'INSTITUTIONNALISATION 77

1. Politiques de développement des industries créatives en Provence-Alpes-Côte-D'azur 77

a) La créativité au coeur de la politique territoriale 77

b) Quel est le poids de l'économie créative dans la région ? 80

2. La place des collectivités dans l'aménagement du Pôle de la Belle-de-Mai et dans sa légitimité 85

a) Développement de la créativité à la Belle-de-Mai : un projet en trois « îlots » où la ville joue un rôle majeur 85

b) L `utilisation du terme de « pôle » renvoie-t-il au concept de « cluster » ? 92

c) Le Pôle Belle-de-Mai comme une réussite de la ville 94

3. Études institutionnelles et discours de la presse 97

a) Le rapport LEXTRAIT : vers la reconnaissance des territoires culturels ? 98

b) Le discours de la presse plutôt tourné vers l'impact sur le quartier et vers l'institutionnalisation du projet que sur les interactions entre les îlots 101

CHAPITRE 2 : ANALYSE DES DISCOURS DES ACTEURS 105

1. Une « synergie » au sein des pôles ? 105

a) Interactions au Pôle Patrimoine 105

b) Interactions au Pôle Média 107

c) Interactions à la Friche 109

2. Quelles interactions pour quel type d'écosystème ? 110

a) Un souhait de créer une collaboration entre pôles est bien présent 110

b) Des partenariats peu représentatifs entre les 3 îlots 112

3. Pourquoi l'écosystème ne se développe pas en synergie ? 114

a) Une distinction récurrente entre les pôles 115

b) Des financements et des partenariats différents 116

c) Attractivité et partenariat plutôt tourné vers l'international 117

CHAPITRE 3 : QUELLES SONT LES RÉELLES INTERACTIONS À LA BELLE-DE-MAI ? 119

1. Différente structure pour différents projets 119

a) Des acteurs trop hétérogènes ? 119

b) Une définition des code NAF un peu vague qui peut induire en erreur 121

2. Des pratiques porteuses de liens ? 124

a) Globalement les pôles sont plutôt pratiquée mais surtout pour la restauration 125

b) Partenariats contractuels entre certaines structures des 3 îlots 128

c) Des partenariats en dehors de la Belle-de-Mai plus représentés ? 132

3. Que manque t'il au Pôle Belle-de-Mai pour être en synergie et fonctionner comme un écosystème de type cluster ? 135

a) Importance du turn-over dans la création d'interactions 135

b) Quelques idées de directive pour la création d'interactions 137

TROISIÈME PARTIE: ANCRAGE TERRITORIAL 141

CHAPITRE 1 : RÉHABILITER LA FRICHE POUR RÉGÉNÉRER LE QUARTIER ? 143

1. Définition et analyse de l'ancrage territorial 143

a) L'ancrage territorial comme l'investissement des entreprises sur leur territoire d'implantation 143

b) Un rapport entre proximité organisationnelle et proximité géographique 145

c) Comment le calculer ? 146

2. La Belle-de-Mai : un quartier où pauvreté et insécurité dominent 148

a) Le quartier « le plus pauvre d'Europe » 149

b) Une conscience des problèmes universelle sur le territoire 151

3. Quel est l'intérêt de la culture au sein des projets à la Belle-de-Mai 153

a) La culture comme clé de développement ? 153

b) Projets proposés pour répondre aux enjeux : les ambitions 154

c) Quelles ont été les conséquences de la réhabilitation ? 156

CHAPITRE 2 : RAPPORT DES ENTREPRISES AU TERRITOIRE : CONSÉQUENCE DE LEURS IMPLANTATIONS À LA BELLE-DE-MAI 159

1. Des projets qui prennent de plus en plus en compte la population 159

a) Un projet Friche qui tente de s'ouvrir sur le quartier 159

b) Des activités au Pôle Patrimoine qui ne facilitent pas le lien avec les habitants du quartier 164

c) Un Pôle Média très renfermé sur lui-même 166

2. Des projets qui s'intéressent très peu au développement économique du quartier 167

a) Quelques projets pour le développement économique du quartier 167

b) Globalement, les initiatives sont faibles et la greffe ne prend pas 169

3. Finalement, est-ce que ces projets ont vraiment profité au quartier ? 171

a) Comment est perçu le rapport entre Pôle Belle-de-Mai et quartier par les politiques et les acteurs locaux ? 172

b) Le développement de ces projets culturels a-t-il profité au quartier sur le plan social ? 173

c) Le développement de ces projets culturels a-t-il profité au quartier sur le plan économique ? 175

CHAPITRE 3 : ENCASTREMENT INDIVIDUEL DES SALARIÉS AU SEIN QUARTIER 179

1. Les consommations des salariés dans le troisième arrondissement 179

a) Comment se mesure la consommation des salariés dans le troisième arrondissement ? 179

b) Les types de consommations de biens ou de services des salariés dans le troisième arrondissement 182

c) Pourquoi les individus consomment - ou ne consomment pas - dans le troisième arrondissement ? 184

2. Rapport au territoire et impressions liées à son attractivité 188

a) Importance de la mobilité dans le rapport de l'individu au territoire 188

b) Un territoire pas assez attractif 192

c) Un pôle qui profiterait au quartier selon les salariés 193

3. Perspectives de développement de la Belle-de-Mai 196

a) Quel est l'avenir des liens entre quartier et pôle ? 196

b) Le pôle peut-il être considéré comme cluster créatif ? 197

c) Les casernes du Muy : un projet collaboratif et participatif 198

CONCLUSION 202

TABLE DES MATIERES 205

TABLE DES ILLUSTRATIONS 210

BIBLIOGRAPHIE 215

SITOGRAPHIE 224

ANNEXES 225

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie